Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Le procès historique attendu par les Algériens    Report du procès en appel de Kamel Chikhi    «Le marché pétrolier est resté équilibré»    Frais d'engagement des clubs    Le GSP au championnat arabe    Aarab Elyes nouvel entraîneur-adjoint    Real Madrid: Le clan Zidane fait une grande annonce pour son avenir !    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    C'est fait à Annaba    Lancement à partir de Batna de la campagne nationale de prévention des risques des inondations    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    Djaballah sera-t-il candidat à la présidentielle ?    PROTECTION CIVILE : 12 accidents font 10 blessés à Mostaganem    Plus de 250 nouveaux professeurs en renfort    Un trafiquant de psychotropes condamné à 18 mois de prison    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Et maintenant ?    Un vendredi sur son 31    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Un incendie détruit une école primaire    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Imminent changement à la tête des médias publics    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    Indices    Béjaïa : Les manifs continuent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Au 1er semestre 2019 : Hausse de près de 5% de la production industrielle publique    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement
Publié dans La Nouvelle République le 21 - 03 - 2019

Le coût des dégâts assurés sont de l'ordre de 200 millions d'euros depuis le début en France du mouvement des "gilets jaunes", a indiqué mardi le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire.
"J'estime désormais, après les événements de samedi, en liaison avec la Fédération française de l'assurance (FFA), ce coût global des sinistres à 200 millions d'euros", a déclaré le ministre devant les membres de la commission des Lois et des Affaires économiques du Sénat, deux jours après les scènes de violences qu'avait connues l'avenue des Champs-Elysées où des saccages et pillages de boutiques de marque ont été commis par des casseurs et des ultras. Lundi, la Fédération française de l'assurance (FAA) avait estimé le coût des dégâts à 170 millions d'euros. D'ailleurs les violences de samedi en plein cœur de Paris ont conduit au limogeage du préfet de police Michel Delpuech, remplacé par Didier Lallement, préfet de la région Nouvelle-Aquitaine (Bordeaux) qui lui-même gère chaque samedi la crise des "gilets jaunes" et les débordements. Aussi, des médias ont rapporté, selon des sources sécuritaires, que le Directeur de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne (DSPAP), Frédéric Dupuch, et le directeur de cabinet du préfet, Pierre Gaudin, ont été limogés. Suite à ces violences, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé le durcissement de la répression des violences commises lors des manifestations de "gilets jaunes", notamment de l'usage d'armes intermédiaires dénoncées d'ailleurs par plusieurs institutions onusiennes et européennes.
Il a annoncé également l'interdiction de manifester "chaque fois qu'il le faudra", dans les quartiers "les plus touchés", notamment les Champs-Elysées à Paris, la place Pey-Berland à Bordeaux et celle du capitole à Toulouse. Le ministère de la Justice devra, dans ce cadre, augmenter "très nettement" le montant de la contravention en cas de participation à une manifestation interdite, de 38 euros à 135 euros. Ces mesures ont été vivement critiqué par l'opposition, mais le gouvernement s'est dit "assumer" les risques de ce durcissement. "Il est certain que si nous avons une stratégie qui permet aux forces de l'ordre d'être plus mobiles, plus dynamiques, plus fermes, il y a plus de risques", a déclaré lundi soir sur France 2 le Premier ministre, soulignant que "le déchaînement de violence justifie une réponse ferme. Je l'assume". Le 7 mars, e président Emmanuel Macron avait refusé de parler de violences policières lors d'une réunion, du "grand débat national" qu'il avait lancé le 15 janvier pour une durée de trois mois. "Ne parlez pas de +répression" ou de "violences policières", ces mots sont inacceptables dans un Etat de droit", avait-il martelé.
Quelques jours auparavant, rappelle-t-on, la Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Michelle Bachelet, a réclamé à la France une "enquête approfondie" sur les violences policières qui se sont produites pendant les manifestations des gilets jaunes depuis la mi-novembre. "Nous encourageons le gouvernement (français) à poursuivre le dialogue et demandons urgemment une enquête approfondie sur tous les cas rapportés d'usage excessif de la force", avait-elle dit. A la fin du mois de février, le commissariat aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe avait, pour sa part, demandé à la France de "mieux respecter les droits de l'homme", de "ne pas apporter de restrictions excessives à la liberté de réunion pacifique" et de "suspendre l'usage du lanceur de balle de défense (LBD)" lors des manifestations des "gilets jaunes".
Pourtant en France, le défenseur des droits Jacques Toubon avait également demandé la suspension de l'usage des LBD en raison de leur "dangerosité" et de leurs "risques disproportionnés". Depuis le 17 novembre, plus de 13.000 tirs de LBD ont été recensés et 83 enquêtes ont été ouvertes, selon le ministère de l'Intérieur. Depuis cette date, le journaliste indépendant David Dufresne compile sur son compte Twitter les violences policières, recensant 547 signalements avec un bilan d'un mort, 222 blessures à la tête, 22 éborgnés et 5 mains arrachées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.