L'agression féodale et le Hirak.    AG élective de la FASSAS: Samir Karim Chaouche élu nouveau président    Covid-19: 250 nouveaux cas, 144 guérisons et 10 décès    INCENDIE AU CHAMP D'EL MERK (HASSI MESAOUD) : Le ministre Attar en inspection des lieux    SKIKDA : Déraillement d'un wagon de train chargé de phosphate    LIBYE : L'Algérie salue l'accord de cessez-le-feu global    Le PT réagit à la condamnation de Djelloul Djoudi    Série A: la Sampdoria s'offre l'Atalanta    Clasico: encore un record pour Fati !    La révision de la Constitution une priorité pour l'Algérie qui vit une "phase cruciale"    TISSEMSILT : La rentrée scolaire perturbée dans plusieurs écoles    PLAN NATIONAL DE REBOISEMENT : Un milliard de plants mis en terre    GHARDAIA : Deux morts dans un accident de la circulation    Tebboune réitère l'engagement de l'Etat    Accidents de la route: 9 morts et 359 blessés ces dernières 48 heures    Résiliation du contrat de Toufik Zerara    Billel Bensaha mouloudéen à titre de prêt    Un clasico devant 100 000 sièges vides, une première    Signature du premier accord majeur post-Brexit entre Londres et Tokyo    Le chef de l'ONU s'inquiète d'une «situation tendue»    Les créances de la Sadeg s'élèvent à 1 850 millions de dinars    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    Oran : Plantation d'arbres à l'université    Défection du Sila et souvenirs du «Parnasse» algérien    Le chanteur populaire M'hamed Zighem n'est plus    Commémoration du 116e anniversaire de la mort d'Isabelle Eberhardt    MO Béjaïa : Un directoire pour gérer les affaires du club    Saad Hariri de retour aux commandes au Liban    "L'Algérie coopérait déjà peu..."    Ali Haddad, le grand casse    Le RCD accuse le pouvoir de "s'acheter une nouvelle clientèle"    Attribué depuis trois mois à Mâalma : Le site AADL des 831 Lgts entre malfaçons et absence de commodités    Les travailleurs sans salaire depuis dix mois    Djerad désavoue le wali d'Oran    Des logements et des aides pour les sinistrés    En attendant une décision officielle...    Erdogan confirme un test de missiles russes    Après l'AGO : Les présidents en fin de mandat doivent quitter la ligue    Je suis contre cette Algérie majoritaire !    La représentation des minorités progresse mais reste limitée    Ali Boudarène, un comédien prometteur    Concours du meilleur joueur de mandole algérien : Appel à Candidature    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    VFS Global: Un service de «rendez-vous de test PCR»    Par-delà l'image    Le FMI inévitable?    Les salles obscures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«On ne peut, en l'état actuel des choses, parler d'indépendance de la justice»
Publié dans La Nouvelle République le 13 - 05 - 2019

Le Syndicat national des magistrats (SNM) a estimé, avant-hier samedi que la seule garantie et l'unique protection de la justice et des juges ne peuvent venir d'aucune partie en dehors de l'autorité judiciaire.
« On ne peut, en l'état actuel des choses, parler d'indépendance de la justice », lit-on dans un communiqué rendu public, avant-hier samedi au terme de la 1ère réunion de son bureau exécutif, suite au renouvellement complet de ses structures. Cela peut être mis en pratique, poursuit le communiqué signé par son nouveau président, Issaâd Mebrouk, par une série de procédures consacrant une totale indépendance des juges. A commencer, suggère le SNM, par la révision des lois et des structures qui organisent l'action du juge et son parcours professionnel. «On ne peut pas parler de justice indépendante et protégée avec les lois et les structures actuelles », observe-t-il. Tout en exprimant, catégoriquement, le «refus» des magistrats d'être un «simple appareil qui ne bouge que sous des ordres ou des convocations», le Syndicat national des magistrats a rejeté les accusations portées contre la magistrature venant, note le communiqué, des «milieux officiels et non officiels» qui doutent de l'indépendance de la justice. «Les juges restent attachés à leur droit constitutionnel, réclamé par le peuple, d'être un pouvoir indépendant assumant ses missions conformément aux principes de légalité et de justice et suivant une approche d'impartialité et d'équité », souligne le communiqué du SNM. Pour le Syndicat national des magistrats, la seule garantie et protection de la Justice et des juges ne peut émaner d'aucune partie en dehors de l'autorité judiciaire dont la matérialisation requiert un ensemble de procédures consacrant l'indépendance totale des magistrats, à commencer par le respect des lois et la révision des structures, régissant le travail du magistrat et son parcours professionnel. « Les magistrats se tiennent à équidistance de toutes les catégories sociales et appellent tout un chacun à leur accorder la confiance voulue, sans tutelle ou pression », insiste le SNM dans son communiqué. Le Syndicat national des magistrats, poursuit encore le communiqué, assure qu'il veillera à garantir, aux magistrats, le soutien matériel et moral face à toute atteinte, par des déclarations, des insinuations ou tout autre acte matériel, à leur intégrité et à leur indépendance, en se constituant partie civile. « L'appel à la liberté de l'Algérie nouvelle implique obligatoirement l'appel à la liberté et à l'indépendance de la justice et son affranchissement de toutes les entraves matérielles et humaines », écrit encore le SNM, non sans réitérer son engagement à contribuer de manière efficace à faire sortir le pays de sa crise pour le mener à bon port avec le peuple souverain, dans le cadre de ses institutions constitutionnelles qui expriment sa volonté libre.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.