Le dilemme de Bedoui et Lamamra    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Les Algériens à la recherche d'une double rupture    «Je ne vais pas passer mon temps à justifier tous mes choix…»    Fin de parcours pour la JS Saoura    Le GS Pétroliers réussit ses débuts    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Détournements de deniers publics à l'antenne ADE de Bouhadjar, 3 fonctionnaires impliqués    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Ligue 2: L'ASO Chlef nouveau dauphin du NCM    16 soldats maliens tués dans un assaut contre une base militaire    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Trafic de fausse monnaie: Un troisième réseau démantelé à Oran    Oran: Vingt ans de prison pour des convoyeurs de cocaïne    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    Ligue 1: Le MCO épinglé à Sétif, la JSK rate le coche    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Les travailleurs de GTP et Sarpi en grève    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Mohamed Aïssaoui, un exemple de l'intégration sociale des handicapés par le sport    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    CNAS: Près de 295 000 assurés sociaux aux besoins spécifiques pris en charge en 2018    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    Les journalistes de l'ENTV écrivent à leur DG    Gaïd-Salah en visite de travail    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Décès de la chanteuse Hnifa
Publié dans La Nouvelle République le 26 - 12 - 2015

Interprète de l'exil, poète maudite et chanteuse rebelle, Hnifa n'a pas eu une vie de rêve. Avec la solitude comme compagne, elle va de tourmente en tourmente, et s'accroche à la chanson qui constitue pour elle l'unique évasion.
De son vrai nom Zoubida Ighil Larba, Hnifa est née le 4 avril 1924, à Ighil M'henni, à Azzefoun (Tizi Ouzou), au sein d'une famille nombreuse. Cette dernière, comme tant d'autres, a fui l'hostilité de la campagne kabyle pour chercher à Alger, des conditions de vie plus clémentes. La Seconde Guerre mondiale et le débarquement allié dans la capitale précipitent le retour au village d'origine où la jeune fille mène l'existence sans relief d'une montagnarde berbère.
Hnifa se passionne pour la poésie et agrémente chacun de ses instants par des chants. C'est aussi tout naturellement qu'elle exprime publiquement son talent, lors des fêtes de femmes, organisées au village où sa présence est particulièrement appréciée.
Mariée une première fois à l'âge de 15 ans, à un commerçant ami de son père, elle fuit le foyer conjugal de Kanis six mois plus tard et retrouve le domicile des parents alors déchiré. La mort accidentelle de l'un de ses frères, puis la répudiation de sa mère, quelques temps après. C'est, pour la jeune Hnifa, le début de l'errance. Remariée une seconde fois, elle fugue de nouveau au bout d'une année, avec cette foi-ci une fille dans les bras. La jeune femme est contrainte de faire des petits emplois pour vivre.
En 1951, sa rencontre avec Lla Yamina change le cours de son destin et constitue le premier jalon de sa carrière artistique. Celle-ci la présente à madame Lafarge qui anime alors une chorale féminine dans laquelle se côtoient des artistes précurseurs dont Chérifa, l'autre grande dame de la chanson kabyle. Hnifa fréquente assidûment la chorale entre 1951 et 1957.
Elle s'y affirme et ne tarde pas à faire son apparition à la Radio sous la direction de l'orchestre de Cheikh Noredine, s'y produisant une fois par semaine, accompagnée de la chorale ou en solo. C'est ainsi que Zoubida, la fière villageoise, disparaît à tout jamais et laisse place à Hnifa, l'artiste marginale qui chante son vécu et ses souffrances. Après un troisième mariage non réussi, en 1957, Hnifa quitte l'Algérie et s'installe dans la capitale française pour au moins deux ans. Durant ce séjour, Hnifa «la rebelle», Hnifa «la poétesse maudite, animera des fêtes dans des cafés maghrébins devant un public exclusivement masculin.
Elle retrouve à cette période Kamel Hamadi, rencontré à Alger quelques années plus tôt. Ils enregistrent ensemble le duo Ydhem, Ydhem et il compose pour elle, douze autres titres taillés à la mesure de sa vie et de ses sentiments. Des œuvres, aujourd'hui, devenues patrimoine de la chanson kabyle. En 1962, elle revient à Alger où elle continue à interpréter avec brio des chansons dans lesquelles s'investit une femme angoissée, sans protection, sans desseins fixes.
En 1975, elle s'exile à Paris, sans savoir qu'elle ne reviendra pas dans son pays de son vivant. Là bas, elle poursuit son métier de chanteuse et joue comme actrice de cinéma, notamment dans Les Chevaux du soleil, avec cheikh Noredine.
Sa dernière apparition en public date du 2 novembre 1978, à la Mutualité de Paris. Hnifa décède le mercredi 23 décembre 1981, à l'âge de 57 ans, dans un modeste hôtel parisien.
Son corps est rapatrié dans son pays natal et inhumé au cimetière d'El-Alia, à Alger. Elle laissera derrière elle 64 chansons enregistrées à la RTA, parmi un répertoire qui en comptait quelque 200, ainsi qu'un grand nombre de disques 45 t. Parmi ses grands succès, on peut citer Ahak Sidi Aïch accompagnée de l'orchestre de Missoum, A. Mohamed, Sallat al Rassoul Allah, Azhriou anda Themzi, Ya Sidi Abderrahmane, Machied El Ghna, Dherayiou et Tawalizth.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.