Application des nouveaux tarifs    La revalorisation officialisée    Ce qu'il faut faire pour éviter l'échec    Que sait-on de l'hydroxychloroquine ?    8 décès déplorés, 115 nouveaux cas    Déconfinement progressif: "la FNTT appelle à des mesures strictes à l'égard des transporteurs privés"    Réunion OPEP: il ne faut pas se contenter des résultats réalisés à ce jour    Covid-19: aucun cas enregistré dans les camps des réfugiés sahraouis et les territoires libérés    Le chef d'AQMI Droukdel tué par l'armée française    ONU : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG    IN AMENAS : La 41ème brigade blindée de l'ANP exécute un exercice avec tirs réels    MOSTAGANEM : Un rendement prévisionnel de 13 quintaux/ha de céréales    Dzair TV met les clefs sous le paillasson    Le ministère sahraoui de la Culture dénonce le vandalisme du patrimoine matériel et immatériel dans les territoires occupés    115 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Affaire des enregistrements téléphoniques : La justice se met en branle    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Violente Amérique !    Le crime de Minneapolis    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Ghannouchi fragilisé    Les conseils de classe convoqués ce lundi    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jean Daniel raconte Camus l'Algérien
Il a rencontré hier le chef de l'Etat et donné une conférence de presse
Publié dans Liberté le 14 - 05 - 2007

Le président de la République et le rédacteur en chef du Nouvel Observateur, Jean Daniel, s'accordent sur la conception de l'algérianité. C'est du moins ce qu'avoue Jean Daniel qui a été reçu hier par le président Bouteflika avant d'animer une conférence de presse sur son dernier ouvrage consacré à Albert Camus. Avec Camus : comment résister à l'air du temps en est le titre publié en 2006.
Le journaliste a expliqué au Président sa conception, la camusienne, qu'il défend d'ailleurs, au président qui avouera, selon lui, être du même avis et partager la conception.
Lors de sa conférence à la Bibliothèque nationale d'Algérie, l'écrivain, natif de Blida, remontera loin dans l'enfance de Camus pour retrouver la justification de son algérianité, et surtout son attachement à cette appartenance. Issu d'une famille pauvre qui s'installa tôt, en 1830, du côté de Ouled Fayet, Albert Camus continuera sa vie durant à traîner comme un boulet la pauvreté comme source d'inspiration, mais aussi comme une raison de “non-appartenance” au colonisateur. C'est pour cette raison, précisera Jean Daniel, qu'il ne se sent pas héritier ou représenter la France ou le colonialisme. Jean Daniel, qui le rencontre, lui offre l'occasion d'écrire dans Caliban qu'il dirigeait.
Paradoxalement, les deux hommes, même s'ils ne partagent pas la totalité des vues sur les sujets actuels de l'époque, auront à agir dans la même direction pour dénoncer les dépassements, la torture. Camus sera d'ailleurs chargé de faire le reporter, et ses thèmes n'ont jamais été loin de la pauvreté et de la misère. Daniel était chargé de couvrir les évènements de l'époque, pour le même journal L'Express que Camus avait rejoint par soutien à Pierre Mendès France.
L'auteur de l'Etranger et du Mythe de Sisyphe restera attaché à cet enracinement à la terre d'Algérie malgré les honneurs, honneurs de la métropole qu'il refusera d'ailleurs.
Il est comparé en 1945, après les évènements du 8 Mai 45, à Kateb Yacine, un autre écrivain à l'algérianité à fleur de peau. “Les deux épouvantés par la répression coloniale.” Ils dénonceront avec un rare courage la répression coloniale. Mais, relèvera Jean Daniel, les deux hommes ont compris que, “pour l'un, c'est la fin du rêve de l'Algérie française, et pour l'autre, le début de l'indépendance de l'Algérie”. Plaçant sa visite sous le signe “d'un plaisir de solidarité”, le titulaire du Docteur honoris causa délivré par l'Université d'Alger en 2004 n'en dira pas plus sur l'actualité. Devant un parterre composé de personnalités politiques, de journalistes, d'universitaires et d'intellectuels, M. Daniel a salué le courage et la volonté des intellectuels algériens de se réapproprier Camus l'Algérien. On aura remarqué le diplomate Brahimi, Abdelhamid Mehri, Rédha Malek, le ministre Chérif Rahmani, l'écrivain Rachid Boudjedra, ainsi que le DG de la Bibliothèque nationale du Venezuela. Un panel dont la présence en elle-même est révélatrice du respect pour l'homme de Blida et de son œuvre humaniste.
Djilali B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.