Les différentes logiques du pouvoir de 1963/2019    MOUVEMENT POPULAIRE : Bouabdellah Ghlamallah insiste sur l'unité nationale    JOURNEE NATIONALE DE L'AVOCAT : Nouvelle marche pour le respect de la volonté populaire    TRANSFORMATEURS ELECTRIQUES DEFECTUEUX : Un danger pour les citoyens de Tiaret    PROTECTION DES VEGETAUX : Nouvelle alerte au mildiou à Ain Nouissy et Hassi Mamèche    MASCARA : Saisie de comprimés de psychotropes à Baba Ali    La nuit a toujours peur du soleil    MINISTERE DE LA CULTURE : Abdelkader Bendamèche nommé directeur de l'AARC    Les Canaris invitent leurs partenaires    Thierry Froger explique son départ    Un seul mot d'ordre : «Système dégage»    Trucs et astuces    Pas de communication    Benzia et Slimani s'entraînent hors du groupe    Les 4 samedis    Rencontre avec une «bleue» des marches    «Libérez la télévision»    Propos de Trump sur le Golan occupé : La Syrie et des pays arabes dénoncent la position américaine    Chlef: Le commerce informel fait toujours parler de lui    Blida: Collision entre un bus et deux camions, 1 mort et 11 blessés    Intempéries: Des inondations et des routes coupées    CHU d'Oran: Lancement des travaux de rénovation du réseau AEP    Aéroport Ahmed Benbella: Saisie de 108 cartouches de cigarettes    Alors que les manifestants contestent toute ingérence étrangère: Paris émerveillée, Moscou prudente    Conflit OM-JSK: La FAF appelle les deux présidents à la sagesse    CAN-2019 (U23) : Guinée Equatoriale - Algérie: Aujourd'hui à 18h00 - Les Algériens pour prendre option    Mohamed Mebtoul à Médiapart: «Bouteflika et sa clientèle continuent de mentir au peuple»    Contrat de partenariat entre la Fédération algérienne et BP jusqu'en 2020    Meeting du Front El Moustkbal à Aïn Temouchent    Une autre étape du processus du règlement du conflit    La Ligue arabe dénonce la saisie des recettes d'impôts par l'occupant israélien    La solution de classe mondiale pérenne et performante pour l'efficacité énergétique des bâtiments AIRIUM    Prenez votre envol avec la technologie intelligente de LG    Plantation de plus de 2.000 arbustes à Ghardaïa    L'étanchéité déjà défectueuse    La FNAI alerte contre des transactions immobilières douteuses    Tizi Ouzou au rendez-vous    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    La Guinée Bissau croit en la qualification    L'Algérie décroche 37 médailles dont 9 en or    Une production d'oeuvres sur fond de contestations    L'Algérie est devenue un "exemple à suivre"    Une "conférence nationale" en avril pour dresser une "feuille de route"    Les explications de l'ambassade US    Des familles évacuées et plusieurs routes coupées    "C'est l'Algérie qui décide de son avenir"    Création prochaine de la 1re école de musique militaire en Afrique    Hommage à Jean-Luc Einaudi, historien du 17 octobre 1961 et combattant de la vérité, décédé le 22 mars 2014    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bilan de vingt ans de Bouteflikisme
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 02 - 2019

L'heure des bilans de vingt ans de règne de Bouteflika, est désormais d'actualité. Ce bilan dégagera les aspects positifs des partisans d'un 5ème mandat, et les ratés des réformes dont les gouvernements assument la responsabilité.
La gestion du président de la République Bouteflika a des prises de position indéniablement positives, sur le plan diplomatique, militaire, et comme politique sociale, et protectionniste au bénéfice de l'économie administrée, comme pour le secteur privé, qui a bénéficié des largesses de l'Etat, sans pour autant œuvrer à améliorer sa mise à niveau pour devenir plus compétitif à l'international.
Le chef de l'Etat en dépit de la crise de 2014 qui a vu chuter les recettes de la rente pétrolière, a donné instruction pour éviter à tous prix le recours à l'emprunt extérieur, refusant la privatisation des entreprises publiques pour ne pas aggraver le chômage parmi les travailleurs, a maintenu la médecine gratuite, et la possibilité aux malades notamment chroniques, de profiter de la gratuité des médicaments et des dépistages des infections sévères congénitales ou cardiovasculaires, sans évoquer les importants investissements infrastructurelles financés par le Trésor public, ou dans le cadre des partenariats conclus avec les étrangers.
Dans le domaine commercial, notre marché intérieur démontre une bien meilleure santé en terme d'achalandages, mais sa régulation reste à parfaire au regard de la spéculation sévissant toujours, et source d'inflation. Quant au commerce extérieur, les différentes formules mises en place par le gouvernement, n'ont pas empêchées l'érosion de nos réserves de change, car en dépit des interdictions des produits superflus aux besoins des ménages et du consommateur, le DAPS comporte des lacunes dans sa conception, telle cette nouvelle taxe sur les viandes blanches ou rouges, alors que l'Algérie ne dispose pas encore d'industries d'élevage performantes, pour imposer aux familles algériennes, plus de privation dans leur alimentation.
Si la réduction des importations conjoncturellement s'imposait, pour rééquilibrer au moins la balance commerciale pour soulager la balance des paiements extérieure, il se trouve que des secteurs ont échappé aux décisions prises dans le domaine par le gouvernement Ouyahia, comme les importations destinées aux industries de montage de véhicules et des véhicules finis, dont les factures ont explosées démesurément pour un pays qui a un parc débordant.
Parmi les chantiers importants, il y eut ces dernières années des décisions de Bouteflika réitérées à maintes reprises pour consolider l'Etat de droit, lutter contre la corruption qui gangrène le pays de la base au sommet, batailler contre la fuite des capitaux et le blanchiment de l'argent sale, préserver les acquis des retraités tout en encourageant la démocratisation des organes de presse, et la liberté d'expression.
Dans un contexte de crise économique sur le plan des réalisations, des avancées majeures ont été faites pour assurer au pays des ressources en eau potable et d'irrigation, des productions agricoles à présent en mesure de couvrir les besoins de la consommation locale, du moins en légumes et en fruits frais. Le bilan du chef de l'Etat n'est en somme pas totalement négatif, mais globalement positif à l'image de notre endettement extérieur presque insignifiant. Les lacunes sont plus à amputer à l'entourage du Président, qu'au Président lui-même.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.