POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les étudiants se démarquent
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 05 - 2019

Pour la célébration du 63ème anniversaire de la journée nationale de l'Etudiant du 19 mai 1956, les universitaires algériens ont observés plusieurs rassemblements et marches à travers tout le territoire national. Des marches programmées depuis quelques jours, coïncidant ainsi avec le mouvement de protestation estudiantin conduit en soutien à la révolte populaire du 22 février dernier. Ils ont affirmé encore une fois leur sens de l'engagement en tant que militants pour le changement radical du système politique du pays et pour l'indépendance de l'Algérie. Rendant ainsi en cette conjoncture « délicate » hommage à leurs aînés qui ont toujours lutté pour la dignité et la liberté.
Un sentiment de résistance gagne le mouvement des étudiants de jours en jours. Ni le jeûne, ni la chaleur ne les ont empêchés de descendre dans les rues d'Alger centre pour marcher, aux côtés de leurs aînés qui les ont parrainés, lors de cette nouvelle parade. En une semaine, les étudiants ont investi trois fois la rue pour exiger la rupture « certaine » avec le pouvoir en place, qui refuse de céder et faisant fi des revendications du peuple. a un mois et demi des élections présidentielles et en absence de consensus populaire et solution avérée à la crise, les étudiants conscients de cette réalité intensifie leur mobilisation afin de renouveler à chaque occasion, la nécessité d'amorcer « rapidement la phase de la transition ». Un passage plus que nécessaire pour ne pas aller vers un vide constitutionnel à répercussion désastreuse sur l'avenir du pays et de cette élite qui n'hésite pas à sacrifier son année universitaire pour réclamer ses droits. La manifestation des étudiants est devenue un rituel chronique pour les étudiants algériens. Elle fait partie des actions quotidiennes contre les symboles du système politique qui s'accroche aux élections présidentielles tant contestées par le peuple. En hommage à leurs aînés, les étudiants ont entamé hier le premier jour de la semaine par une mobilisation sur le thème particulier de « la lutte en nom de la liberté et de la dignité et le combat continu ». Dès la matinée, les étudiants afflués sur Alger centre pour occuper leur place emblématique du « Hirak », la Grand Poste avant de sillonner les grandes artères du centre d'Alger, comme à l'habitude. Malgré la présence d'un dispositif important de policiers, les étudiants ont crié leur mal de vivre dans le calme, démontrant à l'occasion et pour la énième fois leur attachement à la liberté et à l'indépendance de leur pays, du colon intérieur qui s'est enraciné depuis des décennies, sombrant le pays dans un état cataclysmique, irréversible à moyen terme. L'objectif de la marche et la persévérance des étudiants algériens est de se réapproprier le pays et le libérer, une fois de plus, du colonisateur. Différent de celui de 1956, mais qui a hérité de ses systèmes politique. La nouvelle génération refuse toute dépendance à un système anachronique qui ne correspond pas à leur avenir. Mardi, 19 mai a été marqué par une mobilisation exemplaire d'une génération consciente des enjeux politiques et économiques qu'encourent le pays en absence de solution à la crise. Des portraits de Taleb Abderrahmane, de Ben Youcef Benkheda et d'autres figures emblématiques de l'université algériennes devenues des icônes de la lutte pour la liberté et la dignité des étudiants. Une journée pleine d'émotion et d'espoirs s'est encore achevée dans l'indécision et l'incertitude qui planent sur l'avenir du pays. Malgré leur inquiétude, ils ont réitéré leur détermination à atteindre leur objectif et à maturer le projet populaire aux côté de leurs aînés.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.