Le revers de trop    Dilapidation de deniers publics : Ahmed Ouyahia face à la justice    La justice "accélère" la cadence    Le général Bouazza nommé à la tête de la DSI    Les chantiers de la refondation du collectif Nabni / Chantier 2 - Rendre les urnes au Peuple Bâtir un système électoral zéro-fraude en moins de ...    Les bus de l'Etub ne circulent plus    Les réfrigérateurs Slimmed Down de LG : Plus minces et aliments plus frais    20 ans de monnaie unique dans l'UE: "L'euro, tel qu'il est aujourd'hui, n'est pas stable"    Huawei va déployer la 5G durant la CAN-2019    La Badr refuse-t-elle de payer les retraités de France?    Après la mort d'une journaliste : Arrestations et appel au calme en Irlande du Nord    Daesh revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    4 assaillants tués en attaquant un QG de la sécurité    L'Algérie fer de lance de Seat dans le monde    Conseil de la Ligue arabe : M. Sabri Boukadoum participe à la réunion consacrée à la question palestinienne    28e journée de la Ligue 2 : Statu quo en tête, l'USMH n'est plus relégable    Grève contre le retour du directeur    L'OMA en quête de financement    C'est déjà plié pour Rivaldo    Quinze wilayas sont concernées    Des enfants à sauver    4 kg de kif saisis et 4 individus arrêtés    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    13 réalisatrices au festival de Cannes 2019    Tamazight prochainement disponible sur Google traduction    De nouvelles salles de cinéma pour le Ramadhan    Session extraordinaire le 4 mai    La date fixée au 21 juin    Ouyahia, la chute d'un dinosaure    Feu vert officiel pour la mise en service    Ould Abbes dans de mauvais draps    Tizi Ouzou.. Les routes de tous les dangers    Championnat de Ligue 2.. Mobilis Le WAT et l'ASO à 3 points de l'élite    AG des fédérations sportives.. Les défis de l'heure    Il s'est mal comporté avec Bahloul à l'AG de l'UAFA.. Raouraoua déclare la guerre à la FAF    207 morts dans les attaques terroristes.. Massacre au Sri Lanka    Grippe saisonnière.. Net recul cette année    Mois du patrimoine.. Un riche programme    Lutte contre la criminalité : Près de 2900 suspects interpellés en mars dernier    Début du référendum constitutionnel en Egypte    Grandiose 20 Avril à Tizi Ouzou    Algérie-Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    La progression féconde    …sortir…sortir…sortir…    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Forte explosion et tirs dans le centre de Kaboul    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'économie administrée est en échec
Publié dans La Nouvelle République le 22 - 01 - 2019

L'Algérie doit créer un million d'entreprises pour faire chuter le chômage à des niveaux raisonnables. Dans le contexte actuel, avec le manque d'argent dans les caisses de l'Etat, et un prix du baril bas, l'émergence d'une économie compétitive capable d'exporter est exclue, en raison du nombre très élevé dans notre tissu économique de PMI/PMI spécialisées surtout dans les petits services.
Les petits commerces, petites entreprises et services représentent, d'après les statistiques officielles, 83% du tissu économique, les autres sociétés, y compris étatiques, sont généralement fermées à l'ouverture de leur capital, ce qui les pénalisent lourdement pour faire croître leur chiffre d'affaires, et stimuler leur agrandissement. Un simple coup d'œil sur le nombre d'entreprises algériennes qu'elles soient étatiques ou privées, qui ont ouvert leur capital à la COSOB reste énigmatiquement très important. Et pourtant c'est à la Bourse qu'on a le plus de chance d'intéresser les investisseurs, à moins que les managers locaux aient pris la vilaine habitude de travailler dans la nébulosité.
La transparence dans la gestion est un critère inaliénable pour souscrire à l'actionnariat en bourse, d'où la faiblesse des chiffres enregistrés par le secteur, notamment du secteur industriel qui ne représente que 6,3% du produit intérieur brut (PIB) et sur ces 6,3%, la part du privé est largement majoritaire. Le secteur productif public toujours selon les chiffres officiels, a enregistré globalement des contre-performances s'étant matérialisées par des baisses de la production, allant pour l'année 2018 jusqu'à 13%, et pour les biens intermédiaires de (17,1%) pareillement pour les biens de consommation (-5,8%). Si en termes de performances à la production le secteur privé se porte mieux que le secteur étatique, il connaît un niveau d'endettement handicapant assez élevé auprès des banques.
Nos entreprises, dans leur majorité, comptent sur la consommation locale pour survivre et sur la commande publique, ou éventuellement sur des partenariats avec les entreprises étrangères, pour se doter d'outils de production performant capables de relever les défis de la concurrence internationale. L'économie nationale est supportée à bout de bras par les pouvoirs publics, qui ne savent plus où donner de la tête pour couvrir les budgets traditionnels dépendant des recettes de la fiscalité pétrolière et de la fiscalité ordinaire. Il y a trop de dépenses publiques pour si peu de recettes. La plupart des sommes déboursés vont dans la sphère inefficace et budgétivore.
Le niveau élevé de la dépense publique non compensé par une hausse des recettes, malgré les dernières augmentations d'impôts, et autres taxes directes et indirectes, conduit inéluctablement vers une aggravation des déficits durant les années à venir. D'après la Banque Mondiale «le déficit budgétaire devrait atteindre 11,4 % du PIB. Les perspectives sont encore plus mauvaises pour les réserves de change dont le montant (17 mois d'importations à la fin de 2017) pourrait ne plus représenter que cinq mois d'importation d'ici fin 2020, soit un niveau proche de 30 milliards de dollars. Le FMI, de son côté, alarme sur le déficit des paiements courants de l'Algérie qui continuera de s'élever à 9,3% du PIB en 2018 puis à 9,7% en 2019.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.