Réunion du Gouvernement: Des mesures d'urgence pour l'industrie et l'agriculture    Le président de la CIPA: «L'objectif premier c'est de combattre la bureaucratie»    Habitat: Les logements LPL font jaser    Revirement ou tactique ? Mohamed VI feint l'apaisement    Lamamra en Egypte: Libye, Tunisie et coopération au menu    Le président Kaïs Saïed rassure: «La Tunisie est sur le bon chemin»    Football - Ligue 1: La relégation hante les esprits    La bonne affaire pour l'Afrique ?    Analyses médicales, tests antigéniques et PCR: Les assurances sociales appelées à faire plus    Un dentiste dément les rumeurs: «Aucun danger de l'anesthésie buccale sur les vaccinés»    Richesses humaines ensevelies    La démocratie en terre d'islam : «Allah ghaleb est inscrit sur tous les fronts» !    Mettez fin à l'occupation du Sahara occidental    Le dinar reprend du poil de la bête face au dollar    Abdelkrim Fergat aux repêchages    Cinquième or pour Dressel    Le trophée pour Zverev    Le temps des solidarités    Alger-Tripoli    Les grandes urgences du secteur de l'industrie    On vaccine les zones d'ombre    Les médecins de la diaspora attendent le feu vert    50000 Employés risquent le chômage    Le formidable élan de solidarité des Algériens    37 décès et 1.172 nouveaux cas en 24 heures    Plus de 200.000 manifestants dans les rues contre le pass sanitaire    L'ONU salue une « réalisation historique » en Libye    Mémoire et traumatisme de guerre    Une figure de la musique andalouse s'éteint    Le TNA et le Cadc optent pour le virtuel    Tenue de la 45e Eucoco les 10 et 11 décembre prochain    L'échec de Flissi    Retrait de l'accréditation à la chaîne TV El Arabia    Une fresque murale à l'entrée de la nouvelle cité Djerda    Apulée de Madaure célébré en Hongrie    Publication de 20 ouvrages par l'Enag    Tennis : Djokovic repart bredouille, et blessé    L'AS FAR valide son billet    Les prix à la consommation en baisse de 1,1% sur un mois en juin    Après France 24: Retrait d'accréditation à la chaîne «El-Arabia»    FAF - Coupe de la Ligue: Un véritable casse-tête !    Retrait de l'accréditation en Algérie    Al Arabia interdite en Algérie    Quelle chance pour la médiation algérienne ?    LE RCD CHARGE LE GOUVERNEMENT    Chanegriha: «Mettre en échec tous les plans hostiles»    Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    Absence de culture ou...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dib est parti
Il était le dernier des pionniers
Publié dans Liberté le 03 - 05 - 2003

Il y a moins de trois mois, un grand hommage lui a été rendu à Paris, à la bibliothèque de l'Hôtel de ville, dans le cadre de l'Année de l'Algérie en France. Hommage auquel il n'a pu assister, une chute dramatique l'ayant immobilisé à son domicile dans la banlieue parisienne.
Ainsi, Mohammed Dib que les Algériens associent à L'Incendie, immortalisé par le film de Mustapha Badie, a tiré sa révérence sans bruit, lui qui précisément détestait les honneurs et autres célébrations ostentatoires. Avec sa disparition, c'est le dernier des pionniers de la littérature algérienne d'expression française qui nous quitte, après Mouloud Feraoun, Malek Haddad, Mouloud Mammeri et Kateb Yacine. L'auteur de Qui se souvient de la mer ? aura versé au patrimoine littéraire algérien, une œuvre plurielle et féconde dont l'Algérie est le personnage central.
Mohammed Dib, l'un des plus grand écrivains contemporains algériens, est décédé, hier, à Paris, des suites d'une longue maladie. L'homme de lettres avait fait, il y a un mois, une chute qui l'avait lourdement handicapé, a indiqué à l'APS, l'écrivain Anouar Benmalek avec qui il avait une correspondance suivie.
Mohammed Dib est né à Tlemcen, le 21 juillet 1920, où il a poursuivi des études primaires et secondaires qu'il achèvera à Oujda au Maroc. Jusqu'à l'âge de quinze ans, Mohammed Dib écrit des poèmes et s'adonne à la peinture. Il est nommé instituteur, puis exerce le métier de comptable et celui d'interprète anglais-français auprès des armées alliées.
De 1945 à 1947, de retour dans sa ville natale, il dessine des maquettes de tapis. En 1950-51, il travaille au journal Alger Républicain, écrivant également dans Liberté, journal du Parti communiste algérien. C'est en 1952 que paraît La Grande Maison, son premier roman qui sera suivi de L'Incendie et Le Métier à tisser, la célèbre trilogie qui le fera connaître.
Selon l'un de ses critiques, Mohammed Dib a débuté par des nouvelles et des poèmes du genre surréaliste. Et “c'est le contexte que vivait l'Algérie à l'époque qui le poussa vers le réalisme en écrivant le roman national”. Pour Aragon, “l'audace de Mohammed Dib, c'est d'avoir entrepris, comme si tout était résolu, l'aventure du roman national de l'Algérie”. Ecrivain prolifique, l'œuvre de Mohammed Dib à une portée universelle. Elle est traduite dans de nombreuses langues et fait l'objet de multiples recherches et thèses universitaires. D'une très grande modestie, écrivain écorché vif Mohammed Dib est incontestablement le père du roman algérien contemporain.
Avec sa disparition, c'est une grande page de la littérature algérienne qui est tournée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.