Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Benabderrahmane donne le coup de starter    Sahara occidental: une délégation sahraouie appelle le Gouvernement britannique à amener le Maroc à respecter les résolutions onusiennes    Sonatrach: deux contrats EPC et un mémorandum d'entente signés à Alger    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Grippe saisonnière: réception de 2,5 millions de doses de vaccin    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    ENTMV: une consultation internationale pour l'acquisition d'un nouveau système de réservation électronique    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Belani se félicite des bonnes conditions du déroulement du concours d'accès aux grades d'attachés et secrétaire des AE    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    A quand une rencontre Président-Maires ?    Une centaine de supporters blessés    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    LA VIE... ET LE RESTE    Maguire, c'est désastreux    Brèves    Tensions accrues au Sahel    «Nos entreprises sont prêtes à investir en Algérie»    Une aubaine pour les cimentiers    Des «lignes rouges» tracées    Un géant qui voit grand    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Trois ateliers illégaux démantelés    Moscou juge «stupides» les soupçons occidentaux    Du bon et du moins bon    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Le Président Tebboune reçoit l'ambassadeur du Ghana    Le ministère de la Culture et des Arts prend part à la 21e édition du SITEV    APN: Réunion de coordination sous la présidence de Boughali    Festival national du Malouf de Constantine : une ambiance apaisante lors de la 2ème soirée    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Un coup de piston et...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Conférence / Anthropologie
Les légendes de Tine Hinane
Publié dans Info Soir le 15 - 05 - 2008

Histoire n Tous les Touareg font référence à un ancêtre fondateur, à savoir la reine légendaire Tine Hinane.
Les Kel Ghela sont les descendants directs de Tine Hinane e t ils constituent la tribu noble de tous les Touareg du Sahara (Algérie, Niger, Libye…). Elle est aussi détentrice du pouvoir de commandement qui lui revient par la lignée matrimoniale. Selon Naïm Cheriffi, historien au musée du Bardo qui a animé, mardi, une conférence sur les différentes légendes de Tine Hinane, la légende orale chez les Touareg, donne deux versions de la naissance des Kel Ghela.
La première raconte que Tine Hinane a eu une fille appelée Ghela et ses descendants formèrent les Kel Ghela. La seconde parle de trois filles de la reine qui portaient des noms totémiques, Timerouelt, Tinert et Tahankout (la gazelle), les enfants de cette dernière formèrent la tribu des Kel Ghela. Si la plupart des découvertes archéologiques se font de manière fortuite, le tombeau de Tine Hinane a été trouvé grâce à la légende orale conservée par les Touareg. Une légende qui a conservé une part de vérité tel l'emplacement exact de la sépulture à Abalessa à 80 km à l'ouest de Tamanrasset découverte en 1926. La reine venue d'ailleurs – du Tafilalt marocain selon les historiens français et du Tafilalt algérien selon nos historiens – a installé son campement à Abalessa, où elle a vécu entre le IIIe et le Ve siècles après J.-C. Le mobilier funéraire trouvé dans le tombeau date du IVe siècle telles une empreinte de pièce de monnaie de l'empereur romain Constantin Ier et une lampe à huile romaine de la même époque. Selon le conférencier, les différentes légendes sur Tine Hinane comportent de nombreuses contradictions et aujourd'hui une polémique autour de la reine légendaire des Touareg divise les historiens algériens en deux groupes. D'un côté, ceux qui veulent laisser la légende telle quelle pour des soucis de préserver la hiérarchie sructurelle de la société targuie et d'un autre côté, ceux qui veulent rouvrir le dossier et faire appel à de éléments scientifiques et historiques pour mieux connaître l'histoire de la reine d'Abalessa et parmi ce groupe, Malika Hachid, selon Naïm Cheriffi, travaille sur le dossier et a remonté l'histoire de la région depuis le paléontologique. Celle-ci, en se basant sur des données concrètes, pense que les Touareg existaient dans la région de Tamanrasset, les peintures rupestres du Tassili sont une preuve d'une présence humaine avant l'arrivée de Tine Hinane.
Un des rituels représentés par les peintures rupestres et à ce jour pratiqué par les Touareg – la fête de la Sebiba – est célébré avec le même costume dessiné sur les murs des grottes du Tassili entre 1000 et 500 ans avant J.-C., dira le conférencier. Remettre en cause le mythe fondateur des Touareg risque de perturber la structure sociale de ces derniers et peut avoir des conséquences politiques lorsque l'on sait que les Kel Ghela sont détenteurs de pouvoir de commandement sur tous les Touareg du Sahara. L'hypothèse selon laquelle le squelette découvert à Abalessa est celui d'un homme et non d'une femme a déjà suscité une vive polémique. Cette hypothèse s'est basée sur l'étude du bassin du squelette qui est très étroit. Mais cette hypothèse a été démentie récemment par plusieurs experts qui se sont déplacés au musée du Bardo. L'un de ces derniers a fait le rapport avec les femmes targuies actuelles qui ont une taille effilée et un bassin étroit qui ne les empêche pas d'enfanter. Mais selon Naïm Cheriffi, la légende de Tine Hinane survivra encore très longtemps.
Etymologie de Tine Hinane l Selon les historiens, Tine Hinane est un sobriquet composé de deux mots. Tine qui veut dire «celle» un mot utilisé à ce jour par les Berbères, et Hinane. Trois hypothèses sont avancées pour expliquer ce mot. La première est campement donc Tine Hinane serait celle du campement. Une étude du squelette a démontré que la reine boitait et ne quittait jamais son campement. Pour la seconde, il signifie «chambre» donc celle des chambres. Et la troisième qui est récente et formulée par Badi Dida anthropologue donne la signification Voyageuse en référence à Ihnane qui veut dire les voyageurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.