Cour d'Alger: report du procès en appel de l'affaire Ali Haddad au 27 septembre    Real : Un couac avant le premier match de Liga face à la Sociedad    Ligue 1 : Paris se ressaisit et s'impose face à Nice    Sabri Boukadoum entame une visite de travail à Bamako    Nice : Atal et Gouiri titulaires face au PSG    Ligue 1-reprise des entraînements: les clubs voient enfin le bout du tunnel    Plus de 50 milliards de dinars de perte    La justice à la recherche des complices de Haddad    Tebboune installe une commission pour l'amender    Un "casus belli" technologique nommé TikTok    Gloire à l'ANP et gratitude envers l'Armée rouge !    Manifestations pour plus de démocratie    Des opposants poursuivis pour terrorisme    Liberté de dire. Toujours !    Les partis privés de subventions de l'Etat    "Libérez Drareni, libérez tous les détenus d'opinion"    Des robes noires s'insurgent contre les procès à distance    Ce que prévoit la note du MJS    Mort d'un conducteur suite au renversement de son camion    Le flou persiste et inquiète les concernés    6 décès et 210 nouveaux cas en 24 heures    Fin prêtes pour accueillir les étudiants    Les cafés littéraires dénoncent et condamnent    Jimi Hendrix, mythes et légendes marocaines 50 ans après sa mort    Appel à la solidarité au profit des démunis    L'Algérie participera à l'édition BFM du Limousin    Le numérique, un geste barrière efficace ?    Plus de 4000 logements à attribuer avant la fin de l'année    Le projet de la cité des 1000 logements «dégommé»    Tikjda : Encore des feux de forêt    Match amical Algérie – Cameroun aux Pays-Bas    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Etats-Unis et Chine : duel à distance    Où est l'Algérie ?    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    Le mouvement El Islah décide de voter "Oui" au référendum du 1e novembre    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    Il avait intenté une autre action contre l'Algérie: Sawiris de nouveau débouté dans l'affaire Djezzy    Offres et avantages de la CNAS: Une caravane de sensibilisation dans les zones d'ombre    Tlemcen: Une question de conformité    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    Une "étape cruciale" pour Chanegriha    "Nous n'importerons aucun vaccin qui ne soit pas pré-qualifié OMS"    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Fondation Matoub demande la réouverture du dossier
Publié dans La Nouvelle République le 26 - 06 - 2012

La Fondation Matoub Lounès a, par la voix de sa présidente, Malika Matoub, la sœur du chanteur assassiné le 25 juin 1998, demandé, hier, aux autorités judiciaires compétentes, la réouverture du dossier pour éclaircir les zones d'ombre qui entourent cet assassinat que d'aucuns qualifient de politique.
Elle s'exprimait lors d'une conférence de presse animée à Taourirt Moussa (Beni Douala), village natal du chanteur kabyle engagé, à l'occasion du 14e anniversaire de son assassinat. Une rencontre au cours de laquelle l'intervenante a «interpellé» les plus hautes instances du pays à l'effet d'examiner, de nouveau, l'affaire dite Matoub. S'appuyant sur une expertise balistique effectuée, à sa demande, par des experts français en novembre 2011, la sœur du Rebelle a indiqué que l'attentat qui a coûté la vie à son frère «a été commis par des personnes parfaitement renseignées, entraînées et maîtrisant l'usage d'une arme d'assaut automatique. Ce qui leur a permis d'orienter la concentration de tirs sur leur cible, sans blesser les autres passagers». «Aucune trajectoire ne concorde avec la blessure à la tête de Lounès Matoub. Ce qui est révélateur d'une exécution alors que ce dernier était à l'extérieur du véhicule en position allongée», selon la déclaration remise à la presse citant les conclusions de ladite expertise balistique effectuée sur le lieu du crime, à Tala Bounane, où une reconstitution des faits a été effectuée par les experts français. Revenant sur le procès «de deux individus» présumés impliqués dans l'assassinat du chanteur Kabyle, tenu au mois de juillet dernier, la présidente de la fondation Matoub Lounès l'a qualifié de «parodie judiciaire», invitant les deux prévenus, aujourd'hui en liberté après avoir purgé leurs peines, à faire leurs «révélations» promises pendant leur incarcération. Matoub Lounès, le chantre de l'amazighité, a été assassiné le 25 juin 1998 par un groupe d'individus armés au détour d'un virage, au lieudit Tala Bounane, dans la localité de Béni Douala, au sud-est de Tizi Ouzou. Il s'apprêtait à rejoindre son domicile à Taourirt Moussa (Béni Douala) à bord de son véhicule, en compagnie de sa femme et de ses deux belles sœurs. Notons, par ailleurs, que des festivités commémoratives, organisées par le mouvement associatif en hommage au chantre de l'amazighité, se tiennent aux quatre coins de la Kabylie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.