Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Corée en Algérie    Opep+: la Russie appelle tous les pays membres à respecter le taux maximal de conformité    Cession des biens immobiliers de l'Etat: plus de 747.000 dossiers régularisés    Régularisation foncière: une priorité de l'Etat    Mostaganem: 5 personnes secourues et 4 corps sans vie repêchés en mer    L'ALGERIE, UN MONDE À L'ENVERS.    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    Covid-19: 228 nouveaux cas, 158 guérisons et 9 décès    Médéa: un individu arrêté pour trafic illicite de munitions réelles    JO: publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral    Abderrahmane Hammad prend ses fonctions à la tête du Comité olympique et sportif algérien    Sensibilisation des jeunes issus des zones d'ombre    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    Le Bébête Show, version élections US    Le chef des ex-Farc confesse «haïr» son organisation pour les atrocités commises    Révision constitutionnelle: L'Initiative des forces nationales de réforme appelle à une "large" participation au débat et au vote    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    Plaidoyer pour la dissolution de l'APN    Le verdict reporté au 23 septembre    Régime sec    75 permis de chasse délivrés    Les commerçants en colère demandent la réouverture du marché    Plus de 668 000 têtes à vacciner    Signature de six conventions avec Algérie Poste    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Crise syrienne : Trump reconnaît avoir envisagé d'«éliminer» Al Assad    Les non-dits    Mahrez a repris les entraînements    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    CORONA, l'ennemi sans nom    La fille des Aurès    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    Religion et politique : pourquoi craignons-nous la traduction ?    Plaidoyer pour la reconnaissance officielle de la darija    USM Bel-Abbès: Les supporters réclament une société nationale    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Quatrième périphérique: Deux morts et deux blessés graves dans un accident    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Au boulot, citoyens !    Le procès en appel de Mahieddine Tahkout reporté    Les promesses du ministre des Finances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Invasion de moustiques et de rats dans de nombreuses cités
Publié dans La Nouvelle République le 03 - 06 - 2019

Par manque de propreté et surtout de désherbage dans plusieurs cités de la wilaya de Annaba particulièrement ceux de la plaine Ouest, Oued Forcha, Cité El Rym, Pont Blanc, La Colonne, Chaiba, Sidi Amar et Oued Edheb sont quotidiennement ciblées par l'invasion des moustiques qui n'épargnent aucune maison et régnant en maître des lieux, a-t-on relevé.
Selon les constatations faites dans ces quartiers de la ville, les habitants souffrent du mal de nuit à cause de ces bestioles et n'arrivent jamais à dormir tranquillement chez eux malgré, souligne-t-on, l'usage des appareils conçus pour les pastilles anti-moustiques ou autres moyens. Effectivement l'envahissement des moustiques quasi permanente est devenue un sujet et un fait pour de nombreux citoyens de la wilaya en cette période chaude. Or, le phénomène a notamment pris une proportion alarmante, que ce soit dans la journée ou dans la nuit, la population annabie est sauvagement attaquée par de nombreux moustiques avides de sang qui rendent les maisons réellement invivables. Les résidents ne savent plus quoi faire pour endiguer cette impressionnante invasion.
Ces voraces bestioles ne reculent devant rien , ni les diffuseurs de pastilles ni les ventilateurs n'arrêtent l'attaque incessante des insectes ayant pour origine les immondices jonchant un peu partout aux alentours des habitations et les herbes folles qui entourent les immeubles. Les témoignages fusent lorsqu'on aborde le sujet, les nuits dans ce prolongement urbain de Annaba sont synonymes d'enfer où les moustiques font leur apparition en force à l'intérieur des résidences. A ce sujet, il faut savoir que ces insectes se développent préférentiellement dans les petits points d'eau, fosses septiques, pneus, bassins et le moustique le plus répandu en milieu urbain est le genre Culex pipiens. Pendant l'hiver, seules les adultes femelles survivent en état de dormance, elles s'abritent dans les caves, et lorsque la température atmosphérique s'élève de 10° à 20°, l'état de dormance est levé et la femelle pique un hôte à sang chaud, notamment l'homme en particulier.
Ces insectes transmettent des maladies graves, le plus souvent sous forme d'épidémie «paludisme, fièvre jaune, dengue etc». Les opérations de démoustication inopérantes et rares opérées par les services de l'environnement communal d'Annaba s'avèrent inefficaces et sans résultat puisque le désherbage demeure jusqu'aujourd'hui inexistant dans tous les quartiers de la ville malgré l'existence d'un budget annuel consacré dans ce sens. Les citoyens se posent la question sur la vraie destination de ces sommes d'argent de l'État. Enfin, il faut dire que l'achat d'insecticides, de moustiquaires ou de pastilles anti-moustiques est devenu un besoin urgent pour pas mal de citoyens à revenus moyens, indiquent de nombreux gens. Les nombreuses caves d'anciens immeubles qui n'avaient pas été nettoyées depuis des années sont devenues l'abri des rats étant des rongeurs de nature méfiante très difficiles à piéger par l'homme, ces rats qui sont incapables de vomir et les souris transmettent des maladies en souillant la nourriture de leur urine ou de leur déjection.
On craint les scorpions mais les piqûres de tous les insectes peuvent tuer
Certes, nous craignons toujours les scorpions alors que les piqûres de nombreux insectes peuvent tuer, les moustiques, les abeilles, les guêpes, les tiques et autres insectes sont dangereuses et nocives où une seule piqûre comporte des substances nuisibles pour l'homme pouvant ainsi nuire à la santé et même provoquer la mort. D'après certains médecins, une simple piqûre d'insecte peut entrainer des maladies graves et les piqûres des tiques peuvent causer des complications. Ces insectes sont des acariens parasites qui s'accrochent à la peau des animaux ou des humains pour se nourrir de leur sang. Ils sont présents dans les zones humides ou boisées, leurs piqûres leur permettent de transmettre des virus et des bactéries, autrement dit, des maladies à transmission vectorielle comme le paludisme, la maladie de lyme, la dengue, la fièvre jaune qui ont fait des millions de victimes dans le monde. La maladie de lyme causée par les piqûres des tiques provoque des symptômes articulaires, cardiaques ou neurologiques. Les piqûres de certains insectes comme les abeilles ou les guêpes entrainent une réaction allergique chez les victimes se caractérisant par une sensation de malaise, des frissons, des sueurs ou crise d'asthme. Les piqûres d'insectes causent des rougeurs et des irritations dans la partie piquée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.