TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Mustapha Hadni (PLD) : « Traduire politiquement les revendications citoyennes … »    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Grandiose !    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    Saviez-vous que… ?    Un mort et trente blessés à Blida    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    ACTUCULT    Explosion de joie sur fond de révolution    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Tiaret : Des résultats satisfaisants au baccalauréat    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Merci, El Khadra !    Une locomotive calcinée et près de 7 hectares de chaumes ravagés par les flammes    Montage automobile, les vrais coupables !    Le festival de la chanson oranaise revient    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Ambiance : Alger en "feu" fête la deuxième étoile continentale des "Verts"    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    Prés de 30 millions de dollars en 5 mois    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bob Dylan remporte et révolutionne le prix
Publié dans La Nouvelle République le 16 - 10 - 2016

Avec le choix de l'Américain Bob Dylan, l'Académie suédoise a fait exploser tous les repères littéraires. Jeudi 13 octobre et pour la première fois dans l'histoire centenaire du prix Nobel de littérature, un chanteur a remporté la plus haute distinction de la littérature « pour avoir créé dans le cadre de la grande tradition de la musique américaine de nouveaux modes d'expression poétique ». Il y avait des hourras dans la majestueuse salle de la Bourse à Stockholm, ce jeudi 13 octobre. Avec Bob Dylan, pour une fois, tout le monde connaissait par cœur le lauréat du prestigieux prix Nobel de littérature.
Bob Dylan à côté de Toni Morrison En hissant les paroles des chansons de Bob Dylan au même niveau littéraire que les textes deToni Morrison, la dernière Américaine qui a reçu le prix Nobel de littérature (1993), l'Académie suédoise a déclenché une petite révolution. « Bob Dylan écrit une poésie pour l'oreille, qui doit être déclamée. Si l'on pense aux Grecs anciens, à Sappho, Homère, ils écrivaient aussi de la poésie à dire, de préférence avec des instruments ». C'est ainsi que Sara Danius de l'Académie suédoise a justifié la décision (« d'une grande cohésion ») des membres du comité. Salman Rushdie, lui-même l'un des grands favoris du prix, a félicité sur Twitter « un super choix » en qualifiant Bob Dylan de « brillant héritier de la tradition des bardes ». D'autres ont exprimé leur désarroi face au choix osé de l'Académie. Mais, en critiquant une confusion des genres, on risque de rater la dimension historique de cette décision. Avec Bob Dylan, ce n'est pas la musicalité des mots, mais surtout les mots imprégnés de musique qui font leur entrée dans les critères du prix Nobel de littérature. Du coup, de nouveaux horizons s'ouvrent pour la littérature : après les paroles de chanson, peut-être y aura-t-il bientôt des mots sur des photographies ou des peintures, des graffitis sur des murs ou des poèmes dansés nobélisables ? Pourquoi pas ? L'icône d'une musique folk et engagée Il est né sous le nom de Robert Allen Zimmermann, le 24 mai 1941 à Duluth, dans le Minnesota, descendant de grands-parents juifs originaires d'Europe de l'Est fuyant les pogroms antisémites. Il s'inscrit d'abord aux cours d'art à l'université de Minnesota avant de déménager en 1961 à New York pour rejoindre la scène expérimentale de Greenwich Village et de plonger ainsi sous le nom d'artiste Bob Dylan dans l'aventure de la Beat Generation. Aujourd'hui, Dylan représente le chanteur américain par excellence. Il est devenu l'icône d'une musique folk, populaire et engagée des années 1960 et 1970, une époque marquée par la guerre de Vietnam, les mouvements civils et la contre-culture. Dylan a écrit, composé et interprété de véritables hymnes anti-guerre et des chansons restées jusqu'à aujourd'hui vivantes et virulentes dans la culture occidentale : «Blowin in the Wind, Like a Rolling Stone, Mr. Tambourine Man,Forever Young, Knockin» on Heaven's Door. Extrait de Blowin in the Wind (1962) How many times must a man look up Before he can see the sky ? Yes, 'n' how many ears must one man have Before he can hear people cry ? (Traduction) Combien de fois un homme doit-il regarder vers le haut Avant de pouvoir voir du ciel ? Oui, et combien d'oreilles un seul homme doit avoir Afin de pouvoir entendre crier les gens ? Bob Dylan, de Victor Hugo à la Beat Generation Avec son choix, pour le moins inattendu, le comité du prix Nobel souligne la dimension littéraire d'un poète-chanteur, admirateur d'Arthur Rimbaud et de Bertolt Brecht, mais aussi de Victor Hugo dont il a lu et admiré dans sa jeunesse l'ouvrage Notre-Dame de Paris. Il a même rendu hommage à l'écrivain français sous forme d'un « bossu » qui hante sa chanson Desolation Row(1965). Sur le dos de l'album Another Side of Bob Dylan, le chanteur a même publié un poème dédié à la chanteuse Françoise Hardy, rencontrée lors de son séjour parisien en 1964. Et bien sûr, Bob Dylan a été fortement influencé par les écrivains de la fameuse Beat Generation, à l'image d'un Allen Ginsberg devenu superstar. Une génération qui vit actuellement une forte réévaluation dans le monde des arts. Il y a, par exemple, le film réalisé par le Brésilien Walter Salles, Sur la route, une mise en image du livre culte de Jack Kerouac. Il y a aussi Inside Llewyn Davis des cinéastes Joel et Ethan Coen montrant des « losers » qui ont jadis préparé le terrain pour des stars comme Bob Dylan sans pour autant en profiter. Une relecture littéraire de ses chansons Avec la nobélisation de Bob Dylan, l'Académie suédoise contribue à son tour à cette renaissance d'une époque toujours à l'œuvre dans les subconscients des sociétés occidentales et invite à une relecture littéraire de ces chansons déjà parues ou à venir, car à l'âge de 75 ans, le chanteur vient de sortir en mai dernier son 37e album studio, Fallen Angels, avec des reprises de standards américains jadis chantés par Frank Sinatra. Bob Dylan se promène avec son harmonica et sa guitare aux quatre coins de la planète pour une tournée baptisée Never Ending Tour «(Sans fin)».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.