Le nouveau directeur de la Sûreté de la wilaya installé    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    A propos de la loi portant règlement budgétaire pour 2017 (2e partie et fin)    Selon le ministre des Finances, la programmation triennale des budgets permettra plus de transparence    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Les subventions de la wilaya et de l'APC toujours bloquées    Meziane buteur, Benghit exclu    «Oui, la situation est alarmante !»    Comment intégrer les médecins libéraux ?    Donnez-nous juste le signal, et on clignotera !    Les angoisses fertiles    Une convention de coopération entre l'EPTV et l'Ismas    Plus de 2 700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    Un terroriste capturé à In M'guel    Nouveau record des contaminations    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    Les propositions de Rahabi    Trois suspects placés en détention provisoire    CS Constantine : La démission de Redjradj entérinée    Polsario: il est évident que l'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    MESURES PREVENTIVES CONTRE LE COVID19 : Les walis impliqués dans les mécanismes d'application    Boukadoum à Anadolu: Alger œuvre pour l'intégrité territoriale de la Libye    Le mandat présidentiel et le rôle de l'armée au centre de la contribution de Abdelaziz Rahabi au débat sur l'avant-projet de Constitution    Covid19-Prise en charge des patients: vers l'augmentation des capacités d'accueil des hôpitaux    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Raid policier avant des primaires de l'opposition    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    Démission du ministre de la Justice    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Le FFS face au défi du rassemblement    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'appel des sept
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 06 - 2019

La semaine appelée à prendre fin avec l'organisation du 18ème hirak toujours sous le principe de « Selmia – Selmia » a été marquée par des comparutions devant les magistrats de différentes spécialités judiciaires de plusieurs hauts responsables. Il s'agit de ceux qui, il y a quelques jours, dictaient, aux 42 millions d'algériens leur volonté dans le domaine politique et socio-économique.
Jusqu'à hier, donc, se poursuivaient ces comparutions sous différents motifs. La plupart ont abouti aux décisions de la Cour de justice et du parquet d'émettre à l'encontre des uns ou des autres, des décisions judiciaires. Il s'agit de mises sous mandat de dépôt, de liberté provisoire, sous contrôle judiciaire, d'ordre d'amener, de convocations à comparaître et autres actes judiciaires. Ces actes impliquent tous de hauts responsables de l'état dans des délits d'atteinte à l'économie nationale dans le domaine du réseau bancaire, de l'importation de divers produits, d'atteinte au patrimoine foncier et immobilier, blanchiment d'argent, abus de pouvoir, dépassement dans l'exercice de la fonction et autres actes délictuels aussi graves les uns que les autres. Certains seront ponctués par l'incarcération de deux premiers ministres, plusieurs ministres, opérateurs économiques à la richesse douteuse, des hauts fonctionnaires qui s'étaient crus intouchables. Tous ces faits ont fait l'objet d'analyses préalables avaient été préalablement étudiés par les représentants de sept partis politiques. Ils ont été liés à la pratique politique. D'où les conclusions qu'ont tirées plusieurs chefs de ces partis politiques pour appeler à l'élaboration d'un Pacte Politique Consensuel. C'est du moins la compréhension que l'on tire de leur appel émis ce mardi18 juin 2019. Ce sont le Front des forces socialistes (FFS), celui du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD), du Parti des travailleurs (PT), du Parti Socialiste des travailleurs (PST), du Mouvement Démocratique et Social, MDS), de l'Union pour le Changement et le Progrès (UCP), le Parti pour la Laïcité et la Démocratie (PLD) et la Ligue Algérienne de Défense des Droits de l‘Homme (LADDH) représentée par Me Noureddine Benissad. avant d'appeler ce dernier mardi au dialogue pour construire, diront-ils, à "un pacte politique consensuel" Parlant au nom des forces progressistes, ils ont précisé que ce pacte définira les contours du processus de transition démocratique en Algérie. «L'heure aujourd'hui est à la concertation et au dialogue des forces progressistes afin de construire un pacte politique consensuel qui définira par la suite les contours du processus de transition démocratique dans notre pays", ont indiqué les partis politiques dans un appel "aux forces de l'alternance démocratique". Ces sept partis politiques qui ont souligné leur volonté de libérer une dynamique politique de construction d'un Etat de droit et des libertés et de la société, ont estimé qu'il s'agit d'une priorité en vue d'amorcer une véritable transition démocratique". Ils ont ajouté que c'est dans cette optique qu'une première rencontre de concertation et de dialogue est décidée d'un commun accord pour le 26 juin. Ils ont réitéré leur appel à d'autres acteurs politiques, aux syndicats autonomes, au mouvement associatif, ainsi que les personnalités nationales indépendantes et la communauté algérienne à l'étranger qui "se reconnaissent dans cet appel à se joindre à cette initiative de concertation", en vue d'amorcer un dialogue "sans préalables, sérieux, responsable et inclusif" pour déboucher sur une "véritable transition" démocratique et l'édification d'un Etat de droit. C'est justement ce à quoi aspirent les marcheurs du hirak qui réclament une autre nouvelle manière de gérer l'Algérie. Telle que la mise en place d'un gouvernement de transition préalable à l'organisation d'élections libres et transparentes. D'ailleurs outre le hirak de chaque vendredi, il y a la marche des étudiants qu'organisent chaque mardi les étudiants de tout le pays. Pour les étudiants, une période de transition permettrait de mettre définitivement out ceux qui durant vingt années ont entraîné le pays vers la crise que nous vivons ces derniers mois. Dans leurs propos, les représentants des sept partis politiques auteurs de l'appel du mardi 18 juin 2019, estiment que la transition rétablira la confiance du peuple envers les institutions du pays.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.