Résolution du PE : l'Union parlementaire africaine condamne l'ingérence dans les affaires intérieures de l'Algérie    El-Guerguerat : les parlementaires suisses réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Ait Ali Braham examine les opportunités d'investissement avec POWERCHINA    Henri Teissier était profondément attaché à l'Algérie et avait une grande estime pour son peuple    Deux terroristes abattus mardi à Jijel    Le gouvernement sahraoui réagit aux déclarations "contradictoires" d'El Othmani    Le président Tebboune de retour au pays prochainement    TIZI-OUZOU : L'ENIEM annonce un arrêt technique de l'activité    HACIANE (MOSTAGANEM) : Le wali inspecte la zone industrielle de Bordjia    PROCES DE KARIM TABOU : Le verdict sera rendu le 7 décembre    CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L'HOMME (CNDH) : Lazhari critique la résolution du parlement européen    JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA : Benbouzid affirme la volonté de l'Algérie d'éradiquer l'épidémie    PROGRAMME ‘'LPA'' 2018-2019 A MOSTAGANEM : Le wali préside une réunion de coordination    28 INTERVENTIONS ENREGISTREES : Alerte à l'asphyxie au gaz à Mostaganem    Opep+ : poursuite des consultations pour un consensus adapté au marché pétrolier    Covid-19 : une prime pour indemniser le personnel du secteur de l'éducation touché    LDC : Le programme de ce mardi    L'Université Oran 2 au temps de la Covid-19 : cap sur le mode d'enseignement à distance    La FAF et Belmadi réagissent avec fermeté aux propos racistes contre Bentaleb    Joe Biden invité à un sommet de l'Otan après sa prise de fonction    Le cerveau de l'attaque de Ghazni tué par l'armée    "Ce conflit résulte d'un dérèglement des rapports politiques entre l'état fédéral et les régions"    Cinq ans de prison pour Sellal et Ouyahia    Pas de reprise du trafic le 15 décembre    Karouf repart !    L'Algérie débutera face à la Tunisie le 15 décembre    Le CRB assure l'essentiel    West Ham : Le souhait de Moyes pour Benrahma    Le casse-tête de l'association des supporters    Mahdi Khelfouni n'est plus    La vente des billets à partir de demain    Flambée des prix de l'aliment de bétail    Le fisc peine à taxer les fortunes    Le procès en appel de "Mme Maya" reporté au 7 décembre    Le procès de 14 hirakistes ajourné au 21 décembre    «Les premières opérations de vaccination pourraient débuter en janvier»    21 décès et 978 nouveaux cas    En Afrique, le paludisme tue bien plus que la Covid-19    Le documentaire Objectif Hirak primé en Inde    À Kinshasa, le combat des amoureux du livre et de la lecture    Le positivisme, le négativisme, et mille et une choses encore    Lancement du mois virtuel des arts plastiques    Causes et conséquences des luttes historiques depuis l'indépendance    Une écriture antillaise    Fermé pendant 15 jours : Le marché d'El Hamiz à nouveau ouvert    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au nord-est du Nigéria    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    DROITURE ET BONNE FOI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Absence du pavillon des lettres d'Afrique
Publié dans La Nouvelle République le 17 - 03 - 2019

Rendez-vous incontournable pour les auteurs du monde entier, le salon Livre Paris a ouvert au public ce vendredi 15 mars. Plus de 160 000 visiteurs sont attendus, lors de cette 39e édition, pour aller à la rencontre de 3 900 écrivains et 33 000 professionnels de l'édition.
En 2017 et 2018, le pavillon des lettres d'Afrique avait fière allure, au salon Livre Paris : des dizaines d'auteurs, plus de 400 mètres carrés. Ce pavillon des lettres d'Afrique était initié par l'Agence culturelle africaine, l'ACA, fondée par Aminata Diop Johnson, et financé par plusieurs États du continent, Côte d'Ivoire en tête, ainsi que par l'OIF, l'Organisation internationale de la Francophonie, l'association des Caraïbes et l'Union africaine.
Les promesses et les factures
Les visiteurs étaient au rendez-vous, mais voilà : la facture du salon Livre Paris 2018 n'a pas été intégralement réglée. «Les grands projets se font dans la douleur, reconnait Aminata Diop Johnson, la fondatrice d'ACA, qui regrette que la mise à disposition des fonds ait posé problème». Selon nos informations, si la Côte d'Ivoire a tenu ses promesses, ça n'a pas été le cas d'autres pays.
«Une occasion manquée»
Reed, la multinationale qui organise le salon, demandait le paiement des arriérés avant de louer un nouvel espace cette année. «C'est dommage, tout le programme était prêt. Nous aurons attendu jusqu'au dernier moment que l'ardoise soit payée…», soupire une source au salon Livre Paris. Aminata Diop Johnson déplore «une occasion manquée» et espère pouvoir donner rendez-vous aux auteurs africains l'année prochaine, année de la Saison culturelle Afrique 2020 voulue par le président français Emmanuel Macron.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.