Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Le procès historique attendu par les Algériens    Report du procès en appel de Kamel Chikhi    «Le marché pétrolier est resté équilibré»    Frais d'engagement des clubs    Le GSP au championnat arabe    Aarab Elyes nouvel entraîneur-adjoint    Real Madrid: Le clan Zidane fait une grande annonce pour son avenir !    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    C'est fait à Annaba    Lancement à partir de Batna de la campagne nationale de prévention des risques des inondations    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    Djaballah sera-t-il candidat à la présidentielle ?    PROTECTION CIVILE : 12 accidents font 10 blessés à Mostaganem    Plus de 250 nouveaux professeurs en renfort    Un trafiquant de psychotropes condamné à 18 mois de prison    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Et maintenant ?    Un vendredi sur son 31    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Un incendie détruit une école primaire    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Imminent changement à la tête des médias publics    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    Indices    Béjaïa : Les manifs continuent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Au 1er semestre 2019 : Hausse de près de 5% de la production industrielle publique    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Invasion de moustiques et de rats dans de nombreuses cités
Publié dans La Nouvelle République le 03 - 06 - 2019

Par manque de propreté et surtout de désherbage dans plusieurs cités de la wilaya de Annaba particulièrement ceux de la plaine Ouest, Oued Forcha, Cité El Rym, Pont Blanc, La Colonne, Chaiba, Sidi Amar et Oued Edheb sont quotidiennement ciblées par l'invasion des moustiques qui n'épargnent aucune maison et régnant en maître des lieux, a-t-on relevé.
Selon les constatations faites dans ces quartiers de la ville, les habitants souffrent du mal de nuit à cause de ces bestioles et n'arrivent jamais à dormir tranquillement chez eux malgré, souligne-t-on, l'usage des appareils conçus pour les pastilles anti-moustiques ou autres moyens. Effectivement l'envahissement des moustiques quasi permanente est devenue un sujet et un fait pour de nombreux citoyens de la wilaya en cette période chaude. Or, le phénomène a notamment pris une proportion alarmante, que ce soit dans la journée ou dans la nuit, la population annabie est sauvagement attaquée par de nombreux moustiques avides de sang qui rendent les maisons réellement invivables. Les résidents ne savent plus quoi faire pour endiguer cette impressionnante invasion.
Ces voraces bestioles ne reculent devant rien , ni les diffuseurs de pastilles ni les ventilateurs n'arrêtent l'attaque incessante des insectes ayant pour origine les immondices jonchant un peu partout aux alentours des habitations et les herbes folles qui entourent les immeubles. Les témoignages fusent lorsqu'on aborde le sujet, les nuits dans ce prolongement urbain de Annaba sont synonymes d'enfer où les moustiques font leur apparition en force à l'intérieur des résidences. A ce sujet, il faut savoir que ces insectes se développent préférentiellement dans les petits points d'eau, fosses septiques, pneus, bassins et le moustique le plus répandu en milieu urbain est le genre Culex pipiens. Pendant l'hiver, seules les adultes femelles survivent en état de dormance, elles s'abritent dans les caves, et lorsque la température atmosphérique s'élève de 10° à 20°, l'état de dormance est levé et la femelle pique un hôte à sang chaud, notamment l'homme en particulier.
Ces insectes transmettent des maladies graves, le plus souvent sous forme d'épidémie «paludisme, fièvre jaune, dengue etc». Les opérations de démoustication inopérantes et rares opérées par les services de l'environnement communal d'Annaba s'avèrent inefficaces et sans résultat puisque le désherbage demeure jusqu'aujourd'hui inexistant dans tous les quartiers de la ville malgré l'existence d'un budget annuel consacré dans ce sens. Les citoyens se posent la question sur la vraie destination de ces sommes d'argent de l'État. Enfin, il faut dire que l'achat d'insecticides, de moustiquaires ou de pastilles anti-moustiques est devenu un besoin urgent pour pas mal de citoyens à revenus moyens, indiquent de nombreux gens. Les nombreuses caves d'anciens immeubles qui n'avaient pas été nettoyées depuis des années sont devenues l'abri des rats étant des rongeurs de nature méfiante très difficiles à piéger par l'homme, ces rats qui sont incapables de vomir et les souris transmettent des maladies en souillant la nourriture de leur urine ou de leur déjection.
On craint les scorpions mais les piqûres de tous les insectes peuvent tuer
Certes, nous craignons toujours les scorpions alors que les piqûres de nombreux insectes peuvent tuer, les moustiques, les abeilles, les guêpes, les tiques et autres insectes sont dangereuses et nocives où une seule piqûre comporte des substances nuisibles pour l'homme pouvant ainsi nuire à la santé et même provoquer la mort. D'après certains médecins, une simple piqûre d'insecte peut entrainer des maladies graves et les piqûres des tiques peuvent causer des complications. Ces insectes sont des acariens parasites qui s'accrochent à la peau des animaux ou des humains pour se nourrir de leur sang. Ils sont présents dans les zones humides ou boisées, leurs piqûres leur permettent de transmettre des virus et des bactéries, autrement dit, des maladies à transmission vectorielle comme le paludisme, la maladie de lyme, la dengue, la fièvre jaune qui ont fait des millions de victimes dans le monde. La maladie de lyme causée par les piqûres des tiques provoque des symptômes articulaires, cardiaques ou neurologiques. Les piqûres de certains insectes comme les abeilles ou les guêpes entrainent une réaction allergique chez les victimes se caractérisant par une sensation de malaise, des frissons, des sueurs ou crise d'asthme. Les piqûres d'insectes causent des rougeurs et des irritations dans la partie piquée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.