6 aliments légers que vous pouvez manger avant de dormir    Serie A : La Juventus se rate face à Vérone    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Meurtre de Khashoggi: Washington accuse le prince saoudien, mais ne le sanctionne pas    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Football - Ligue 1: L'ESS aux commandes, la palme au WAT et au MCO    Ligue 2 - Groupe Centre: L'USM Harrach nouveau leader    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Les Oranais entament l'an 2 de la Covid-19: Appels réitérés pour le respect des mesures de prévention    Prévue pour aujourd'hui: La grève des adjoints de l'éducation gelée    Guelma: Deux jeunes retrouvés morts dans une grotte, un troisième sauvé    Qui veut canarder les ambulances ?    Des acquis politiques et diplomatiques sur fond de victoires militaires    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    155 nouveaux cas et 2 décès    De Bruyne entre dans un cercle fermé de la Premier League    32e anniversaire de la disparition Dda Lmulud : l'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    La Saoura passe en tête, l'USMA et le NAHD se rebiffent !    Un vendredi sans heurts    Une obligation, pas un choix    Les 12 commandements de la phase transitoire    Alerte au variant britannique    Plusieurs forêts décimées en février    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Pékin et New Delhi discutent d'une nouvelle désescalade sur leur frontière    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Rebondissement dans le limogeage de l'ex-directeur de la radio locale    «Les femmes sont présentes dans les combats mais pas dans les acquis»    Les résidents attendent leurs actes de propriété depuis 38 ans    Les litiges fonciers en débat    UN DRAME ET DES ZONES D'OMBRE    Neuf militaires tués au Mali    Le hirakiste Karim Ilyès relâché    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Défaillance de 12 entreprises versées dans le domaine de la pêche    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Focus sur l'insertion professionnelle des jeunes handicapés    Pénurie d'eau à Boumerdès : Vive tension dans plusieurs communes    Un jeune youtubeur disparu depuis mercredi dernier : La ville d'Oran en état d'alerte    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Un gâchis irrécupérable ?    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





12 milliards de dollars de réserves de change avec un cours sur le marché parallèle de plus de 300 DA un euro
Publié dans La Nouvelle République le 22 - 07 - 2018

Trois paramètres stratégiques déterminent l'avenir de l'économie algérienne : le cours du pétrole, la pression démographique et l'évolution des réserves de change. Sonatrach c'est l'Algérie et l'Algérie c'est Sonatrach et encore pour bien longtemps procurant directement et indirectement 98% des recettes en devises du pays et via la dépense publique déterminant le taux de croissance, le taux de chômage, l'officiel avec la tertiairisation de l'économie, étant surestimé incluant les sureffectifs et les emplois temporaires non productifs, le niveau des réserves de change et l'audience internationale tant politique qu'économique.
1.- Aussi le cours tant du pétrole que du gaz conventionnel sur le marché international, échappant à la décision interne sera déterminant pour la couverture des besoins économiques et sociaux. Le rapport du mois de juillet 2018 du Fonds Monétaire International interpelle les plus hautes autorités qui doivent analyser avec lucidité les perspectives de l'économie algérienne en fonction des contraintes internes et externes, ne plus naviguer à vue et ne pas voir toujours la main de l'extérieur (la population algérienne ne croyant plus à ce slogan politique démodé) alors que le mal profond est en nous.
En ce mois de juillet 2018, l'Algérie n'est pas au bord de l'effondrement contrairement aux vues de sinistrose. Mais il faut être réaliste et ne pas verser dans la démagogie. La situation pourrait prendre une autre dimension et s'aggraver sans un changement sérieux dans le système de gouvernance s'adaptant tant aux nouvelles mutations internes et mondiales. Il y a une unanimité des experts nationaux et internationaux : le gouvernement actuel doit se rendre à l'évidence : il manque de prospectives sérieuses et donc de vision stratégique. Le plus grand ignorant est celui qui n'écoute pas, qui croit tout savoir, l'on doit impérativement s'éloigner de la démagogie populiste, approfondir la culture de la tolérance et privilégier les intérêts de l'Algérie et non les intérêts personnels.
2.- Selon le FMI dans son rapport de juillet 2018, en 2022, les réserves de change permettront moins de 5 mois d'importation et en 2023 estimées à 12 milliards de dollars avec moins de 3 mois d'importation. A ce niveau, le réserves de change tneant la cotation du dinar algérien à plus de 70%, la banque d'Algérie sera contrainte de dévaluer le dinar officiel à environ 200/220 dinars un euro avec une envolée du cours sur le marché parallèle qui fluctuera en fonction du taux d'inflation entre 300/400 dinars un euro et beaucoup plus si le taux d'inflation dépasse les 20/30% C'est que les réserves de change qui étaient presque de 195 milliards de dollars début 2014, ont clôturé 96 milliards de dollars (hors DTS) fin 2017 et hors réserves d'or, l'Algérie possédant 173 tonnes d'une valeur, au cours de l'once actuel, d'environ 7 milliards de dollars et allant vers 85/87 milliards de dollars fin 2018 avec le risque d'épuisement 2021/2022.
La croissance devrait ralentir très fortement dès 2020 en provoquant une augmentation du taux de chômage. Elle se traduira aussi par la persistance des déficits budgétaires et surtout des déficits externes qui vont éliminer progressivement toutes les marges de manœuvre dont dispose l'Algérie. Pour 2017, dans le cadre de la Loi de finance 2017, le niveau est proche de 75 dollars sur la base des dépenses et du déficit clôturé. Pour 2018, il faut un baril d'environ 100 dollars, pour ne pas puiser les réserves de change et éventuellement les augmenter, au vu du de la Loi de finances complémentaire de 2018, approuvé le 5 juin 2018, par le Conseil des ministres prévoit une enveloppe de 500 milliards dinars supplémentaire (environ 4,4 milliards de dollars) en autorisations de programme, de la dépense publique actuelle, des dépenses improductives, des subventions généralisées sans ciblage, des surcoûts et une mauvaise gestion pour ne pas dire corruption.
3.-Pour le FMI et la majorité des experts internationaux, les slogans politiques sont insensibles aux lois économiques applicables dans tous les pays et l'Algérie ne fait pas exception. Le recours à la planche à billets pour financer le déficit budgétaire aura un impact négatif à terme, qui selon la banque d'Algérie, les montants prêtés au Trésor seraient de l'ordre de 5723,1 milliards de dinars à fin mars 2018. Certes, la poussée inflationniste n'est pas encore perceptible et la croissance tirée essentiellement par la dépense publique devrait être de 3% en 2018, contre 1,6% en 2017. Mais pour le FMI ce ne sont que des mesures conjoncturelles sans vision stratégique, le financement non conventionnel représentant 23% du PIB qui aura permis le financement au premier trimestre 2018, pour près de 50% des crédits à l'économie au secteur public aura aussi atteint ses limites à partir de 2020 avec des taux d'inflation (risque de la dérive vénézuélienne) et de chômage record risquant de dépasser 2020/2022 les 15% avec plus de 258/30% pour le jeunes, analyses reprises récemment par la note de conjoncture du trésor français.
Je cite le rapport du FMI : «l'augmentation de la liquidité va stimuler la demande, ce qui se traduira par une hausse des prix à court terme en raison de l'insuffisance de l'offre intérieure et des possibilités d'épargne. Dans le même temps, le durcissement des barrières à l'importation risque d'alimenter les pressions inflationnistes en réduisant l'offre – voire en débouchant sur des pénuries pour certains produits. Les attentes en matière de salaire et de prix pourraient s'ajuster rapidement et se renforcer mutuellement. Les autorités pourraient alors se trouver obligées de recourir au financement monétaire au cours des années suivantes, ce qui risquerait d'entraîner l'économie dans une spirale inflationniste».
Le Fonds monétaire international conseille de «recourir à un large éventail d'instruments de financement, notamment l'émission de titres de dette publique au taux du marché, des partenariats public-privé, des ventes d'actifs et, idéalement, d'emprunts extérieurs pour financer des projets d'investissements bien choisis Une dépréciation progressive du dinar «combinée à des efforts visant à éliminer le marché parallèle des changes favoriserait aussi l'ajustement».
4.-Ainsi, pour le FMI l'Algérie reste confrontée à des défis importants, posés de la baisse des prix du pétrole il y a quatre ans. Les choix économiques risquent également de «compliquer la gestion macroéconomique, «nuire à la croissance» et «aggraver les risques pour la stabilité financière à moyen terme» En dépit d'un ajustement budgétaire important en 2017, les déficits budgétaire et du compte courant extérieur demeurent élevés. L'activité économique globale a ralenti, bien que la croissance hors du secteur des hydrocarbures soit restée stable. Les politiques actuelles du gouvernement algérien affaiblissent la résilience de l'économie au lieu de la renforcer et sans réformes profondes, ces mesures risquent de conduire le pays dans l'impasse horizon 2020/2022.
Malgré les mesure d'éponger une partie des liquidités injectées au moyen du financement monétaire, la Banque d'Algérie qui a relevé le taux de réserves obligatoires de 4 % à 8 % en janvier et repris ses opérations d'absorption en prenant des dépôts bancaires à sept jours et envisageant également une augmentation modérée du taux directeur, le recours à la planche à billets pour financer le déficit budgétaire risque d'aggraver les déséquilibres, accentuer les tensions inflationnistes et accélérer la perte de réserves de changes. Pour relever les défis futurs, se projeter sur l'avenir, loin de tout populisme dévastateur, un une nouvelle gouvernance, un langage de vérité et la moralité des gouvernants s'imposent. Il y va de la sécurité nationale. Avec grande rigueur budgétaire, une meilleure gouvernance, un changement de cap de la politique économique actuelle, avec un baril entre 60/70 dollars, l'Algérie peut sens sortir, possédant des atouts.
L'endettement est faible, 20% du PIB, la dette extérieure 2,5% du PIB. Mais surtout l'Algérie a besoin d'un retour d'une vision claire de sa politique socio-économique ( visibilité et cohérence), de à la CONFIANCE pour sécuriser son avenir, de s'éloigner des aléas de la mentalité rentière, de réhabiliter le travail et l'intelligence, de rassembler tous ses enfants et toutes les forces politiques, économiques et sociales, évitant la division sur des sujets secondaires, d'apprendre à respecter nos différentes sensibilités et donc les opinions d'autrui, par la culture de la tolérance. C'est ainsi que l'Algérie éternelle peut réaliser, le serment du 01 novembre 1954, un développement durable conciliant efficacité économique et une profonde justice sociale à laquelle je suis profondément attachée. Il y va de la sécurité nationale.
N.B :
Sur les mutations géostratégiques militaires, politiques sociales et économiques au niveau de la Méditerranéee, du Maghreb et du Sahel Voir l'ouvrage collectif sous ma direction du professeur Abderrahmane Mebtoul et du docteur Camille Sari auxquels ont contribué 36 experts européens et magrébins (algériens-tunisiens-marocains-mauritaniens- Libyens (officiers- politologues, juristes, historiens sociologues-économistes) «le Maghreb face aux enjeux géostratégiques (2 volumes 1050 pages) Editions Harmattan Paris France -Ouvrage collectif plus de 60 personnalités internationales - -Revue IEMed 2017 -Barcelone -Espagne, un important collectif analysant la sécurité, le politique, l'économique, le social et le culturel de la région méditerranéenne auquel a contribué le professeur Abderrahmane Mebtoul sur le thème «impact de la baisse du cours des hydrocarbures sur les équilibres macro-financiers et macro-sociaux de l'économie algérienne : urgence d'une nouvelle politique économique», vient de paraître sous la direction du professeur Senen Florensa, ancien diplomate et ministre espagnol, président de l'Annuaire IEMed (516 pages), préfacé par Johannes Hahn Commissaire européen à la politique de voisinage aux négociations d'élargissement. Ont contribué 51 personnalités internationales (ministres- diplomates- politiques, militaires, économistes, sociologues, historiens-écrivains) des deux rives de la Méditerranée en huit chapitres.
Dr Abderrahmane Mebtoul, professeur des universités, expert international


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.