Sahara occidental: une délégation US arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes et El Bakari    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Tindouf: les postes frontaliers entre l'Algérie et la Mauritanie réceptionnés octobre prochain    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    L'université est un important allié pour réaliser la transition écologique et le développement durable    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Akim Zedadka confirme son départ de Clermont Foot    Rio Ferdinand évoque "une honte historique" au sujet de Mbappé    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Des mentalités à formater    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Les directeurs des CEM se rebellent    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    La société civile en question    Les dernières retouches    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rencontre sur la robe kabyle à Tizi-Ouzou
Publié dans La Nouvelle République le 06 - 04 - 2018

La robe kabyle qui subit chaque année des transformations pour de nouvelles créations dites "modernes", "ne doit pas effacer les modèles traditionnels", ont souligné, mercredi à Tizi-Ouzou les participants à une rencontre sur cet habit de la région de Kabylie.
Ces innovations apportées tant au plan de la coupe, du tissus et des décorations, par les couturières, sur leurs propres initiatives afin de donner plus de chance à leur produits d'être vendus sur un marché de plus en plus exigeant et en permanente évolution, ou sur demande de la cliente qui souhaite se distinguer par une robe originale, "ne doit pas se faire au détriment des modèles traditionnellement connus", a souligné Mme Yamina Hadid, chef de service artisanat à la direction locale du tourisme et de l'artisanat. Cette même intervenante qui s'exprimait à l'ouverture de cette rencontre abritée par la maison de la culture Mouloud Mammeri, a lancé un appel aux couturières à ne pas négliger ou abandonner la robe kabyle traditionnelle, du moins les modèles réalisés depuis les années 1940 ou 1950, après l'abandon de la robe tissée. "L'innovation est certes un élément important dans la promotion de cet habit traditionnel et sa commercialisation, mais le modèle traditionnel avec ses caractéristiques, doit être préservé afin de le transmettre aux générations futurs", a-t-elle insisté. Des couturières présentes à cette rencontre ont indiqué à l'APS que les tenues traditionnelles dont les célèbres robes de Béni Douala, de Ouachita, de Tigrât, de Bouzguene et autres, réputées pour leurs modèles uniques, ne peuvent disparaitre car elles constituent une pièce maitresse et indispensable du trousseau de la mariée, en outre beaucoup de femmes les commandent, les préférant aux nouvelles créations. Mme Hadid a invité les 12 450 artisanes qui produisent la robe kabyle à Tizi-Ouzou, à participer à des expositions, localement ou dans d'autres wilayas et à l'étranger, à des défilés de modes et à investir les réseaux sociaux pour assurer une bonne publicité et faire connaître le produit et les nouveaux modèles. Elle a également invité les couturières à participer à des concours qui sont un véritable challenge pour celles qui veulent aller vers la qualité et préserver l'authenticité de la robe kabyle. Cette rencontre placée sous le slogan "la robe Kabyle à l'honneur" organisée par l'Espace de promotion de l'investissement (EPI) en partenariat avec les directions locales de la culture et du tourisme et de l'artisanat, et qui s'étalera sur deux jours a été marquée par une exposition animée par une trentaine de couturières. Un défilé de mode en robes kabyles, et une démonstration d'un mariage traditionnel ou la robe kabyle est la tenue incontestée de la mariée, sont au menu de la journée demain. Un concours de la meilleure robe, du meilleur mannequin et du meilleur stand, est lancé à l'occasion de cette manifestation et dont les lauréats seront dévoilés à la cérémonie de clôture.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.