Rentrée 2022-2023 : le ministère de l'Education publie la liste officielle des fournitures scolaires    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Le vieux de mon village    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Un Palestinien tombe en martyr    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Alerte sur le patrimoine culturel en Tunisie, Egypte et Libye
Publié dans La Nouvelle République le 06 - 04 - 2012

A Paris, l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) a célébré avec quelques mois de retard le 40e anniversaire de sa Convention contre le trafic des biens culturels…
Et force est de constater que l'ambiance n'était pas à la fête. La convention peine à lutter contre un trafic qui s'accentue du fait des révoltes en Egypte, en Tunisie et en Libye notamment. Sur place, les pillages des sites archéologiques et des musées sont alarmants. L'Unesco rappelle plus que jamais l'urgence d'une action et se dit très inquiète de la situation du patrimoine dans le monde arabe. L'Unesco a lancé un appel à la Libye qui compte cinq sites inscrits au patrimoine mondial dont certains remontent au néolithique. Il est évident qu'en plein conflit, les pillages risquent de se multiplier. On l'a vu en Egypte, la protection du grand musée du Caire n'est plus une priorité. Résultat : de nombreuses pièces ont été volées, même chose sur les sites archéologiques. Ces pièces alimenteront le marché illicite des biens culturels. La situation en Egypte est alarmante, explique Gihan Zaki, adjointe du ministre de la Culture égyptien : «Ce patrimoine n'est pas national, il est international. Il faut le traiter comme tel. Il faut éviter la fatwa, le discours des imams des villages à proximité des sites archéologiques est que si un paysan trouve un objet dans le cadre de fouilles illicites, il peut le vendre et s'enrichir, c'est son droit. C'est très dangereux, ce patrimoine n'appartient pas à des individus mais à la terre entière.» Les limites de la Convention La Convention de l'Unesco, qui date de 1970, a tout de même permis de poser des garde-fous. Aujourd'hui ratifiée par 120 pays, elle a été la première à prendre des mesures pour interdire et empêcher l'importation, l'exportation et le transfert de propriété illicites de biens culturels. Cette convention a cependant ses limites, explique Francesco Bandarin, directeur général adjoint de l'Unesco pour la Culture : «Ce n'est pas une convention universelle, 73 pays ne l'ont pas signée. Et le trafic ne s'arrête pas aux frontières. En outre, elle engage uniquement les Etats, donc, n'a pas d'influence directe sur le marché illicite. En revanche, la Convention Unidroit sur les biens culturels volés ou illicitement exportés de 1995 a amélioré les choses. La Convention n'a pas de comité. C'est un avion sans pilote et elle ne concerne que les objets inventoriés. Il y a un élément qui manque, le public n'est pas assez informé. Quand vous allez au Kenya, par exemple, vous avez des posters qui interdisent l'achat d'ivoire ou de tortues, les gens savent que s'ils le font c'est un crime. Pour le commerce des œuvres d'art, les mises en garde visibles n'existent pas. C'est absurde» ? Faut- il restituer les œuvres d'art ? La Convention de l'Unesco a cependant permis de faire évoluer les législations nationales et a influencé les jurisprudences. Elle est désormais prolongée par la Convention Unidroit de 1995. Le problème, c'est que seulement 31 pays ont signé la Convention Unidroit. Corinne Hershkovitch a écrit avec Didier Rykner un ouvrage sur la question de la restitution des œuvres d'art aux éditions Hazan. «De plus en plus d'Etats souhaitent récupérer sur leur sol des objets déplacés au cours des siècles, comme par exemple lors des campagnes de Napoléon ou lors des fouilles du Machu Picchu, effectuées par des scientifiques de la Yale University. Ils avaient rapporté aux Etats-Unis des pièces pour les étudier et le Pérou a fait une réclamation et a récupéré beaucoup de ces pièces 100 ans plus tard. Et là, la Convention de l'Unesco a une place à tenir. La question étant : est-ce que la meilleure place pour ces objets est leur lieu d'origine ? Dans ce cas, il faut restituer massivement. Ou est ce qu'il faut tenir compte de l'histoire ? La question n'est pas tranchée, parce que les pays d'Europe du Nord ou d'Amérique qui sont de gros consommateurs n'ont pas les mêmes impératifs quant à la protection des biens culturels que les pays africains ou d'Amérique latine qui sont des pays dans lesquels on est allé se servir. Donc, il faut trouver un dénominateur commun à tous, et c'est là toute la difficulté.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.