Les frères Kouninef devant le Procureur de la République près le tribunal de Sidi M'hamed    Libye: au moins 264 tués dans les combats depuis le 4 avril    Gaïd Salah s'offusque du boycott de la conférence de Bensalah    Le Brent à 74,43 dollars mardi à Londres    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Pétrole iranien: Pékin proteste contre les sanctions américaines    La justice militaire passe à l'acte    Le fiasco Bensalah    La croissance économique de l'Algérie ne suit pas    Washington resserre l'étau autour de Téhéran    Les recettes douanières en légère hausse en 2018    Complément différentiel et montant-revalorisation    Dur sera le Ramadhan à Boumerdès    "C'est une épreuve provocatrice et humiliante"    Sous le spectre du boycott    Les manifestants soudanais maintiennent la pression    Aide mensuelle de 100 millions de dollars pour la Palestine    Abdelkader Zoukh remplacé par Abdelkhalek Sayouda    Le maintien encore possible    Inédite mobilisation pour secourir les supporters blessés    Décès d'un supporter    Oussama Sahnoune réussit les minima du 100 et 50m NL    Belamri se blesse    5 morts dans l'effondrement d'un immeuble de la Basse-Casbah    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    Cinq morts et sept blessés dans une collision    Démantèlement d'une bande de malfaiteurs    Arrestation de trois dealers et saisie de 1962 comprimés psychotropes    Les étudiants maintiennent la pression    …sortir…sortir…sortir…    Zoukh sprinteur    Loin des yeux, près des cœurs ! (fin)    USMA: Kebir regrette d'avoir fait jouer Ibara    ESS - Sidhoum: «On peut renverser la vapeur à Béjaïa»    Sri Lanka: le bilan des victimes s'alourdit à 310 morts    Erosion, déversements des eaux, pollution, accès difficile...: Une plage «artificielle»... avec des problèmes «réels»    Selon Djilali Hadjadj: Près de 60 milliards de dollars détournés en Algérie en 15 ans    L'exception algérienne    La rue applaudit les décisions    Le bal des hypocrites    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Ça chauffe à Aïn Berda    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    La condition féminine en débat    La nouvelle Cupra Formentor sera produite dans l'usine Seat à Martorell    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La semaine de la langue espagnole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ecrivaine à… 11 ans
Publié dans La Nouvelle République le 23 - 01 - 2019

Plus jeune écrivaine du continent à être récompensée, Stacey Fru ne ménage pas ses efforts. En Afrique du Sud, où le système éducatif est en faillite, elle a publié plusieurs livres et sillonne le pays pour délivrer un message : lisez, écrivez, éduquez.
C'est dans les locaux de sa fondation à Johannesburg que l'on retrouve Stacey Fru, multiprimée, distinguée en 2016, à l'âge de 9 ans, avec le prix de la National Development Agency (NDA) dans la catégorie Best Early Childhood Development (ECD). L'interview d'une jeune fille de 11 ans aurait généralement lieu chez elle ou à l'école. Stacey, elle, a déjà une fondation à son nom. Elle l'utilise comme un amplificateur pour faire porter son message en Afrique du Sud et sur le reste du continent. «Le but n'est pas de gagner de l'argent avec cette fondation», affirme-t-elle.
Principalement, elle distribue des livres à des enfants du continent à travers sa campagne An African Book a Child. «Nous voulons que des écrivains africains, mais aussi des personnes privées, nous fassent don de livres sur l'Afrique que nous pouvons distribuer aux enfants.» Parmi les livres distribués, on retrouve bien sûr les trois ouvrages de Stacey Fru, qu'elle a publié à l'âge de sept ans. Des livres «inspirés d'expériences de ma vie, mais avec des personnages que j'ai personnifiés avec des animaux pour avoir une résonance chez les enfants.»
Par un enfant, pour des enfants
Son tout premier, Smelly Cats, met en scène deux cousins en quête de popularité dans leur école. Une invitation à la tolérance et «à la loyauté envers la famille». Son second, Bob and the Snake, raconte l'histoire du serpent de compagnie du jeune Bob, qui devient rapidement une source de problèmes financiers pour sa famille. «La valeur que j'ai voulu communiquer est de toujours respecter ses parents, ajoute Stacey. Vous devez être raisonnable et ne pas faire de caprices.» Stacey ne compte pas s'arrêter là. Elle trouve le temps d'écrire malgré un emploi du temps surchargé, entre cours de danse, de guitare, des conférences et beaucoup de sollicitations de médias sud-africains, intrigués par le phénomène. Deux nouveaux livres sont attendus cette année. «J'ai décidé de ne plus écrire pour les enfants, mais de véritables nouvelles maintenant, assure l'écolière-écrivaine. Et d'aborder des sujets plus sérieux.» En l'occurrence la question des kidnappings en Afrique du Sud et l'importance de l'identité africaine.
Telle mère, telle fille
Car si Stacey est née à Johannesburg, ses racines sont au Cameroun. Ses parents sont originaires du Nord-Ouest anglophone et rejoignent l'Afrique du Sud dans les années 1990. «Il y avait très peu de livres au Cameroun, se rappelle sa mère Victorine. Je me souviens avoir vu une vraie libraire pour la première fois seulement lorsque je suis entrée dans mon université.» Depuis, Victorine Mbong Shu a également signé plusieurs ouvrages, principalement sur la parentalité. Lorsque Stacey a 6 ans, sa mère découvre un manuscrit dans sa chambre. Il s'agit de Smelly Cats, que la jeune fille a écrit dans le plus grand secret. Il sera publié quelques mois plus tard et attire l'attention des autorités sud-africaines. Le ministère de l'Éducation propose d'utiliser le livre comme support d'apprentissage dans les écoles du pays. «Les enfants vont le lire et en discuter dans leur cours d'anglais, précise Stacey. Je suis fière de ça, car mon but premier est de militer pour une bonne éducation.»
«Si j'étais présidente, l'éducation serait ma priorité»
L'Afrique du Sud en a bien besoin. Le pays fait partie des derniers de la classe en matière de résultats scolaires, occupant la 75e place sur les 76 pays du classement de l'OCDE. «La lecture ne représente pas quelque chose d'important dans les écoles sud-africaines, publiques comme privées», précise Stacey. Dans la nation arc-en-ciel, près de 30% des élèves sont incapables de lire correctement après six années d'enseignement. Le système sud-africain est en faillite. L'inégalité est nette. D'un côté, des écoles privées, surnommées «forteresses de privilèges» et à majorité blanche. De l'autre, les établissements publics, où étudie la majorité noire dans des infrastructures insalubres et avec des professeurs inaptes. En 2007, une étude choquante montre que 79% des professeurs de mathématiques d'une classe de 5e étaient incapables de résoudre les problèmes posés à leurs élèves.
La tournée des écoles
La jeune Stacey cherche à redonner le goût de l'éducation aux enfants défavorisés. Elle fait la tournée des écoles primaires, des lycées et même des universités pour raconter son histoire. Elle se décrit comme une motivational speaker, une conférencière. «Je me suis rendu compte de mon rôle lors d'une intervention devant 877 bacheliers, c'était lors de la publication de mon premier livre, se rappelle Stacey. J'avais huit ans et ils étaient tous bien plus vieux que moi. Mais j'ai réalisé que la plupart d'entre eux pensaient qu'il était impossible d'écrire comme je l'ai fait.» «Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années» écrivait Corneille dans Le Cid.
Une phrase qui pourrait s'appliquer à Stacey Fru et sa passion pour la langue de Shakespeare. Son objectif pour 2019 : voyager en Afrique et organiser des ateliers d'écriture pour des enfants défavorisés. «Dans mon prochain livre, Tim's Answer, je veux dire aux Africains que tout ce qui vient de l'Occident n'est pas forcément bien. Et qu'on ne doit pas toujours se comparer aux personnes à qui on veut ressembler.» Et lorsqu'on lui demande son conseil aux jeunes du continent qui veulent se lancer dans l'écriture: «Ne pensez pas que votre situation définit votre avenir. Ne laissez personne vous dire que le ciel est la limite. Car il y a des traces de pas sur la Lune. Donc, allez chercher les étoiles.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.