Abdelaziz Bouteflika : " Le FLN est le fruit de Novembre 54 et non l'œuvre d'Octobre "    Après l'accord entre l'Opep et ses alliés : Le pétrole achève la semaine en hausse    USA : Créations d'emplois moins fortes que prévu    À partir de 2021 : "L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre"    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    Accord de pêche UE-Maroc : La Suède s'oppose aux décisions du Conseil de l'UE    CAN 2019 : Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Mondial-2019 dames : Les Américaines, tenantes du titre, avec Thaïlande, Chili et Suède dans le groupe F    Tizi-Ouzou : La recherche des harraga disparus au large de Tigzirt se poursuit    Trump annonce le départ de John Kelly    Paris demande à trump de ne pas semêlerde polotique intérieure Française    Le marché, couvert à 53% de ses besoins    Les autorités algériennes appelées à les respecter    L'Algérie incapable d'abriter une compétition majeure    L'alliance présidentielle affiche sa disponibilité    Leurs corps sans vie repêchées de oued Mendès    Les dispositions expliquées par l'ambassade de France    La viande saisie achetée par un jeune "inconnu"    Le prix Mohia d'or institutionnalisé    Les Français ont eu vraiment peur…    Cinq ONG interpellent les autorités: Un appel «pour le respect des libertés»    «Al Capone le faussaire», dans les filets de la police de sougueur    L'instance de coordination s'est réunie hier au siège du RND: Alliance pour… la stabilité    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public, présenté à Alger    Une programmation qui a tenu toutes ses promesses    Semences de pomme de terre: L'autosuffisance en 2021    Déclaration de patrimoine: 54 000 élus et 6000 hauts fonctionnaires concernés    CHLEF: Journée de sensibilisation sur «El Harga»    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Brahimi buteur face à Portimonense    «La France est «reconnaissante» à l'Algérie»    Soins en France, rien de nouveau    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Le coût du transport réduit la compétitivité    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Boca débouté    Oran Stage hivernal à Oran    Ah'chem chouia !    Une sacrée «derdba» en hommage au maâlem Benaïssa    Un concours de pièces de théâtre radiophoniques l'année prochaine    La CJUE inébranlable sur la primauté du droit    Un deal à consolider    Tailleur de pierres, un métier ancestral    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Divergences au sommet    Les conservateurs allemands élisent le successeur d'Angela Merkel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alger entre pressions des lobbys et enjeux internes
Le gouvernement en quête d'une stratégie de riposte
Publié dans Liberté le 24 - 01 - 2008

L'Algérie fait l'objet d'attaques multiformes bien avant les attentats suicide du 11 décembre, dont l'un a été perpétré contre le siège du HCR à Hydra et qui semble servir de prétexte pour exercer une pression sur le pays. Des intérêts financiers et géostratégiques colossaux seraient au centre de plusieurs enjeux.
“Les attentats kamikazes sont le signe de l'échec du terrorisme en Algérie.” Cette sentence est souvent revenue dans la bouche des experts internationaux au lendemain des tragiques attentats du 11 décembre qui ont visé les sièges du HCR à Hydra et du Conseil constitutionnel à Ben Aknoun. Le 18 décembre, soit une semaine après le drame, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, se rend à Alger pour d'abord réaffirmer la solidarité de la communauté internationale avec le peuple algérien et s'enquérir ensuite des dégâts causés au siège du Pnud et du HCR à Hydra.
Les messages de soutien, dont le premier est venu de la France de Sarkozy, affluent pour signifier aux Algériens, qui ont combattu durant de longues années la violence islamiste, qu'ils ne sont plus désormais seuls dans la tourmente. Alger se sent, une fois de plus, conforté dans des choix politiques abandonnés au prix de la compromission avec l'islamisme.
Le président Bouteflika qui avait ordonné en tant que chef suprême des armées d'intensifier la lutte contre le terrorisme à l'occasion de la fête de l'Indépendance a, lui-même, échappé à un attentat kamikaze le 6 septembre 2007, soit deux mois après un discours qualifié par les observateurs de la scène politique “d'éradicateur”.
Mais, au-delà des insuffisances de la Charte, il y a lieu de relever cet acharnement du terrorisme international aujourd'hui incarné par le label d'Al-Qaïda de frapper l'Algérie.
Si l'occupation de l'Irak par les Etats-Unis a réellement boosté le terrorisme islamiste dans le monde arabe, il est curieux de constater qu'aucun pays du Golfe, proche géographiquement de l'Irak, n'a été inquiété même s'il fallait reconnaître qu'en Algérie, la situation sécuritaire héritée de la légitimation politique de l'islamisme offre les conditions idoines permettant au “terrorisme résiduel” de se régénérer.
L'Algérie, qui se remobilise sur le plan interne afin de faire face aux complots terroristes d'Al-Qaïda et de ses relais du GSPC qui se voit renforcé par les anciens du GIA malgré les coups de butoir assenés par les forces de l'ANP, semble minimiser l'apport d'une communication institutionnelle et diplomatique.
Les partisans du “qui-tue-qui ?” et du pourrissement reprennent du poil de la bête à la commission des droits de l'homme de l'ONU à Genève et ce, depuis le retour, en 2006, de Louise Arbour, ancien procureur général du TPI pour l'ex-Yougoslavie et le Rwanda, à la tête de cette instance internationale. Le vote d'une résolution contraignante contre les services de sécurité en octobre dernier par cette même commission a été le signe avant-coureur d'une campagne politico-médiatique contre l'Algérie.
La diplomatie algérienne a-t-elle pris conscience que la situation allait connaître de sérieux développements ? Difficile de répondre à cette question tant les évènements sont allés crescendo, et le scandaleux sondage d'Al Jazeera sur le terrorisme en Algérie a été un test sur la réactivité des institutions algériennes qui ont peiné à riposter.
Un capital “assurance” précaire
En attendant, il faut bien admettre que le capital “assurance” engrangé par le pays est encore précaire. Les Anglais, qui ont déconseillé Alger à leurs ressortissants “en raison de menaces persistantes d'attentats”, ont été suivis par Washington qui a demandé aux Américains présents en Algérie de restreindre leurs déplacements dans la capitale. Et la boucle est bouclée avec la décision prise par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, d'envoyer une commission d'enquête indépendante sur l'attentat qui a ciblé le siège du HCR à Hydra.
Au-delà du fait que ce dernier soit tombé dans la manipulation des lobbys anti-algériens au sein de l'organisation, et ce, en raison, entre autres, des positions algériennes sur le Sahara occidental, le lobby juif, l'Africom et la loi sur les hydrocarbures, il n'en reste pas moins que l'absence du lobbying diplomatique algérien, qui a pourtant démontré son efficacité au moment où le pays était sous embargo et alors que les partisans du “qui-tue-qui ?”, au summum de leur “puissance politique”, ne pouvaient pas faire voter une résolution anti-algérienne, a créé la faille où sont venus s'engouffrer tous ceux qui avaient un compte à régler avec l'Algérie et ceux qui espéraient pour une raison ou une autre accaparer en toute légalité ou légitimité les richesses du pays.
On en est ainsi à ce stade. Même les ripostes se font discrètes, voire timides comme si les institutions se renvoyaient la balle au moment où l'Algérie en tant qu'Etat et peuple est la cible d'attaques multiformes.
La lutte antiterroriste engagée sur le terrain a, elle aussi, besoin de relais politico-médiatiques pour réaffirmer la dimension républicaine de l'Etat algérien afin que les sacrifices consentis en quinze ans de combat contre l'intégrisme et l'extrémisme religieux ne soient pas vains.
En attendant une visibilité politique, à une année de la présidentielle de 2009, il est tout à fait clair que 2008 sera l'année de la transition, des manœuvres et de la guerre des positions entre les partisans et opposants d'une révision de la Constitution et d'un troisième mandat du président Bouteflika. Mais la sombre parenthèse de l'histoire de l'Algérie doit forcément se refermer.
La stabilité politique pour laquelle le pays a payé le prix fort est appelée à demeurer la ligne conductrice de toute stratégie de riposte ou de sortie de crise. Les enjeux ne sont pas seulement internes. Loin s'en faut.
Allami Allami


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.