Un téléthon pour financer la Mauritanie lors de la CAN    Le joueur Bilel Naïli de l'USMH suspendu pour dopage    Ligue 1 : Match à six points pour le CABBA et la JSS    En bref…    Ouverture des inscriptions pour la formation «Design en permaculture»    Montage automobile : 3 milliards de dollars pour les collections CKD en 2018    Election présidentielle 2019 : Pas de candidat unique pour l'opposition    Des cadres du FFS arrêtés à Alger    Londres veut parler avec Berlin    De Bencherif à Nekkaz    Makri admet le fiasco du candidat unique de l'opposition    Derrière l'affront, l'espoir démocratique…    Vingt années à vous grandir les portraits    L'Algérie dans le pot 2    L'USMAn et le NAHD bien embarqués    Petits pains farcis à la viande hachée    Les accidents continuent d'endeuiller les familles    Double grève à l'Institut des sciences et technologies    Haï Nedjma : 150 quintaux de son de blé saisis    En bref…    Report de la rencontre Netanyahou-Poutine prévue aujourd'hui    Célébration du centenaire du défunt moudjahid et artiste Farid Ali    Cubisme    Bordj Bou Arréridj : Colloque international sur Benhaddouga    Neutralité écornée    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Le GSP face à Essalem d'Oman en quart de finale    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    Ligue des champions    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Deux suspects arrêtés    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'économie administrée est en échec
Publié dans La Nouvelle République le 22 - 01 - 2019

L'Algérie doit créer un million d'entreprises pour faire chuter le chômage à des niveaux raisonnables. Dans le contexte actuel, avec le manque d'argent dans les caisses de l'Etat, et un prix du baril bas, l'émergence d'une économie compétitive capable d'exporter est exclue, en raison du nombre très élevé dans notre tissu économique de PMI/PMI spécialisées surtout dans les petits services.
Les petits commerces, petites entreprises et services représentent, d'après les statistiques officielles, 83% du tissu économique, les autres sociétés, y compris étatiques, sont généralement fermées à l'ouverture de leur capital, ce qui les pénalisent lourdement pour faire croître leur chiffre d'affaires, et stimuler leur agrandissement. Un simple coup d'œil sur le nombre d'entreprises algériennes qu'elles soient étatiques ou privées, qui ont ouvert leur capital à la COSOB reste énigmatiquement très important. Et pourtant c'est à la Bourse qu'on a le plus de chance d'intéresser les investisseurs, à moins que les managers locaux aient pris la vilaine habitude de travailler dans la nébulosité.
La transparence dans la gestion est un critère inaliénable pour souscrire à l'actionnariat en bourse, d'où la faiblesse des chiffres enregistrés par le secteur, notamment du secteur industriel qui ne représente que 6,3% du produit intérieur brut (PIB) et sur ces 6,3%, la part du privé est largement majoritaire. Le secteur productif public toujours selon les chiffres officiels, a enregistré globalement des contre-performances s'étant matérialisées par des baisses de la production, allant pour l'année 2018 jusqu'à 13%, et pour les biens intermédiaires de (17,1%) pareillement pour les biens de consommation (-5,8%). Si en termes de performances à la production le secteur privé se porte mieux que le secteur étatique, il connaît un niveau d'endettement handicapant assez élevé auprès des banques.
Nos entreprises, dans leur majorité, comptent sur la consommation locale pour survivre et sur la commande publique, ou éventuellement sur des partenariats avec les entreprises étrangères, pour se doter d'outils de production performant capables de relever les défis de la concurrence internationale. L'économie nationale est supportée à bout de bras par les pouvoirs publics, qui ne savent plus où donner de la tête pour couvrir les budgets traditionnels dépendant des recettes de la fiscalité pétrolière et de la fiscalité ordinaire. Il y a trop de dépenses publiques pour si peu de recettes. La plupart des sommes déboursés vont dans la sphère inefficace et budgétivore.
Le niveau élevé de la dépense publique non compensé par une hausse des recettes, malgré les dernières augmentations d'impôts, et autres taxes directes et indirectes, conduit inéluctablement vers une aggravation des déficits durant les années à venir. D'après la Banque Mondiale «le déficit budgétaire devrait atteindre 11,4 % du PIB. Les perspectives sont encore plus mauvaises pour les réserves de change dont le montant (17 mois d'importations à la fin de 2017) pourrait ne plus représenter que cinq mois d'importation d'ici fin 2020, soit un niveau proche de 30 milliards de dollars. Le FMI, de son côté, alarme sur le déficit des paiements courants de l'Algérie qui continuera de s'élever à 9,3% du PIB en 2018 puis à 9,7% en 2019.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.