Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Le procès historique attendu par les Algériens    Report du procès en appel de Kamel Chikhi    «Le marché pétrolier est resté équilibré»    Frais d'engagement des clubs    Le GSP au championnat arabe    Aarab Elyes nouvel entraîneur-adjoint    Real Madrid: Le clan Zidane fait une grande annonce pour son avenir !    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    C'est fait à Annaba    Lancement à partir de Batna de la campagne nationale de prévention des risques des inondations    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    Djaballah sera-t-il candidat à la présidentielle ?    PROTECTION CIVILE : 12 accidents font 10 blessés à Mostaganem    Plus de 250 nouveaux professeurs en renfort    Un trafiquant de psychotropes condamné à 18 mois de prison    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Et maintenant ?    Un vendredi sur son 31    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Un incendie détruit une école primaire    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Imminent changement à la tête des médias publics    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    Indices    Béjaïa : Les manifs continuent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Au 1er semestre 2019 : Hausse de près de 5% de la production industrielle publique    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une grande histoire et de grandes personnalités
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 02 - 2019

Bordj-Ménaiel est la ville d'Omar Fetmouche, du grand comédien Azazni Ahcène, de l'excellent comédien et scénariste Malik Haddar, d'Omar Chouchane, réalisateur et producteur de films, du réalisateur Dichou, du scénariste Bouagar Madjid, des chanteurs Chaâbi Agraniou Hamid et Mohamed Raoui des comédiens Ahmed Benadjal, des Azazni Mustapha, de l'excellent Ayouni, de Hocine Baouali plus connu par Hocine El visa. C'est la ville également des imminents médecins Nasser Makdeche, de l'ancologue Ameur Soltane, de Tafat Bouzid Abdelkrim, du docteur Toumi Mohamed, cardiologue (celui qui avait signé le certificat de décés de Houari Boumedienne). C'est la ville des saints Sidi Abderahmane Thaâlibi, des Issers, du saint Sidi Ahmed Bel-Abbès, de Sidi Amar Chérif. C'est la ville du ministre actuel de la Jeunesse et des Sports, Hattab Mohamed. C'est la ville de feu Tahanouti Ali, des footballeurs Amrous, Tonkin, Hamadache, Ferhat et autres personnalités.
Tout le monde reconnaît que la ville de Bordj Ménaïel possède une grande et riche histoire à tous les niveaux, que ce soit culturel, sportif, social, économique avec un passé glorieux rempli d'événements de grande envergure durant la guerre de Libération nationale. Qu'elle était belle jadis cette charmante coquette localité surnommée les Coquelicots accueillante et hospitalière relevant historiquement de la Grande-Kabylie et qui suite au dernier découpage administratif fait partie da wilaya de Boumerdès. C'est une agglomération réputée hospitalière de par la gentillesse de ses habitants, une ville ouverte à tout, où chacun venait se ressourcer et trouver son équilibre moral. Chaque visiteur était ébloui par l'attitude admirable de tant d'amabilité de ses habitants. Autrefois, Bordj-Ménaïel était réputée pour sa vocation agricole possédant des terres fertiles regorgeant de richesses et où les agriculteurs labouraient leurs champs et cultivaient leurs terres afin d'en tirer des ressources abondantes.
On a souvent tendance à identifier Bordj Ménaïel par un simple chiffre de «quinze et demie» pour montrer qu'elle n'est ni quinze wilaya de Tizi Ouzou) ni seize (wilaya d'Alger), cette situation régionaliste désolante a faussé un tant soit peu toute l'histoire de la région et la localité ne peut se confiner dans un tel monde. Ah ! Si tout nous était conté sur cette ville car autrefois, elle avait ses repères et symboles, elle fait partie de l'histoire de l'Algérie combattante, de la lutte de la Révolution, de la culture, de l' art et des bonnes choses et aussi qu'on le veuille ou pas, elle demeure toujours cette citadelle cosmopolite très fréquentée et ou chacun trouve son compte.
L'histoire de Bordj-Ménaïel est ici comme une hirondelle qui aux premiers bourgeons des coquelicots, le souvenir se lève altier pour nous rappeler beaucoup de symboles et de repères rattachés à cette localité qui n'ont pu être traités dans cette panoplie narrative. Elle est un lieu chargé des grandes valeurs et un point de rencontre pour chaque Algérien. Bordj-Ménaïel se distingue par sa beauté à couper le souffle grâce à ses majestueux massifs montagneux où elle englobe des villages perchés sur les hauteurs à chaque fois que l'on s'aventure dans les dizaines de petits hameaux, des massifs montagneux qui avaient apprivoisé deux grands noms de la révolution algérienne, le colonel Ouamrane et l'un des grands négociateurs des accords d'Evian, le stratège Krim Belkacem.
Bordj-Ménaïel est une ville dans le coma, elle est malade de par l'anarchie qui s' y est installée. Le laisser-aller qui s'exprime en angoisse devant l'incertitude, la faiblesse devant le danger, devant l'insécurité qui prennent des proportions énormes et dire que pour ceux qui ne le savent pas, Bordj-Ménaïel a connu historiquement parlant des années de gloire dans les années 1950 puisque de par sa situation géographique qui lui permettait de ravir la vedette aux autres villes de la région devenant incontestablement le centre qui accueillait toutes les activités dans différents domaines (commerciaux, sportifs, culturels, historiques) et autour duquel gravitait tout ce beau monde.
Bordj-Ménaïel a toujours été une ville attirante, elle était prédestinée à un avenir radieux malheureusement. Ce n'est plus le cas car le temps finit toujours par faire faner toute fleur même le coquelicot dont elle porte le sigle et noircir les horizons même les plus éclairés : la raison est compréhensible puisque de ville ouverte elle est devenue une localité fermée. Une pétition a été transmise aux autorités compétentes pour l'ouverture des routes qui ont été fermées par mesure de sécurité, à savoir celle de l'avenue colonel Amirouche allant vers Bousbaâ, celle de Tahrir, celle allant vers le village Boukhil Elmaouel Djar (village Omar) et libérer l'accès allant vers la cité Mustapha Ben Boulaïd.
Les habitants ménailis sont désemparés par cette situation catastrophique qui a touché l'économie et la bourse de chaque commerçant qui se retrouvent dans une situation de naufrage à cause de la fermeture des principales artères de la ville qui est l'un des grands problèmes auquel est confronté la population et qui l'a toujours préoccupé devenant un casse-tête quotidien. La localité de Bordj- Ménaïel n'est plus cette ville accueillante, ouverte à tout le monde. Bien au contraire, elle est devenue repoussante à cause de cette situation qui perdure. Les habitants sont angoissés et se sentent marginalisés, abandonnés par les pouvoirs publics. Ils se sentent agressés et coupés de leurs racines.
Touchés dans leur dignité car depuis les dernières élections communales, les ménailis avaient cru que le problème des routes serait réglé définitivement et que la récupération du jardin public (coupé en deux) ne serait qu'un vieux souvenir. Ce n'est qu'illusion étant donné que rien de tout cela n'a changé et que l'usure du temps conjuguée à l'incurie des hommes ont fait que les élus locaux sont pointés du doigt.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.