Les premiers pas vers l'élection présidentielle du 12 décembre    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    Créances de plus de 2,9 milliards DA à recouvrer par la Sonelgaz    Recul de plus de 12% des importations durant les 7 premiers mois de 2019    Boukadoum dirigera la délégation algérienne à la 74ème session ordinaire de l'AG de l'ONU    La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Série A: La Juventus évite le piège de l'Hellas    Blessé au mollet, Slimani forfait contre Reims    Agacé, Mourinho éteint les rumeurs et réclame du respect pour Zidane !    Un jeune homme trouve la mort par électrocution à Ouled Ayaiche    Une vingtaine de projets hydrauliques proposés au plan de développement de 2020    Arrestation de 6 personnes impliquées dans une affaire de détournement de deniers publics    Ouverture de la 5e édition aujourd'hui    La police retire le permis de port d'arme à Tliba    PORT D'ALGER : Saisie de plus de 1800 comprimés de psychotropes    MOSTAGANEM : 207.621 élèves inscrits pour l'année scolaire 2019-2020    AIN BEIDA (ORAN) : Saisie de 1242 unités de boissons alcoolisées    DISPARITION DE 34 MILLIARDS DES CAISSES DE L'UGTA : Abdelmadjid Sidi-Saïd dans le collimateur    7EME EDITION DU FESTIVAL NATIONAL DU MELHOUN : 34 artistes au rendez-vous    Forte mobilisation à Alger et dans les autres villes du pays : Plus déterminés que jamais    Plus de 3 200 demandeurs d'emploi placés depuis janvier    L'étrange décision du ministère de l'Enseignement supérieur    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 5ème journée    Chérif El-Ouazzani prend deux matches    Al-Badri nouveau sélectionneur    2 000 logements seront réceptionnés à Jijel d'ici décembre    Grande mobilisation à Aïn Témouchent    Le centre et le nord du Mali sombrent dans la violence    Vent de révolte contre le pouvoir militaire d'al-Sissi    Amnesty fustige l'usage excessif de la force par la police    Il sauve 2 vies et perd la sienne    Le P/APC de Mekla suspendu par le RCD    "Makanch l'vote, diroulna les menottes"    Les problèmes et les enjeux du 6e art en débat    Les luttes citoyennes racontées autrement    Des ONG progressistes soutiennent le "hirak"    En France : quand un anti-raciste noir est accusé de racisme    Réfléchir sur le temps long pour comprendre les enjeux du présent    Elle est comment la liberté ?    CRB : Plus qu'une rencontre, un classique    Quel Président pour les Algériens ?    En bref…    47 harraga secourus au large d'Oran    Plus de 3.000 logements sociaux en attente d'attribution: L'affichage des listes des bénéficiaires avant la fin de l'année    Amnesty International dénonce le «blocage de l'accès à Alger»    Tizi-Ouzou, Béjaïa: Protesta des avocats    Skikda: Protesta des travailleurs d'ALTRO    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Fondation Matoub demande la réouverture du dossier
Publié dans La Nouvelle République le 26 - 06 - 2012

La Fondation Matoub Lounès a, par la voix de sa présidente, Malika Matoub, la sœur du chanteur assassiné le 25 juin 1998, demandé, hier, aux autorités judiciaires compétentes, la réouverture du dossier pour éclaircir les zones d'ombre qui entourent cet assassinat que d'aucuns qualifient de politique.
Elle s'exprimait lors d'une conférence de presse animée à Taourirt Moussa (Beni Douala), village natal du chanteur kabyle engagé, à l'occasion du 14e anniversaire de son assassinat. Une rencontre au cours de laquelle l'intervenante a «interpellé» les plus hautes instances du pays à l'effet d'examiner, de nouveau, l'affaire dite Matoub. S'appuyant sur une expertise balistique effectuée, à sa demande, par des experts français en novembre 2011, la sœur du Rebelle a indiqué que l'attentat qui a coûté la vie à son frère «a été commis par des personnes parfaitement renseignées, entraînées et maîtrisant l'usage d'une arme d'assaut automatique. Ce qui leur a permis d'orienter la concentration de tirs sur leur cible, sans blesser les autres passagers». «Aucune trajectoire ne concorde avec la blessure à la tête de Lounès Matoub. Ce qui est révélateur d'une exécution alors que ce dernier était à l'extérieur du véhicule en position allongée», selon la déclaration remise à la presse citant les conclusions de ladite expertise balistique effectuée sur le lieu du crime, à Tala Bounane, où une reconstitution des faits a été effectuée par les experts français. Revenant sur le procès «de deux individus» présumés impliqués dans l'assassinat du chanteur Kabyle, tenu au mois de juillet dernier, la présidente de la fondation Matoub Lounès l'a qualifié de «parodie judiciaire», invitant les deux prévenus, aujourd'hui en liberté après avoir purgé leurs peines, à faire leurs «révélations» promises pendant leur incarcération. Matoub Lounès, le chantre de l'amazighité, a été assassiné le 25 juin 1998 par un groupe d'individus armés au détour d'un virage, au lieudit Tala Bounane, dans la localité de Béni Douala, au sud-est de Tizi Ouzou. Il s'apprêtait à rejoindre son domicile à Taourirt Moussa (Béni Douala) à bord de son véhicule, en compagnie de sa femme et de ses deux belles sœurs. Notons, par ailleurs, que des festivités commémoratives, organisées par le mouvement associatif en hommage au chantre de l'amazighité, se tiennent aux quatre coins de la Kabylie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.