Session extraordinaire du Conseil national le 2 août pour l'élection d'un président par intérim    Les étudiants entre résistance et persévérence    Soupçonné de corruption, Tayeb Louh interdit de sortie du territoire algérien    L'APW de Tizi Ouzou dénonce un crime économique et social    Des résultats de recherche inexploités    Arkab qualifie l'incident avec l'Iran de «contrôle de routine»    MCA : Bourdim : « J'ai expliqué au coach les raisons qui ont fait que j'ai raté les deux jours de stage »    ATTERRISSAGE A CONSTANTINE D'UN AVION RELIANT EL OUED A PARIS : Les explications d'Air Algérie    Le Maroc abuse de la répression    SITUATION ECONOMIQUE DE L'ALGERIE : Des experts tirent la sonnette d'alarme    Zetchi démissionnerait ce jeudi    AU NIVEAU D'UNE ZONE NON AUTORISEE A LA BAIGNADE : Encore une énième noyade enregistrée à Mostaganem    TENTANT DE SAUVER DEUX FILLES DE LA NOYADE : Un jeune homme meurt noyé à Béjaia    Plusieurs mesures pour prévenir une réapparition du choléra    Guedioura se rapproche d'Al Gharafa    Djemiaï va soumettre la liste du BP au comité central    Driencourt quitte Alger    L'attaquant malien Mohamed Niapegue Cissé à l'essai    La compétition rapporte 83 millions de dollars à la CAF    Brahimi file à Al Rayan    La Ligue Sud-Est comptera 16 équipes    Le stage de Tunisie délocalisé à Alger    Israël enterre ce qui reste du processus de paix    Interception d'un avion espion américain    Dialogue : les raisons de l'impasse    Accueil des nouveaux bacheliers à l'université Yahia-Farès    La ville croule sous les ordures    2 frères meurent asphyxiés au fond d'un puits    Le ministre de l'Enseignement supérieur exige des en-têtes en anglais    sortir ...sortir ...sortir ...    Vive Raconte-Arts !    Le Sud ne perd pas le nord    «Le mouvement théâtral dans les Zibans a accompagné toutes les causes sociales»    Un nouveau documentaire sur la guerre d'Algérie    La dictature militaire racontée par les réalisateurs espagnols    Montage de camions Renault trucks : Soprovi obtient l'agrément    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    Méditation sur un nuage    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    CETA : L'accord "vise à destituer le politique au profit des puissances de l'argent"    Une "réponse forte à la bande"    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des ONG et des institutions internationales s'alarment
Publié dans La Nouvelle République le 27 - 04 - 2019

Des organisations humanitaires et institutions internationales ont exprimé leur inquiétude et préoccupation quant à la situation humanitaire de milliers de migrants en Libye, pris au piège des combats à Tripoli suite à l'agression menée depuis trois semaines par les troupes de Khalifa Haftar pour s'emparer de la capitale libyenne où siège le Gouvernement d'union nationale (GNA).
L'Organisation internationale de la migration (OIM) a recensé 5.933 retenus dans des «centres de détention» officiels, alors que d'autres centaines sont détenus par des groupes armés dans d'autres installations échappant à tout contrôle, ont indiqué des médias locaux. Dans un point sur la situation humanitaire dans le pays, l'adjointe à l'émissaire de l'ONU en Libye, Maria do Valle Ribeiro, avait fait état de sa «préoccupation» sur la situation des «migrants, demandeurs d'asile et réfugiés», dont «3.600 se trouvent dans des centres de détention dans des zones proches des lignes de front». Les centres situés dans la région de Tripoli et leurs détenus se sont retrouvés au cœur des combats suite à l'agression lancée depuis le 4 avril par les troupes de Khalifa Haftar, venues de l'est du pays, pour s'emparer de Tripoli, siège du GNA, reconnu par la communauté internationale. A Gasr ben Ghachir (au sud de Tripoli), un des plus importants centres de détention situé dans une zone touchée par les attaques des troupes de Khalifa Haftar, plusieurs migrants ont été grièvement blessés mardi soir. L'OIM a souligné que «des migrants sans défense ont été la cible de tirs aveugles» et que «plusieurs d'entre eux ont été sérieusement blessés». Le HCR a annoncé, de son côté, l'évacuation mercredi dernier de 325 personnes de ce centre. L'ONG française, Médecins sans frontières (MSF), a diffusé vendredi une vidéo montrant des migrants blessés par balles. Amnesty International a réclamé une enquête sur cette attaque, alors que l'intégralité des migrants restants, soit 650 personnes, a été évacuée jeudi soir vers Zawiya, à l'ouest de Tripoli, a annoncé le HCR. D'autres cas d'abus ont été recensés notamment par Human Rights Watch (HRW) affirmant avoir recueilli des témoignages de deux détenus d'un centre de détention à Tajoura (banlieue est de Tripoli) qui ont été forcés par des groupes armés à «réparer des véhicules militaires, charger, décharger et nettoyer des armes». Les ONG appellent les parties en conflit, les puissances étrangères et les institutions internationales à protéger les migrants, cibles vulnérables aux abus ou potentiels boucliers humains. Aucune donnée officielle n'est disponible sur le nombre de migrants, souvent clandestins, présents dans ce pays, carrefour des routes d'Afrique de l'est et d'Afrique subsaharienne menant vers l'Europe. Il est estimé à plusieurs centaines de milliers.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.