Plus de 24 millions d'électeurs suivis par 501.031 encadreurs    Election présidentielle de 12 décembre L'heure du choix !    Un rendez-vous crucial pour la nation ! La sentence du peuple    Direction régionale des douanes de Chlef : 13 opérations d'exportation en novembre    Relizane : Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation    Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité    Polémique au Mali : Le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ    Afrique du sud : La Sud-Africaine Zozibini Tunzi est Miss Univers 2019    Gabon : L'opposant Jean Ping dénonce la " monarchisation de la République "    Oran : L'ex-directeur de l'agence foncière de Bir El-Djir condamné à 3 ans de prison ferme    Maroc: Une pétition déposée au Parlement pour l'abrogation de lois "liberticides"    Boumerdes : Projet de traduction des plus importants écrits de la littérature populaire algérienne    Patrimoine immatériel du sud: Des Hauts plateaux aux Oasis, la chanson saharienne    Bounedjah buteur face à Hienghène Sport    LDC : L'Atalanta réalise un exploit historique    Naples : Ancelotti fait ses adieux    Le chef de l'Etat signe la loi de Finances 2020    Une grande marche en cours à Alger    Lutte contre la criminalité urbaine à Alger: près de 3.000 affaires traitées en novembre    Banques : installation du nouveau P-dg de la BEA    Aucun "dépassement" enregistré lors du vote de la communauté nationale en Tunisie    Un décret présidentiel portant création d'une agence nationale de développement du numérique (JO)    Les populations nomades de Laghouat et Béchar accomplissent leur devoir    LFP : une réunion "prochainement" avec les représentants des clubs pour solutionner les problèmes financiers    Le président annonce des mesures d'apaisement    Un programme chargé pour les Canaris    Coupe d'Algérie de Football : JSM Béjaia - ES Sétif en 1/32es de finale    L'EN sacrée meilleure équipe, Mahrez meilleur joueur    Le capitaine Chammam finalement apte pour le rendez-vous de Doha    Du renouveau pour C3 Aircross    Le père du «low cost» s'en va    Le bouleversement technologique, un facteur amplificateur    Centre Anti-Cancer : Le scanner en panne depuis plusieurs mois    Mobilisation de 150 000 hectares pour la céréaliculture    Les actes d'accusation votés au Congrès d'ici la fin de semaine    Subsistance de divergences    Khatini, une nouvelle pièce sur les planches    ACTUCULT    La Maison de la culture de Aïn Témouchent rebaptisée    L'œuvre du ciseleur des mots revisitée    Ettiki !    Tribunal de Sidi M'hamed: le Parquet publie les jugements prononcés    Enième effondrement partiel au 1, Rue Mezouar Mohamed: Des familles en danger de mort interpellent le wali    Le tribunal de Sidi M'hamed rend son verdict: 15 ans de prison pour Ouyahia et 12 pour Sellal    Chlef: Du nouveau à la Caisse de retraite    Benflis dénonce une «cabale»    Les conditions d'inscription fixées    La mosquée de Sidi Ghanem à Mila : Un centre de rayonnement de l'Islam et un haut lieu de la mémoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fausses statistiques, vraies subventions
Publié dans La Nouvelle République le 23 - 04 - 2019

Chiffres à l'appui, les acteurs des différentes filières du monde agricole se sont remis à rêver de bons rendements des terres en blés et tomates bénéficiant de l'irrigation à proximité des barrages ou points d'eau éloignés. D'autres, spécialisés dans les activités d'élevage ou de production agricole, continuent d'insister sur la promotion et la valorisation de l'élevage ou autres cultures. Il reste que pour justifier, une prétendue hausse de production, l'on présente de fausses statistiques que, matériellement, rien ne prouve sur le terrain.
Animés par des présidents et quelques individus douteux membres de bureaux, de chambres et autres structures d'appui qui activent au gré des perceptions de subventions, celles-ci sont facilement obtenues par les membres des bureaux, de par leur proximité avec les décideurs. Des présidents de chambre et d'associations agricoles sont ainsi en mesure de manipuler au gré de leurs intérêts les statistiques. A l'image de celles liées à la production de la pomme de terre et de la tomate industrielle. Même l'élevage est atteint de ce syndrome de la manipulation des statistiques que, ces dernières années, rien ne semble arrêter. Pour bon nombre de spécialistes des activités agricoles, les fausses statistiques représentent une activité importante génératrice de revenus, c'est-à-dire, de vraies subventions aussi bien pour les femmes que pour les hommes, pour peu qu'ils aient un lopin de terre. En termes d'élevage, les marchés de bétail sont très animés. Ils pourraient l'être davantage prochainement avec l'importation annoncée de plusieurs milliers de têtes de bovins dont des vaches laitières. Malgré les atouts, les dirigeants ne font rien pour optimiser et rentabiliser les capacités existantes. Il y a ceux qui affirment qu'il y a de moins en moins d'investissements dans le système pastoral. L'élevage pastoral dans l'économie algérienne devient de plus en plus un secteur pourvoyeur de richesses et d'emplois soulignent nos sources. Même la question des espaces à même de représenter un quelconque obstacle pour la mobilité du cheptel ne se pose pas dans notre pays. L'état des lieux ainsi fait, il est dit qu'il reste beaucoup à faire pour améliorer davantage la situation. Dans le lot, le nécessaire contrôle qui doit s'effectuer au niveau des chambres d'agriculture de wilaya. A ce niveau, l'on s'étonne de retrouver, à l'issu de chaque mandat, la même composante pour le renouvellement de la chambre d'agriculture de wilaya. Elle est présidée par un même président durant des années successives. Le président comme ses assesseurs reviennent continuellement sur la foi d'élections dont ils sont les seuls à connaître le déroulement. Et pour cause, ils se partagent les subventions et autres avantages financiers accordés par l'Etat pour le développement du secteur. Cette situation est pour beaucoup dans la crise qui secoue la production de la tomate industrielle. L'importation chaque année et en importantes quantités du triple concentrée de tomate est pour beaucoup dans cette situation. Une crise, s'il en est, face à laquelle les conserveurs n'ont toujours pas réagi. Bon nombre semblent préférer l'option du triple concentré de tomate qui ne nécessite pas trop d'investissements en homme et en matériel. La corruption des fonctionnaires issus des différentes structures de contrôle de l'état a mis le holà à toutes les bonnes volontés particulièrement celle venues avec des idées d'investissement pour un réel développement de la filière. Cette même situation a été vécue durant les années 1980 par la filière de l'élevage et du lait. Les ruines qui composent actuellement le site qui fut le lieu d'implantation des vaches laitières et des laiteries témoignent des atteintes au patrimoine national commises par des éleveurs sans foi ni loi. L'exemple de la laiterie de Zérizer dans la wilaya de Tarf avec ses étables modernes, ses équipements et son cheptel est toujours vivace. Tout cet important investissement de l'état a disparu. Il n'en reste plus rien, si ce n'est des terres incultes tout autour des étables. D'où l'impatience des algériens de vivre demain mercredi à Oum El Bouaghi la 6e édition de la Fête annuelle de Bouhezza. Une localité avec qui les algériens ont fait connaissance grâce à la saveur du fromage traditionnel qui porte son nom. Il est à base de lait de chèvre ou de brebis. «Il s'agira également de souligner l'importance de fabrication de fromages pour le développement de la filière lait et la réduction de la facture des importations», a affirmé notre confrère de l'APS qui parle aussi de l'accent à mettre sur les efforts consentis par l'association «Imsenda» pour la labellisation de ce fromage.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.