«Le dialogue doit prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition»    Plus de 82 % des citoyens satisfaits des services de police    Omari insiste sur l'accompagnement des projets agricoles    Les modalités de fonctionnement d'un compte d'affectation spéciale fixées au JO    Rentrée sociale et balance des paiements au menu    Signature d'une convention entre le secteur des forêts et l'unité d'ingénierie    Hassan Rabehi à Ouargla évoque le rôle capital des médias    ARRESTATION DU DIRECTEUR DE L'AGENCE FONCIERE D'ORAN : Plusieurs hauts responsables impliqués dans un scandale immobilier    TISSEMSILT : Des coupures intempestives d'électricité au quotidien    30 milliards de dollars dilapidés au ministère du Travail    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    COUR SUPREME : Tayeb Louh placé sous mandat de dépôt    COUR DE JUSTICE DE MOSTAGANEM : Le nouveau président et le procureur général installés    Drame du concert de Soolking : 5 morts et 17 blessés    BIR EL DJIR (ORAN) : Le nouveau maire suspendu par le wali    RENTREE SCOLAIRE A MASCARA : Plus de 230.000 élèves bientôt sur les bancs de classes    JUSTICE : Zeghmati veut nettoyer son secteur    Naples: Lozano a signé (officiel)    Real Madrid: Neymar, un pied qui inquiète    Vers la fin du pouvoir militaire ?    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Les souscripteurs montent au créneau    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Amrani reste    Velud : "Je suis confiant pour la qualification"    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les réserves sur le film, une procédure ordinaire
Publié dans La Nouvelle République le 05 - 09 - 2018

Les réserves émises par le Centre de recherche sur le mouvement national et la révolution du 1er novembre 1954 au sujet du film sur Larbi Ben M'hidi est une procédure réglementaire tout à fait ordinaire et en adéquation avec les lois régissant la production cinématographique, a indiqué mardi le directeur du centre Djamel Eddine Miâadi.
Le directeur du centre de recherche a rappelé que le réalisateur et coproducteur de ce film, Bachir Derrais, avait reçu des réserves et des observations de la part d'une commission de visionnage, composée d'experts et d'historiens, qu'il «se doit de prendre en considération en vertu de la loi sur le cinéma et du contrat liant les deux parties», avant de projeter le film. En vertu de la loi 11-03 sur le cinéma, publiée en février 2011, «l'exploitation des films et des supports de communications est soumise à un visa», explique Djamel Eddine Miâadi, rappelant que le centre de recherche veille à la «véracité des productions» vu l'interdiction par le même texte du financement et la production d'oeuvres «portant atteinte aux religions ou à la révolution de novembre et ses symboles». Cette commission, qui oeuvre encore à finaliser les réserves et observation sur le film «Ben M'hidi», «garantie l'authenticité des travaux sur la guerre de libération nationale», explique le directeur du centre en rappelant que c'est un travail ordinaire pour toutes les productions du ministère des Moudjahidines dont «Zabana» de Said Ould Khelifa, «Lotfi» de Ahmed Rachedi, ou encore «Crépuscule des ombres» de Mohamed Lakhdar Hamina.
Coproducteur et réalisateur du film «Ben M'hidi», Bachir Derrais avait annoncé que le ministère des Moudjahidines avait «interdit toute projection ou exploitation de son film avant de prendre en considération les réserves émises par la commission de visionnage». Le film annoncé et retardé à plusieurs reprises était attendu pour cette fin d'année et avait été complètement finalisé et remis aux coproducteurs pour visionnage. Le réalisateur avait déclaré que le contenu du film avait été rejeté par la commission et qu'il y voyait une «dangereuse forme de censure et une atteinte à la liberté de création cinématographique», ajoutant que son travail est resté «fidèle aux écrits de grandes figures historiques». Pour sa part le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi, s'exprimant sur l'interdiction d'exploitation du film «Ben Mhidi», a indiqué que le film devait être «conforme à son premier scénario» ajoutant que les remarques et réserves émises par la commission doivent être prises en charge pour que le film soit conforme au texte.
Sur un scénario écrit par Mourad Bourboune et basé sur de nombreux témoignages de compagnons de Larbi Ben M`hidi et de sa famille, ce long métrage adapté au cinéma par Abdelkrim Bahloul, a été tourné à Alger, Lakhdaria, Biskra, Bechar, Bejaia et Tlemcen. 30% du tournage a été effectué dans des studios en Tunisie où l`équipe du film a reconstitué les décors des années 1940. Avec un budget de près de 520 millions DA, débloqué à parts égales par les ministères de la Culture et des Moudjahidine, ce projet a également bénéficié de financements accordés par des opérateurs économiques algériens «public et privé» atteignant au total une enveloppe avoisinant les 700 millions DA, précise le réalisateur. Khaled Benaissa (dans le rôle de Larbi Ben M'hidi), Nabil Asli et Idir Benaybouche, parmi d`autres acteurs, sont distribués dans ce film dont la production exécutive a été confiée à la société algérienne «Les films de la source», producteur de «Voyage à Alger» de Abdelkrim Bahloul et coproducteur de «Ce que le jour doit à la nuit» du cinéaste français Alexandre Arcady.
Figure marquante du mouvement national, Larbi Ben M'hidi est d`abord militant actif du PPA (du Parti du peuple algérien), puis du MTLD (Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques), avant de siéger au CRUA (Comité révolutionnaire d`unité et d`action) en 1954. Membre fondateur du Front de libération nationale (FLN), il est pendant la guerre d'Algérie, responsable de l`Oranie puis de la ZAA (Zone autonome d`Alger), après sa participation au Congrès de la Soummam en 1956.
A la tête de la ZAA -dont il organise et coordonne les premières opérations lancées contre l`occupant français- il est arrêté le 23 février 1957 par les soldats du général Massu, à un mois du lancement de la bataille d`Alger.
Ben M`hidi sera torturé puis assassiné dans la nuit du 3 au 4 mars 1957 sur ordre du général Paul Aussaresses.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.