«Oui, nous soutenons le candidat Bouteflika»    Le temps et la diversion    Boumerdès en effervescence pour un poste de sénateur    Pagaille dans les gares    Discussions pour une meilleure attractivité à l'investissement dans le bassin occidental de la Méditerranée    «L'Afrique doit prendre ses responsabilités»    Censure, autocensure et réserves...    Une éclatante résurrection    Médaille d'argent pour les Algériens Ould Kouider et Lamri    L'ASO Chlef reprend les commandes    Les pétards inondent le marché à Mostaganem    Arrestation de deux personnes pour avoir saccagé 20 véhicules    Un jour, la mer vous engloutira à votre tour!    L'énigme fascinante    Djemaâ Djoghlal, la mémoire de l'Aurès    Traitement du diabète : Pénurie d'hémoglobine glyquée    Sénatoriales : les candidats du FLN et du RND connus    El-Bayadh: Un dépôt de stockage de carburant avant la fin de l'année    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Alger: Libération d'enfants subsahariens prisonniers de réseaux de traite humaine    La présidentielle s'emballe    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    La confrérie des Gnawa : entre les directives du culte et le folklore du spiritisme    La DGSN dément le décès d'un policier    «Sans la proclamation en Algérie de l'Etat de Palestine, nous ne saurions pas là aujourd'hui»    Athlétisme : collège technique national 2018-2019    Victoire du CRBDB devant l'OMSM    46 personnes de différentes nationalités arrêtés dans le sud du pays    Une atteinte à l'ordre public    Démantelèlement d'une bande de malfaiteurs    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Lenteur dans la régularisation des constructions    Un cours au-dessus de 50 dollars permet une réduction partielle du déficit budgétaire    Inauguration de la première unité de production d'accessoires de câbles    Triptyque décisif pour la stabilité et la relance économique de la Libye    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    Ghardaïa : Valoriser les plantes aromatiques et médicinales et des agrumes    Préparation JO-2020 et JM-2021: "300 milliards de centimes déjà débloqués par le gouvernement"    Bourses : Les places européennes refroidies par le Brexit    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ratification d'accords de coopération avec plusieurs pays : Le Président Bouteflika signe plusieurs décrets    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    18ème Salon de l'automobile du 9 au 15 décembre à Oran : La production nationale à l'honneur    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    Le temps n'a pas d'âge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





“Le droit d'avoir des droits”
Le Premier secrétaire du FFS, M. ALi Laskri, à BoumerdÈs et à Tizi Ouzou
Publié dans Liberté le 19 - 11 - 2005

“Le FFS sera majoritaire aux APC et APW”, a déclaré Ali Laskri.
La ville de Naciria (wilaya de Boumerdès) a accueilli, hier, M. Ali Laskri, premier secrétaire national du FFS. En effet, le leader du plus vieux parti de l'opposition a animé un meeting en plein air sur la placette publique dans une ambiance amicale où il s'est adressé aux militants et sympathisants du parti.
Ali Laskri a ouvert son meeting en fustigeant, dans un long réquisitoire, tous les responsables qui ont détenu le pouvoir depuis l'Indépendance jusqu'à aujourd'hui. “Il faut réhabiliter le Congrès de la Soummam qui a insisté sur la primauté du politique sur le militaire ; or nous sommes en 2005 et les Algériens n'ont pas acquis tous leurs droits.” Et d'ajouter que “les Algériens qui s'intéressent à la politique se voient toujours interdire d'espaces d'expression”. C'est pourquoi, a-t-il expliqué, que le FFS continue à réclamer son slogan des années 90 qui consiste à “exiger le droit d'avoir des droits”. Au sujet des événements vécus par la Kabylie, Ali Laskri n'a pas mâché ses mots en affirmant que “ces événements ont été programmés dans les laboratoires de la police politique” et de qualifier les archs, sans les nommer, de machine de destruction. “On a substitué un mouvement citoyen qui allait s'étendre à tout le pays à une simple machine de destruction de la Kabylie.” Abordant la paix et la réconciliation, Ali Laskri a indiqué “qu'il n'y a ni paix ni réconciliation tant que les assassins des milliers d'Algériens et de Matoub Lounès courent toujours”. Et de s'interroger sur le silence troublant des pouvoirs, notamment de l'ENTV sur la profanation des tombes de Abane Ramdane et d'Ali Mellah.
Le premier secrétaire du FFS s'en prendra également aux partis de l'alliance présidentielle qui “n'ont pas réagi aux détournements des prérogatives de leurs élus, interdits d'attribuer des logements à leurs concitoyens”.
Par ailleurs, le chef de file du FFS a animé un autre meeting avant-hier au centre culturel de Larbaâ Nath-Irathen (Tizi Ouzou) où il a clairement signifié que la formation de Hocine Aït Ahmed “sera majoritaire aux assemblées communales et à l'APW”. Comme il n'a pas manqué d'insister sur la bonne surveillance des urnes le 24 du mois en cours afin d'éviter la fraude qui se prépare, selon ses dires.
M. T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.