Les coordinateurs des Délégations instruits d'enquêter sur les plaintes relatives aux souscriptions de signatures    Création de start-up: sept incubateurs seront opérationnels en 2020    Offensive turque contre la Syrie: nouvelle réunion mercredi du Conseil de sécurité de l'ONU    Gaïd Salah: l'Algérie aiguillée sur la bonne voie    Les instituteurs reviennent à la charge    Mandat de dépôt renouvelé pour 6 détenus    Marche du 34e mardi à Alger : Les manifestants plus déterminés que jamais    Le RCD, le FFS et le PT appellent au retrait du projet    Pleins pouvoirs à la police judiciaire    L'Opep maintient le cap    L'autre dossier brûlant pour le gouvernement    VFS Global reprend le traitement des demandes    Promesses d'une révolution décomplexée    Les Verts au révélateur colombien    Batelli convoque 23 joueurs    Deux matchs de suspension pour Casoni    Les leaders à l'aise    250 stadiers et 400 agents de police mobilisés    Rassemblement hier à la faculté de médecine de Tizi Ouzou    L'émigration clandestine en recrudescence    Fondant au chocolat au micro-ondes    L'auteur du quadruple crime refuse de se rendre    11e Fcims à Alger: La Corée du Sud, l'Italie, la Turquie et l'Autriche à l'honneur    La chanson kabyle, vecteur des idées militantes    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Araba oua hikayat, une nouvelle comédie musicale en montage    L'Alternative démocratique dénonce la poursuite des «arrestations» de militants    Chlef : Neuf sages-femmes en renfort dans les maternités    Mostaganem : Des élevages illicites s'implantent en milieu urbain    Proche-Orient : Moscou et Riyad refondent leur coopération    MO Béjaïa : Les Crabes préparent l'ABS    Vérité et justice, réclament des associations et organisations syndicales et politiques    Une urbanisation désordonnée    Université d'Oran : Mohamed Moulfi présente son ouvrage sur la philosophie et la civilisation    Une belle exploration dans une œuvre majeure    «Une programmation professionnelle pour un festival de proximité»    Recouvrement de la fiscalité: Les chiffres «erronés» du gouvernement    LE DICTAT DU TEMPS    Oran : Intégration de l'aquaculture en agriculture: la ferme "Moulay Abdelaziz" réalise un franc succès    Cyclisme (Tour de France): Le voile se lève après le départ de Nice    SNTF: Lancement de la nouvelle ligne ferroviaire Touggourt-Alger    Salon national de la micro-activité : Ouverture aujourd'hui à Alger sous le thème de l'entrepreneuriat    Bordj-Bou-Arreridj : Une stratégie de création de richesses et d'emplois    Pologne : Les conservateurs remportent les élections législatives avec 45 % des voix    François Aissa Touazi : " Les Saoudiens ont pris conscience que l'instabilité régionale menace leur économie "    Brexit : "Il reste beaucoup de travail à faire", prévient Barnier    Amical Algérie-France: Rencontre aujourd'hui entre le président de la FAF et la FFF    Le parti conservateur PiS largement favori    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Makhzen dans l'impasse
Publié dans La Nouvelle République le 23 - 12 - 2016

Les eurodéputés saluent l'arrêt de la CJUE qui confirme que les accords UE/Maroc ne sont pas applicables au Sahara occidental, cela veut dire que le Sahara occidental n'est pas sous juridiction marocaine, et que les produits commercialisés par le Maroc en provenance des territoires occupés seront désormais boycottés par l'UE.
Au plan politique, la Cour de justice de l'UE reconnaît tacitement le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui, en raison du statut spécifique de ce territoire garanti par la charte des Nations unies. En effet, des députés européens ont salué mercredi le verdict de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) qui a confirmé dans son arrêt que les accords d'association et de libéralisation conclus entre l'UE et le Maroc ne sont pas applicables au Sahara occidental, en raison de son statut spécifique garanti par la charte des Nations unies rapporte l'APS. Selon l'eurodéputé français José Bové, «la Cour a rétabli le droit contre l'imposture des gouvernements européens, en particulier du gouvernement français, alliés au Maroc contre le peuple sahraoui et ses représentants». José Bové a estimé que cet arrêt «aura un impact au plan diplomatique», relevant la nécessité qu'il soit «suivi d'effets» notamment pour interdire les importations marocaines de produits provenant du Sahara occidental. «Cette mesure devra également être appliquée aux poissons pêchés au large des côtes du Sahara occidental par des bateaux marocains ou de pays de l'Union européenne», a-t-il ajouté. Il a exhorté, à ce titre, la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, à «veiller à l'application du droit» rappelant, en particulier à la France, que «le colonialisme est révolu». «Après 40 ans d'occupation, le Sahara occidental reste un territoire à décoloniser», a-t-il souligné. En charge de ce dossier dès 2010, José Bové a rappelé qu'il a alerté à maintes reprises ses collègues sur ces accords. D'une part pour en dénoncer les conséquences néfastes sur l'environnement et les petits agriculteurs marocains ou du Sud de l'Europe. D'autre part, pour leur rappeler le droit international que la Commission, les gouvernements et le Parlement européens ont violé, poursuit dans sa dépêche l'Agence nationale de presse. L'eurodéputé espagnol, Florent Marcellesi, a estimé de son côté que «l'Espagne doit mettre fin à sa complicité dans l'occupation illégale du Sahara occidental». Exprimant sa «satisfaction» de la décision de la CJUE qui a confirmé «sans ambiguïté» que le Sahara occidental ne fait pas partie du Royaume du Maroc et, par d'association, et de libéralisation conclus entre l'UE et le Maroc ne sont pas applicables au Sahara occidental, Florent Marcellesi, a qualifié cette décision de «victoire retentissante» pour le peuple sahraoui. «C'est une victoire retentissante pour le droit international et le peuple sahraoui dans sa lutte pour l'autodétermination», a-t-il déclaré à l'APS, estimant que le verdict de la CJUE a «mis en évidence le fiasco collectif des institutions européennes et des Etats membres de l'Union dans la gestion de cette occupation et annexion illégales qui a duré plus de 40 ans». L'eurodéputé Florent Marcellesi a exprimé, dans ce contexte, son souhait de voir la Commission européenne et, en particulier, l'Espagne «prendre des mesures immédiates pour mettre en oeuvre cette décision dans toutes ses dimensions, notamment par rapport au commerce des produits agricoles et des mesures de pêche». «Le peuple sahraoui a le droit de disposer de son territoire et de ses ressources naturelles, qui ne devraient pas être exploitées par la puissance occupante qu'est le Maroc», a-t-il plaidé. Commentant l'arrêt de la CJUE, l'eurodéputé Bodil Valero, également vice-présidente de l'intergroupe sur le Sahara occidental au Parlement européen, a soutenu que «l'UE doit mettre fin à sa complicité dans l'occupation illégale du Sahara occidental». Saluant la décision de la CJUE, Bodil Valero a qualifié son arrêt rendu ce mercredi de «victoire importante» pour le peuple sahraoui dans sa lutte pour l'autodétermination. Selon cette eurodéputé, l'arrêt de la CJUE «lève le voile sur l'hypocrisie et la complicité des institutions de l'UE dans l'occupation» du Sahara occidental. «Nous attendons des mesures immédiates de la part de la Commission et de ses Etats membres pour mettre en oeuvre cette décision», a-t-elle affirmé, relevant l'importance de parvenir à une solution au conflit qui «doit respecter le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui». Les accords d'association et de libéralisation conclus entre l'UE et le Maroc ne sont pas applicables au Sahara Occidental, a conclu mercredi la CJUE. «(...) compte tenu du statut séparé et distinct garanti au territoire du Sahara occidental en vertu de la charte des Nations unies et du principe d'autodétermination des peuples, il est exclu de considérer que l'expression «territoire du Royaume du Maroc».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.