Gaïd Salah réitère: L'Armée n'a aucune ambition politique    Les «Forces de l'alternative démocratique» appellent à un dialogue «sérieux»    En rangs dispersés    Adrar: Deux complexes gaziers bloqués par des chômeurs    Groupe C : Sénégal - Algérie, aujourd'hui à 18h00: Une rude bataille tactique en vue    Une étude pour un nouveau plan de circulation: Le projet d'extension du tramway vers l'aéroport relancé    Groupe C : Kenya - Tanzanie, aujourd'hui à 21h00: Faux pas interdit pour les deux équipes    Syndicat autonome du secteur de la Solidarité nationale: «On est les prisonniers du système»    Le wali insiste sur l'application du principe de la gratuité des plages: Démantèlement des solariums illicites à la plage «Les Dunes»    Route nationale n°13: Saisie de plus de 7 tonnes de chocolat impropre par les gendarmes    Les héritiers de la lumière    Une grande école du ballon rond    Le Caire, ville sous haute sécurité    Le chef de l'Etat examine avec le Premier ministre les mécanismes de relance du processus électoral    La justice suit son cours    Benbitour suggère la création de 15 pôles de développement    Les trois auteurs du cambriolage d'une bijouterie neutralisés à Yellel    L'évolution de la consommation de drogue est «préoccupante»    Le Cameroun toujours là pour le titre... le Ghana accroché    Nécessité de donner une base académique à la musique Malouf    Sort des Groupes appartenant aux hommes d'affaires emprisonnés    Des experts pour enquêter sur les causes de la mort de poissons au Lac Oum Guellaz    Proposition d'un plan de paix    Plaidoyer pour une «présidentielle libre et transparente»    Un rituel ancré dans l'histoire de la région    USA : La Fed est "isolée" des pressions politiques, assure Powell    En franchissant les 11 milliards de dollars de ventes : Chanel réaffirme son indépendance    Algérie : L'inflation à 3,6% sur un an en mai 2019    Attention à l'anarchie profitable aux conservateurs    Sahara occidental : Le Polisario saisit le Conseil de sécurité sur l'expulsion d'avocats    Inventions Serge Armel Njidjou, inventeur d'une couveuse made in Cameroon interactive    Khamenei assure : L'Iran ne capitulera jamais devant les Etats-Unis    CA Bordj Bou Arreridj : El Hadi Belaâmiri, cinquième recrue    Djellab depuis Dakar : "La création de la ZLECAF érigera l'Afrique en force économique mondiale par excellence"    Hommages à celui qui a eu à accomplir quatre grandes missions durant les quatre moments décisifs de l'histoire de l'Algérie contemporaine : Il y a 27 ...    Les 3 supporteurs en détention provisoire    Pas de révision des prix    La justice ordonne l'arrestation de l'ex-Président Kotcharian    Le gouvernement appelé à penser une législation spéciale    Le tapis de Babar au Salon international du tourisme de Berlin    La 55e édition du Festival international de Carthage du 11 juillet au 20 août 2019    AHMED GAID SALAH : ‘'L'armée accompagnera le peuple au sens propre du terme''    Moyen-Orient : Pourquoi les Etats-Unis jouent avec le feu    Hanane Ashrawi dénonce    Heurts entre policiers et manifestants à Nouakchott    Pèlerinage au village natal de Matoub Lounès    Lutte contre la criminalité : Saisie de plus de 1100 comprimés de psychotropes    Le HCA plaide pour la suppression de l'aspect facultatif    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bilan de vingt ans de Bouteflikisme
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 02 - 2019

L'heure des bilans de vingt ans de règne de Bouteflika, est désormais d'actualité. Ce bilan dégagera les aspects positifs des partisans d'un 5ème mandat, et les ratés des réformes dont les gouvernements assument la responsabilité.
La gestion du président de la République Bouteflika a des prises de position indéniablement positives, sur le plan diplomatique, militaire, et comme politique sociale, et protectionniste au bénéfice de l'économie administrée, comme pour le secteur privé, qui a bénéficié des largesses de l'Etat, sans pour autant œuvrer à améliorer sa mise à niveau pour devenir plus compétitif à l'international.
Le chef de l'Etat en dépit de la crise de 2014 qui a vu chuter les recettes de la rente pétrolière, a donné instruction pour éviter à tous prix le recours à l'emprunt extérieur, refusant la privatisation des entreprises publiques pour ne pas aggraver le chômage parmi les travailleurs, a maintenu la médecine gratuite, et la possibilité aux malades notamment chroniques, de profiter de la gratuité des médicaments et des dépistages des infections sévères congénitales ou cardiovasculaires, sans évoquer les importants investissements infrastructurelles financés par le Trésor public, ou dans le cadre des partenariats conclus avec les étrangers.
Dans le domaine commercial, notre marché intérieur démontre une bien meilleure santé en terme d'achalandages, mais sa régulation reste à parfaire au regard de la spéculation sévissant toujours, et source d'inflation. Quant au commerce extérieur, les différentes formules mises en place par le gouvernement, n'ont pas empêchées l'érosion de nos réserves de change, car en dépit des interdictions des produits superflus aux besoins des ménages et du consommateur, le DAPS comporte des lacunes dans sa conception, telle cette nouvelle taxe sur les viandes blanches ou rouges, alors que l'Algérie ne dispose pas encore d'industries d'élevage performantes, pour imposer aux familles algériennes, plus de privation dans leur alimentation.
Si la réduction des importations conjoncturellement s'imposait, pour rééquilibrer au moins la balance commerciale pour soulager la balance des paiements extérieure, il se trouve que des secteurs ont échappé aux décisions prises dans le domaine par le gouvernement Ouyahia, comme les importations destinées aux industries de montage de véhicules et des véhicules finis, dont les factures ont explosées démesurément pour un pays qui a un parc débordant.
Parmi les chantiers importants, il y eut ces dernières années des décisions de Bouteflika réitérées à maintes reprises pour consolider l'Etat de droit, lutter contre la corruption qui gangrène le pays de la base au sommet, batailler contre la fuite des capitaux et le blanchiment de l'argent sale, préserver les acquis des retraités tout en encourageant la démocratisation des organes de presse, et la liberté d'expression.
Dans un contexte de crise économique sur le plan des réalisations, des avancées majeures ont été faites pour assurer au pays des ressources en eau potable et d'irrigation, des productions agricoles à présent en mesure de couvrir les besoins de la consommation locale, du moins en légumes et en fruits frais. Le bilan du chef de l'Etat n'est en somme pas totalement négatif, mais globalement positif à l'image de notre endettement extérieur presque insignifiant. Les lacunes sont plus à amputer à l'entourage du Président, qu'au Président lui-même.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.