Le nombre de cas de COVID-19 a doublé au cours des six dernières semaines    Wilaya d'Alger : les taxis autorisés à poursuivre leur activité    L'ONEC dénonce les déclarations de Marine Le Pen contre l'Algérie    Crise libyenne: Entre ingérences étrangères et hypocrisie    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Covid-19: Durcissement des mesures de confinement    AVEU    La maladie et le mal inné    Les questions de mémoire, la situation en Libye et au Sahel: Tebboune reçoit un appel de Macron    Entre la liberté de réfléchir et l'interdiction de penser    Institut Cervantès d'Oran: Le cycle « Hispanistadesdecasa » à partir de demain    434 nouveaux cas et 8 décés en 24 h    Les Algériens non concernés    Les précisions de Ferhat Ait Ali    Le coup de gueule du Dr Bekkat Berkani !    Affaire Hannachi/Mellal : Le président de la JSK écope de 2 mois de prison ferme    Afrique: la Covid-19 aggrave la situation des réfugiés menacés par la faim et la malnutrition    Congrès extraordinaire du FFS: élection des nouveaux membres de l'Instance présidentielle du parti    FAF-ANEF: quatre conférences en ligne au programme en juillet    FMI: la dette publique mondiale atteindra un pic historique en 2020    Alger: interdiction du transport urbain collectif public et privé durant les week-ends    Covid-19: plus de 2.700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    PRODUITS PHARMACEUTIQUES : L'ARAV prescrit l'arrêt immédiat des campagnes publicitaires    MASCARA : Des terres agricoles détournées de leur vocation    TISSEMSILT : La CNAC à l'écoute des citoyens    MONTAGE AUTOMOBILE EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie apporte des précisions    DEFENSE : Le général-major Tlemçani à la tête de la 4ème région militaire    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES : Un pas vers la reconnaissance par la France de ses crimes    Cheb Khaled rêve d'un Maghreb Uni !    Libye: reprise de la production et des exportations de pétrole après des mois de blocage    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    Algérie/France: des avancées sur les questions mémorielles, en dépit de la persistance des voix des nostalgiques de la colonisation    Syrie: l'aide transfrontalière de l'ONU suspendue à une décision russe    La Bourse de Tokyo ouvre en baisse, la résurgence du Covid-19 inquiète    Sétif : protestation des agents de la direction de réalisation des projets de l'ERGR Aurès pour des salaires impayés    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Rachad, les harragas et la décennie noire    Se sauver ou sombrer    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    "J'ai fait l'objet d'une méchanceté gratuite"    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    La FAF tranchera le 15 juillet    Libye : Le chef de l'ONU dénonce une «interférence étrangère» sans précédent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Autour de l'énigme du décès de l'écrivain
Publié dans La Nouvelle République le 04 - 05 - 2019

Un nouvel ouvrage de l'écrivain italien Giovanni Catelli, paru récemment chez Balland, essaie de résoudre l'énigme de l'accident de voiture qui a tué Albert Camus et l'éditeur Michel Gallimard le 4 janvier 1960 à Villeblevin (Yonne, France).
Accident ou meurtre ? C'est la problématique que tente l'écrivain et universitaire italien de résoudre dans son livre enquête de 280 pages «La mort de Camus», traduit par Danielle Dubroca. Tout a commencé depuis que Giovanni Catelli avait découvert un passage du journal de l'écrivain tchèque Jan Zabrana qui évoque une confidence qu'on lui aurait faite dans la Tchécoslovaquie des années où l'URSS était commandée par Léonid Brejnev. D'après le journal, l'auteur de La Peste, qui avait dit un jour que «le comble de l'absurdité serait de mourir dans un accident de la route», n'aurait pas été victime d'un accident «absurde», mais d'un attentat perpétré par les services secrets soviétiques. Jan Zabrana n'a révélé l'existence du journal à sa femme Maria Zabranova seulement deux semaines avant sa mort d'un cancer, mais il n'indiquait pas l'origine de ses informations. L'écrivain tchèque a évoqué clairement que l'accident de Camus aurait été organisé pour punir l'écrivain à cause de son activité antisoviétique et pour sa condamnation publique de l'invasion de la Hongrie. C'est ainsi que l'auteur, sur la base de ces faits, a consacré des recherches minutieuses pour rechercher des témoins encore vivants pour accréditer la thèse de l'assassinat de ce natif de Drean (El-Tarf, Algérie), selon laquelle lui et son éditeur auraient été victimes d'un meurtre prémédité. Tout en fournissant une multitude de preuves, de déclarations recoupées et de faits têtus, l'auteur, qui a donné des leçons de littérature italienne dans les universités de Prague, Olomouc, Bratislava, Nitra ainsi que d'Odessa, Kiev et Lvov, change le plomb en or pour suggérer que l'accident de voiture devrait être classé au rang d'«assassinat politique», avec comme trame de fond la guerre des services de renseignement entre l'URSS et la France.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.