7 ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    Les prix poursuivent leur hausse    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Saïed maintient les mesures d'exception    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    877 employeurs concernés à M'sila    La justice se saisit du dossier    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des partis politiques à la traine    Intense activité pour Lamamra à New York    un conseil national du tourisme?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Malgré le calme, le piquet d'alerte maintenu
Publié dans La Nouvelle République le 21 - 04 - 2014

Quelque 3 000 personnes, en majorité des étudiants, affiliés au MCB, MAK, RCD ou FFS ont marché le 20 avril, une date symbole qui marque le 34e anniversaire du Printemps berbère. La procession a prit le départ du campus Abderrahmane-Mira à Targa Ouzemour, pour traverser la route du stade, El-Hammadia, Dawadji et aboutir dans une ambiance festive devant le siège de la wilaya.
Les carrés étaient séparés, ce qui dénote d'une organisation sans faille ; des slogans dénotaient la colère contre le refus de la reconnaissance de tamazight et ce, dans uneparfaite union. Si ceux du MAK étaient virulents et plaidaient pour une pure «autodétermination», ceux du MCB, qui revient au-devant la scène après une longue absence, s'exprimaient en termes culturels. «Tamazight, langue nationale et officielle», et un clin d'œil à la ville de Ghardaïa dont les marchants ont déploré le sang versé «Assez de sang mozabite coulé, basta basta». Des portraits de Ferhat Mehenni, ainsi que des drapeaux aux couleurs amazighes ont été brandis lors de la procession. Dérapage En dépit de la bonne organisation manifeste, qui n'a laissé aucune faille, les carrés ont été infiltrés et l'irresponsable arriva face au siège de la wilaya. A ce niveau, les esprits se sont échauffés, et certains se sont attaqués au portail qui est resté jusque-là inviolable, malgré les maintes manifestations qui se sont déroulées, dont la dernière en date du 16 avril où le meeting de M. Sellal a été empêché et suivi d'émeutes qui sont venus à bout de la maison de la culture (calcinée) et une partie de la façade de la direction de l'éducation (saccagée) Appel au calme Le portail de la wilaya a été défoncé par des manifestants. C'est alors que les forces anti-émeutes cantonnées à l'intérieur de la wilaya ont usé de gaz lacrymogènes et procédé à des arrestations. Hier, alors que le wali appelait au calme, la situation était sereine, mais un important dispositif sécuritaire était maintenu en alerte face au siège de la sûreté de wilaya. Le 20 avril a été pour autant célébré par de nombreuses régions qui se sont contentées de l'aspect festif, mettant de côté le caractère revendicatif, notamment quand il est exploité à d'autres fins !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.