Afghanistan: l'EI revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Un rassemblement en prévision de l'arrivée d'Ouyahia    Ouaret, DG des douanes, et Hiouani, gouverneur de la BA par intérim    Les importations en légère baisse    UGTA : Sidi-Saïd jetterait-il l'éponge ?    Les ministres autorisés à déléguer leur signature    à quoi obéit l'activisme renaissant d'Ould Abbes ?    Début du référendum constitutionnel en Egypte    Faux indices contre réalité    La FAF dénonce le comportement de Raouraoua    L'Algérien Youcef Rihane éliminé au deuxième tour    Le leader en péril à Sétif, duels à couteaux tirés en bas du tableau    La préparation du match contre la JSK perturbée    Madagascar et l'Ouganda au programme du Kenya    18,7 milliards de centimes octroyés    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    Les 7 000 LPL de Draâ Errich en voie de règlement    La progression féconde    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Aziz Chouaki, Ulysse en mode harrachi    «Le théâtre en tout lieu et temps»    Des vents forts sur plusieurs wilayas du sud du pays    Foyers de rougeole à Jijel : Rush sur les centres de vaccination    L'UNICEF lance une campagne de sensibilisation sur l'importance des vaccins    Décès de l'historienne Annie-Rey Goldzeiguer    Chiheb torpille Ouyahia    "Trop tard, M.Bensalah..."    50 soldats syriens tués par Daesh à Deir Ezzor    Algérie - Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Installation des commissions de candidatures et de recours    Ronaldo, la mise au point d'Allegri    Un jeu international qui disqualifie l'ONU    700 tonnes de produits transportés vers la Mauritanie et le Sénégal    En hommage aux 126 martyrs    Expo "L'Afrique à la mode"    De l'immigration clandestine en question    Transfert illégal de devises : une bande démantelée    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Le quart de rôle de Bensalah    El-Oued : Pôle agricole en tête des wilayas du Sud productrices de primeurs    Transition politique : Me Brahimi plaide pour la mise en place d'une commission souveraine    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    Grande-Bretagne : L'hypothèse du "no Brexit" plus probable que celle du Brexit dur    Sharp, un prototype d'un mobile pliable présenté au Japon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Makhzen dans l'impasse
Publié dans La Nouvelle République le 23 - 12 - 2016

Les eurodéputés saluent l'arrêt de la CJUE qui confirme que les accords UE/Maroc ne sont pas applicables au Sahara occidental, cela veut dire que le Sahara occidental n'est pas sous juridiction marocaine, et que les produits commercialisés par le Maroc en provenance des territoires occupés seront désormais boycottés par l'UE.
Au plan politique, la Cour de justice de l'UE reconnaît tacitement le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui, en raison du statut spécifique de ce territoire garanti par la charte des Nations unies. En effet, des députés européens ont salué mercredi le verdict de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) qui a confirmé dans son arrêt que les accords d'association et de libéralisation conclus entre l'UE et le Maroc ne sont pas applicables au Sahara occidental, en raison de son statut spécifique garanti par la charte des Nations unies rapporte l'APS. Selon l'eurodéputé français José Bové, «la Cour a rétabli le droit contre l'imposture des gouvernements européens, en particulier du gouvernement français, alliés au Maroc contre le peuple sahraoui et ses représentants». José Bové a estimé que cet arrêt «aura un impact au plan diplomatique», relevant la nécessité qu'il soit «suivi d'effets» notamment pour interdire les importations marocaines de produits provenant du Sahara occidental. «Cette mesure devra également être appliquée aux poissons pêchés au large des côtes du Sahara occidental par des bateaux marocains ou de pays de l'Union européenne», a-t-il ajouté. Il a exhorté, à ce titre, la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, à «veiller à l'application du droit» rappelant, en particulier à la France, que «le colonialisme est révolu». «Après 40 ans d'occupation, le Sahara occidental reste un territoire à décoloniser», a-t-il souligné. En charge de ce dossier dès 2010, José Bové a rappelé qu'il a alerté à maintes reprises ses collègues sur ces accords. D'une part pour en dénoncer les conséquences néfastes sur l'environnement et les petits agriculteurs marocains ou du Sud de l'Europe. D'autre part, pour leur rappeler le droit international que la Commission, les gouvernements et le Parlement européens ont violé, poursuit dans sa dépêche l'Agence nationale de presse. L'eurodéputé espagnol, Florent Marcellesi, a estimé de son côté que «l'Espagne doit mettre fin à sa complicité dans l'occupation illégale du Sahara occidental». Exprimant sa «satisfaction» de la décision de la CJUE qui a confirmé «sans ambiguïté» que le Sahara occidental ne fait pas partie du Royaume du Maroc et, par d'association, et de libéralisation conclus entre l'UE et le Maroc ne sont pas applicables au Sahara occidental, Florent Marcellesi, a qualifié cette décision de «victoire retentissante» pour le peuple sahraoui. «C'est une victoire retentissante pour le droit international et le peuple sahraoui dans sa lutte pour l'autodétermination», a-t-il déclaré à l'APS, estimant que le verdict de la CJUE a «mis en évidence le fiasco collectif des institutions européennes et des Etats membres de l'Union dans la gestion de cette occupation et annexion illégales qui a duré plus de 40 ans». L'eurodéputé Florent Marcellesi a exprimé, dans ce contexte, son souhait de voir la Commission européenne et, en particulier, l'Espagne «prendre des mesures immédiates pour mettre en oeuvre cette décision dans toutes ses dimensions, notamment par rapport au commerce des produits agricoles et des mesures de pêche». «Le peuple sahraoui a le droit de disposer de son territoire et de ses ressources naturelles, qui ne devraient pas être exploitées par la puissance occupante qu'est le Maroc», a-t-il plaidé. Commentant l'arrêt de la CJUE, l'eurodéputé Bodil Valero, également vice-présidente de l'intergroupe sur le Sahara occidental au Parlement européen, a soutenu que «l'UE doit mettre fin à sa complicité dans l'occupation illégale du Sahara occidental». Saluant la décision de la CJUE, Bodil Valero a qualifié son arrêt rendu ce mercredi de «victoire importante» pour le peuple sahraoui dans sa lutte pour l'autodétermination. Selon cette eurodéputé, l'arrêt de la CJUE «lève le voile sur l'hypocrisie et la complicité des institutions de l'UE dans l'occupation» du Sahara occidental. «Nous attendons des mesures immédiates de la part de la Commission et de ses Etats membres pour mettre en oeuvre cette décision», a-t-elle affirmé, relevant l'importance de parvenir à une solution au conflit qui «doit respecter le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui». Les accords d'association et de libéralisation conclus entre l'UE et le Maroc ne sont pas applicables au Sahara Occidental, a conclu mercredi la CJUE. «(...) compte tenu du statut séparé et distinct garanti au territoire du Sahara occidental en vertu de la charte des Nations unies et du principe d'autodétermination des peuples, il est exclu de considérer que l'expression «territoire du Royaume du Maroc».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.