Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    Sahara occidental: une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Manchester United: l'inquiétude de Solskjaer    Assassinat de Ali Tounsi: la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    Covid-19: six nouveaux cas du variant britannique découverts en Algérie    Les acquis de la cause sahraouie poussent le Maroc à des décisions "irresponsables"    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Rupture des relations avec l'ambassade d'Allemagne à Rabat: la correspondance de Bourita trahit une réaction émotive de la diplomatie marocaine    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Le Président Tebboune reçoit les dirigeants de trois partis politiques    L'ambassade de France s'explique    Tebboune : la menace technocratique    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    Huiles de table - Communiqué de Cevital    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Améliorer d'abord les conditions de vie    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    "Les élections ne sont pas une priorité"    Beldjoud préside l'installation du wali    Hirak, l'heure des clarifications    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    La disette de Suarez inquiète    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    Les Palestiniens veulent une enquête «urgente»    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    La mafia du foncier dénoncée    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    Varane, signature imminente?    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Soheib Bencheikh dénonce «l'irrationalité du discours religieux»
Publié dans La Nouvelle République le 26 - 03 - 2013

L'islamologue et chercheur en sciences religieuses, Soheib Bencheikh, a appelé, depuis Oran, à «dépasser l'irrationalité du discours religieux ambiant» afin que la société « puisse vivre pleinement dans la modernité».
«Le frein empêchant la réalisation de la modernité réside dans le gavage de notre société par un discours religieux, confus et irrationnel, qui envahit la place publique et les institutions», a déclaré Soheib Bencheikh lors d'une conférence au Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC). Le conférencier a relevé que les références du discours religieux actuel «ne sont que des lectures personnelles, alors que l'islam représente une référence absolue». «Les hommes et les femmes ont une lecture de l'islam en fonction de leurs attentes, de leurs aspirations, de leur condition et de leur appréciation», a-t-il souligné, citant le Coran, la sunna, l'ijmaâ (consensus) et l'ijtihad comme seules références de la religion musulmane. M. Bencheikh estime que toute recherche, même scientifique, en matière de religion «devrait s'armer de prudence et de modestie, sinon d'égard». «Il est nécessaire, dit-il, d'entreprendre une véritable archéologie des mots par le biais d'approches philologiques et linguistiques», ajoutant que le chercheur doit retrouver les véritables signifiants auxquels renvoie le texte fondateur de la religion, «lesquels constituent et finalisent le dogme». Il est vrai que depuis les années 1990, la religion a été incorporée d'une façon considérable dans la société algérienne. Pourtant, même sous le colonialisme, la quasi-totalité des Algériens étaient des musulmans. Ce n'est qu'après avoir légalisé les mouvements islamistes dans le champ politique, qu'un autre islam radical et violent a fait son apparition dans note pays. Le retour de plusieurs djihadistes d'Afghanistan a beaucoup influé sur la société algérienne, qui, endoctrinée, ne vit que par l'islam importé de Kaboul, Peshawar et autres régions afghanes. Les représentants de ces partis religieux en Algérie ont profité de cette occasion pour instrumentaliser l'islam à des fins purement politiques pour arriver au pouvoir. Le citoyen qui était tolérant et qui n'a jamais rejeté même les juifs ou n'importe quel étranger est redevenu subitement intégriste et ne peut même pas admettre son propre frère algérien. L'ensemble des moyens ont été utilisés par ces mouvements qui instrumentalisent l'islam et le Coran pour induire en erreur la population. Nous n'apprenons rien à personne ce qui s'est passé dans notre pays lors de la décennie noire où l'Algérie a payé un lourd tribut et on n'est pas encore sorti de l'auberge. Avant de gagner les maquis, des milliers de jeunes seront endoctrinés, prêt à assassiner leurs propres parents. Le seul moyen d'éviter à notre pays de replonger dans les années de l'enfer consiste à appliquer les lois de la République et de séparer la religion et la politique. Ancien mufti de Marseille, Soheib Bencheikh est l'auteur de plusieurs ouvrages traitant de l'islam en France, de la modernité et de la laïcité. Parmi ses titres les plus connus figurent Marianne et le Prophète, Désacraliser le droit musulman » et L'islam face à la laïcité française.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.