Soudan, une troisième révolution ?    Ce que veut la rue, en Algérie    Me Bouchachi favorable à un accompagnement de la période de la transition par l'ANP    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    Aucune baisse    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Le géant «peuple» viendra à bout du nain «système»    Division nationale Amateur - Ouest: Six clubs sous la menace de la relégation    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Présidentielle du 4 juillet : Les partis de l'opposition n'y participeront pas    La solution la plus douce politiquement à la crise    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    L'ANP veille "sans répit"    Les précisions du gouvernement    Le groupe Benamor se disculpe    Youm El îlm.. Hommage à Benbadis à Constantine    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    USM Alger Rebbouh Haddad : «Céder les actions du club ? Ce ne sont que des spéculations»    Après le report de la 26e journée de la Ligue 1 au 21 avril.. La demi-finale JSMB-ESS décalée au 25 avril    Relizane.. Boissons alcoolisées saisies    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    Lancement à Paris d'un certificat international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Enigme» à Ezzou'Art Galerie
Publié dans La Nouvelle République le 31 - 07 - 2018

Du 14 juillet au 2 août, la Galerie Ezzou'Art se transfigure en mode magique par l'intermède plastique du talentueux peintre, Taïeb Benabbas Bekhti. Sous le signe du mystère des origines, Benabbas met en avant sa curiosité artistique pour placer des questionnements fondamentaux au sein du débat artistique.
Sur neuf grandes pistes artistiques, Taïeb Benabbas Bekhti laisse la part belle aux grands formats aux abstractions systématiques réalisées à l'acrylique sur des fonds quasiment analogues à des univers spatiaux. Pourtant, le plasticien est bien ancré dans la réalité tangible d'une expression qui lui impose des interrogations bien actuelles.
La nativité, la naissance, la gestation, la vie, les éclosions… autant de questions sous le titre générique «Enigme» qui dans neuf peintures exposées évoquent ces neuf mois que passe un enfant dans le ventre de sa mère dans une succession d'étapes de transformation qui tiennent du miracle.
La galerie «Ezzou'art» accueille donc la nouvelle production de l'artiste Taieb Benabbas Bekhti, artiste peintre qui présente une quinzaine de toiles abstraites sur un ensemble de peintures qui nous livrent des introspections assez originales le plasticien nous livre une abstraction gestuelle fine, déclinée à base de traits discontinus formant des espaces dynamiques colorés, puissants, prenant un espace précis du tableau quelque fois, d'autres fois, les formes et couleurs prennent le parti d'envahir l'espace, le tout sans jamais gêner le regard, sans jamais perturber l'équilibre global des travaux.
Sur des grandes plages spatiales, le plasticien met un point d'honneur à investir ses toiles d'un traitement subtil, fin et techniquement irréprochable, ajoutant de la couleur à ses bleus, ses rouges ou ses blancs écrus, des traits, des points, des masses équilibrées, pour revisiter ses principes de structures. A la fois solides et paradoxalement raffinées, ses toiles révèlent une recherche d'équilibre quasi musical. Sa palette est une partition harmonique composée par les tonalités les plus fines, l'équivalent de quarts de tons en musique. Et sans nul doute ses couleurs figurent des notes de musique où l'ordre règne comme une écriture immuable.
Les formes du style gestuel de l'artiste sont en fait tout sauf turbulentes encore moins agitées, elles sont toute en force tranquilles. Ses œuvres, se construisent sur un équilibre visuel qui dégage non seulement sur une énergie spontanée mais qui adopte aussi une constante démarche réfléchie et proposée sur l'ensemble de ses compositions.
Dans ce cirque de formes visuelles qui donnent une résultante très agréable aux regards, nous découvrons un rythme d'accélération plus fluide et de spirales tourbillonnantes, qui font bouger les volumes suspendus dans l'espace tout cela pour le plus grand plaisir des amateurs de belles peintures.
Natif de Tissemsilt, il est actuellement inspecteur de dessin, après avoir suivi un cursus d'études supérieures en arts plastiques à Mostaganem. L'artiste possède à son actif de nombreuses expositions dont une collective à Tiaret, à Tissemsilt, Oran, Mostaganem et Khemis Miliana, ainsi que des participations au festival régional d'arts plastiques dans sa ville natale, au Festival national de Souk-Ahras, au Salon national d'Aïn Defla et à la galerie Assela-Hocine, à Alger, ou au Printemps des arts au palais de la culture Moufdi-Zakaria. Il continue son parcours de bien belle manière et mérite le détour pour son art consommé du questionnement subtil.
Exposition du 14 juillet au 2 août 2018 à Ezzou'Art Galerie du Centre commercial et de loisirs Bab Ezzouar, entrée libre


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.