Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le soutien de Bruxelles au processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    APN: reprise du débat autour de la Déclaration de politique générale du Gouvernement    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Justice: installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Un cas psychiatrique!    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Défis africains de la COP 27    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Revente en l'état: Le nombre des importateurs est passé de 43.000 à 13.000    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Les challenges de 2023    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières et à la préservation de la souveraineté territoriale du pays    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"LE 5 JUILLET CONSTIUE UNE BALISE SYMBOLIQUE ET PSYCHOLOGIQUE"
KARIM BENAMAR AMAR MOHAND-AMER, HISTORIEN CHERCHEUR AU CRASC D'ORAN
Publié dans Liberté le 05 - 07 - 2021

Dans cet entretien, l'historien Amar Mohand-Amer revient sur la symbolique du jour de l'indépendance, le 5 Juillet 1962, et l'insurrection citoyenne du 22 Février 2019 qui s'inscrit, dit-il, en continuum du mouvement national.
Liberté : Que représente le 5 Juillet aujourd'hui ?
Amar Mohand-Amer : Cette année, la célébration semble particulière. Depuis Février 2019, l'Histoire a été portée par la dynamique du Hirak. Dans cette ferveur et articulation, à la fois, avec ce passé proche et ses acteurs, les dates historiques (1er Novembre, 5 Juillet, etc.) sont devenues pour les marcheurs et militants du Hirak des "moments historiques" et l'expression collective d'une reconnaissance et d'identification au combat et aux sacrifices des jeunes de Novembre 54 et de la Guerre de libération nationale. Ce court préambule montre que les célébrations ne sont jamais anodines. Reste que le 5 Juillet, date officielle de l'indépendance nationale, constitue une balise symbolique et psychologique, pour nous Algériens et Algériennes. Il représente ainsi l'acte politique et salutaire par lequel, il a été mis fin à la "nuit coloniale" (Ferhat Abbas). Aussi, est-il important de continuer à célébrer le 5 Juillet, à se souvenir et témoigner. L'importance que lui a donné le Hirak et sa jeunesse est la meilleure preuve que nous sommes passés des célébrations folkloriques et désincarnées à une jonction entre ceux qui ont libéré le pays et ceux qui cherchent à poursuivre le combat pour la dignité et la démocratie.
Pendant deux ans, des portraits de figures de la Révolution ont été brandis lors des marches du Hirak. Quelle signification donner à cela ?
Dans le même ordre d'idées avec ce qui précède, la jeunesse du Hirak est dans le continuum du mouvement national et de la Guerre de libération nationale. Les portraits brandis dès le début du Hirak et tout au long des marches informent sur ce lien très fort qui relie ces trois "moments historiques". Cependant, sur le plan symbolique et politique, il s'agit également de se réapproprier ce passé et cette histoire. C'est en cela qu'il faudrait, à mon avis, analyser cette omniprésence de ces portraits et figures de la guerre et du mouvement national.
C'est finalement une question de rencontres entre générations ou catégories de jeunes ; le dénominateur commun étant le sacrifice. C'est pour ces raisons que dans le Hirak, ces portraits sont restés comme si c'étaient des messages que la jeunesse du 22 Février 2019 envoyait à celle de Novembre 1954. Messages dont la signification renvoie à une société en mouvement ; certes inscrite dans le présent, mais bien ancrée et amarrée aux luttes politiques et sociales d'avant. Ce continuum, me semble-t-il, est perçu par la jeunesse du Hirak comme un legs et un témoin.
Pourquoi le rapport à l'Histoire demeure-t-il aussi sacré ? En témoignent toutes les polémiques surgissant autour de faits d'histoire...
Le rapport à l'histoire n'est pas sacré en lui-même, mais on peut sacraliser l'Histoire, tout comme ses acteurs. On peut, également, se contenter de l'histoire officielle ou de mythifier le passé. Cela étant dit, il est important de souligner qu'à chaque fois qu'on prend des libertés dans la narration du passé — ce qui peut se faire librement dans le cinéma ou la littérature, par exemple —, la réalité historique est écornée et devient l'objet de distorsions et de manipulations, le plus souvent d'une façon polémique.
Dans notre pays l'Algérie, on assiste, non pas à une sacralisation ou désacralisation de l'histoire, mais à un autre phénomène, beaucoup plus sournois et dangereux. Il s'agit d'alimenter un nouveau "marché", en l'occurrence celui de "l'histoire et de la mémoire", présent et solide, avec ses entrepreneurs mémoriels que favorisent des médias peu enclins au travail et à la recherche scientifique. Les différentes polémiques ne cherchent donc pas à donner à l'histoire nationale une assise, ni ne participent à sa promotion ou à sa valorisation. L'enjeu de ces dissensions ou ressentiments mémoriels est plus dans la volonté de fabriquer une nouvelle histoire "officielle" ou bien un récit national anhistorique, le plus loin possible du débat académique. Donc, on ne sacralise pas, mais on émiette le récit national et on le travestit.

Propos recueillis par : KARIM BENAMAR


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.