Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Vox populi ou le génie du peuple algérien    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Les pongistes Azzala et Belache retenus dans l'équipe africaine    En bref…    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    A Illizi : Bordj Omar Driss est en marche    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    Belkacem Boukherouf. Enseignant-chercheur à l'université de Tizi Ouzou, militant des droits de l'homme : Le combat identitaire est le marqueur démocratique en Algérie    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Soudan, une troisième révolution ?    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Pourquoi la conduite de la transition par les 3B aboutira à une impasse    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    Les précisions du gouvernement    L'ANP veille "sans répit"    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement
Publié dans La Nouvelle République le 21 - 03 - 2019

Le coût des dégâts assurés sont de l'ordre de 200 millions d'euros depuis le début en France du mouvement des "gilets jaunes", a indiqué mardi le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire.
"J'estime désormais, après les événements de samedi, en liaison avec la Fédération française de l'assurance (FFA), ce coût global des sinistres à 200 millions d'euros", a déclaré le ministre devant les membres de la commission des Lois et des Affaires économiques du Sénat, deux jours après les scènes de violences qu'avait connues l'avenue des Champs-Elysées où des saccages et pillages de boutiques de marque ont été commis par des casseurs et des ultras. Lundi, la Fédération française de l'assurance (FAA) avait estimé le coût des dégâts à 170 millions d'euros. D'ailleurs les violences de samedi en plein cœur de Paris ont conduit au limogeage du préfet de police Michel Delpuech, remplacé par Didier Lallement, préfet de la région Nouvelle-Aquitaine (Bordeaux) qui lui-même gère chaque samedi la crise des "gilets jaunes" et les débordements. Aussi, des médias ont rapporté, selon des sources sécuritaires, que le Directeur de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne (DSPAP), Frédéric Dupuch, et le directeur de cabinet du préfet, Pierre Gaudin, ont été limogés. Suite à ces violences, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé le durcissement de la répression des violences commises lors des manifestations de "gilets jaunes", notamment de l'usage d'armes intermédiaires dénoncées d'ailleurs par plusieurs institutions onusiennes et européennes.
Il a annoncé également l'interdiction de manifester "chaque fois qu'il le faudra", dans les quartiers "les plus touchés", notamment les Champs-Elysées à Paris, la place Pey-Berland à Bordeaux et celle du capitole à Toulouse. Le ministère de la Justice devra, dans ce cadre, augmenter "très nettement" le montant de la contravention en cas de participation à une manifestation interdite, de 38 euros à 135 euros. Ces mesures ont été vivement critiqué par l'opposition, mais le gouvernement s'est dit "assumer" les risques de ce durcissement. "Il est certain que si nous avons une stratégie qui permet aux forces de l'ordre d'être plus mobiles, plus dynamiques, plus fermes, il y a plus de risques", a déclaré lundi soir sur France 2 le Premier ministre, soulignant que "le déchaînement de violence justifie une réponse ferme. Je l'assume". Le 7 mars, e président Emmanuel Macron avait refusé de parler de violences policières lors d'une réunion, du "grand débat national" qu'il avait lancé le 15 janvier pour une durée de trois mois. "Ne parlez pas de +répression" ou de "violences policières", ces mots sont inacceptables dans un Etat de droit", avait-il martelé.
Quelques jours auparavant, rappelle-t-on, la Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Michelle Bachelet, a réclamé à la France une "enquête approfondie" sur les violences policières qui se sont produites pendant les manifestations des gilets jaunes depuis la mi-novembre. "Nous encourageons le gouvernement (français) à poursuivre le dialogue et demandons urgemment une enquête approfondie sur tous les cas rapportés d'usage excessif de la force", avait-elle dit. A la fin du mois de février, le commissariat aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe avait, pour sa part, demandé à la France de "mieux respecter les droits de l'homme", de "ne pas apporter de restrictions excessives à la liberté de réunion pacifique" et de "suspendre l'usage du lanceur de balle de défense (LBD)" lors des manifestations des "gilets jaunes".
Pourtant en France, le défenseur des droits Jacques Toubon avait également demandé la suspension de l'usage des LBD en raison de leur "dangerosité" et de leurs "risques disproportionnés". Depuis le 17 novembre, plus de 13.000 tirs de LBD ont été recensés et 83 enquêtes ont été ouvertes, selon le ministère de l'Intérieur. Depuis cette date, le journaliste indépendant David Dufresne compile sur son compte Twitter les violences policières, recensant 547 signalements avec un bilan d'un mort, 222 blessures à la tête, 22 éborgnés et 5 mains arrachées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.