Editions Casbah. « L'Outrage fait à Sarah Ikker », nouveau roman de Yasmina Khadra    Crise politique et crise de nerfs    Le refus d'encadrer la présidentielle entériné    Suggestions pour un système électoral sans fraude    La semaine du titre pour le Barça ?    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    L'arbitre assistant Doulache va témoigner devant la CD/LFP    1 décès et 5 blessés graves lors d'un renversement d'un véhicule    Masques spécial peaux grasses et sèches    Paëlla    Le pouvoir maintient sa feuille de route    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    LETTRE D'UN HARAGUE CHERCHANT AILLEURS LA DIGNITE    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    En bref…    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Préparatifs de la saison estivale: Lancement prochain de la formation des administrateurs des plages    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Quatre dealers arrêtés et saisie de psychotropes et d'armes blanches    El Braya: Un homme mortellement poignardé    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Football - Ligue 2: Une journée explosive    GCB Mascara Le handballeur Tomba Ali n'est plus    Ali Laskri pointé du doigt: Le siège du FFS à Alger attaqué    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Sonatrach augmente la production de carburants    La mobilisation populaire intacte    Les tentatives ciblant la stabilité de l'Algérie ont néchoué et vont encore échouer    Manifestations devant le QG de l'armée    La date sera fixée dimanche    Fin de mission pour Mouad Bouchareb    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Libye.. Les combats continuent    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lamia Aït Amara chante «Cham's» sur scène
Publié dans La Nouvelle République le 13 - 02 - 2017

Une immersion dans un univers musical à la croisée des chemins entre la musique classique algérienne dans toutes ses déclinaisons et des inspirations orientales, méditerranéennes, de musique de chambre et de divers rythmes a été proposée au public, jeudi soir à Alger par la chanteuse Lamia Aït Amara qui présentait son premier album.
Organisé à la salle Ibn Zeydoun de l'Office Ryadh El Feth, ce concert a permis au public de découvrir l'album «Cham's», matérialisant harmonieusement la rencontre entre plusieurs univers musicaux, présentant ainsi le fruit du travail de recherche de Lamia Aït Amara accompagnée de l'Ensemble Khalil Baba Ahmed, également directeur artistique du projet. Khalil Baba Ahmed, dont l'ensemble accompagne depuis quelques années la chanteuse, propose une fusion atypique entre un quatuor à cordes (violon, violoncelle, guitare et contrebasse) et une cellule traditionnelle andalouse (luth, percussions, qanoun, flûte et piano). Sur cette composition musicale, la voix de Lamia Aït Amara se pose avec aisance sur plusieurs genres différents pour véhiculer l'émotion produite par ce projet en reprenant des textes majoritairement tirés de l'andalou, du Melhoun ou du haouzi. Lamia Aït Amara a entamé son spectacle par un inqleb «El Kad Alladi Sabani» avant de poser sa voix de diva sur des textes du châabi ou du haouzi comme «Youm El Khemis» revisités avec des sonorités et des rythmes allant de la musique classique au tango comme «Ana Fel Houb» ou «Alger Alger» du célèbre chanteur Lili Boniche, un morceau qui a vu l'accordéon se greffer à un ensemble classique. En plus de sa diversité rythmique, ce spectacle dégage également une grande liberté dans l'improvisation et les solo sur le luth, la flûte, le piano ou le violon, un aspect très apprécié par le public, venu nombreux à cette soirée, pour «sa singularité dans l'univers de l'andalou». La chanteuse a également partagé la scène avec une vingtaine d'enfants, flûtistes de l'association «Cham's» pour les arts thérapeutique qui ont joué «L'hymne à la joie» en plus d'avoir présenté un tableau chorégraphique de danse traditionnelle algéroise, accompagnés par les musiciens de l'ensemble. Lamia Aït Amara avait fait ses classes à l'association «Les rossignoles d'Alger» où elle s'est exercée sur différents instruments avant de se démarquer par sa voix et rejoindre plus tard l'association «El Inchirah» où elle devient soliste principale. La chanteuse a entamé une carrière solo depuis 2014 et a initié des projets de recherche et de fusion musicale, avec Khalil Baba Ahmed, qui ont donné naissance au spectacle Traversées Andalouses. Chef d'orchestre et violoniste Khalil Baba Ahmed avait déjà mené un premier projet purement instrumental à la croisée des chemins entre l'andalou et les musiques occidentales avec son groupe «Jarka» qui avait sorti l'album «Sabil» en Janvier dernier.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.