Crise politique et dialogue national: Une liste et des couacs     22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Affaires Haddad et Tahkout: Ghoul en prison, Zoukh sous contrôle judiciaire    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Sénégal 0 - Algérie 1: Héroïques jusqu'au bout    Analyse - Un cocktail à l'algérienne    Comment ils ont joué    Bac: un taux de réussite de 49,06%    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Le «Hirak» se hisse au sommet de l'Afrique des peuples !    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Position du Collectif de la société civile du dialogue national    Le peuple tient le cap    Dix personnes incarcérées    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le groupe Sonelgaz accompagnera le programme national    Plusieurs vétérinaires pour le contrôle de la vente et de l'abattage    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Les téléspectateurs toujours emballés    Lancement de la 2e phase qualificative    Le casse-tête des médecins spécialistes    Entre satisfactions et défaillances…    Un diplomate turc tué à Erbil    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ORAN : Démantèlement d'un réseau de trafic de véhicules    PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'appel des sept
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 06 - 2019

La semaine appelée à prendre fin avec l'organisation du 18ème hirak toujours sous le principe de « Selmia – Selmia » a été marquée par des comparutions devant les magistrats de différentes spécialités judiciaires de plusieurs hauts responsables. Il s'agit de ceux qui, il y a quelques jours, dictaient, aux 42 millions d'algériens leur volonté dans le domaine politique et socio-économique.
Jusqu'à hier, donc, se poursuivaient ces comparutions sous différents motifs. La plupart ont abouti aux décisions de la Cour de justice et du parquet d'émettre à l'encontre des uns ou des autres, des décisions judiciaires. Il s'agit de mises sous mandat de dépôt, de liberté provisoire, sous contrôle judiciaire, d'ordre d'amener, de convocations à comparaître et autres actes judiciaires. Ces actes impliquent tous de hauts responsables de l'état dans des délits d'atteinte à l'économie nationale dans le domaine du réseau bancaire, de l'importation de divers produits, d'atteinte au patrimoine foncier et immobilier, blanchiment d'argent, abus de pouvoir, dépassement dans l'exercice de la fonction et autres actes délictuels aussi graves les uns que les autres. Certains seront ponctués par l'incarcération de deux premiers ministres, plusieurs ministres, opérateurs économiques à la richesse douteuse, des hauts fonctionnaires qui s'étaient crus intouchables. Tous ces faits ont fait l'objet d'analyses préalables avaient été préalablement étudiés par les représentants de sept partis politiques. Ils ont été liés à la pratique politique. D'où les conclusions qu'ont tirées plusieurs chefs de ces partis politiques pour appeler à l'élaboration d'un Pacte Politique Consensuel. C'est du moins la compréhension que l'on tire de leur appel émis ce mardi18 juin 2019. Ce sont le Front des forces socialistes (FFS), celui du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD), du Parti des travailleurs (PT), du Parti Socialiste des travailleurs (PST), du Mouvement Démocratique et Social, MDS), de l'Union pour le Changement et le Progrès (UCP), le Parti pour la Laïcité et la Démocratie (PLD) et la Ligue Algérienne de Défense des Droits de l‘Homme (LADDH) représentée par Me Noureddine Benissad. avant d'appeler ce dernier mardi au dialogue pour construire, diront-ils, à "un pacte politique consensuel" Parlant au nom des forces progressistes, ils ont précisé que ce pacte définira les contours du processus de transition démocratique en Algérie. «L'heure aujourd'hui est à la concertation et au dialogue des forces progressistes afin de construire un pacte politique consensuel qui définira par la suite les contours du processus de transition démocratique dans notre pays", ont indiqué les partis politiques dans un appel "aux forces de l'alternance démocratique". Ces sept partis politiques qui ont souligné leur volonté de libérer une dynamique politique de construction d'un Etat de droit et des libertés et de la société, ont estimé qu'il s'agit d'une priorité en vue d'amorcer une véritable transition démocratique". Ils ont ajouté que c'est dans cette optique qu'une première rencontre de concertation et de dialogue est décidée d'un commun accord pour le 26 juin. Ils ont réitéré leur appel à d'autres acteurs politiques, aux syndicats autonomes, au mouvement associatif, ainsi que les personnalités nationales indépendantes et la communauté algérienne à l'étranger qui "se reconnaissent dans cet appel à se joindre à cette initiative de concertation", en vue d'amorcer un dialogue "sans préalables, sérieux, responsable et inclusif" pour déboucher sur une "véritable transition" démocratique et l'édification d'un Etat de droit. C'est justement ce à quoi aspirent les marcheurs du hirak qui réclament une autre nouvelle manière de gérer l'Algérie. Telle que la mise en place d'un gouvernement de transition préalable à l'organisation d'élections libres et transparentes. D'ailleurs outre le hirak de chaque vendredi, il y a la marche des étudiants qu'organisent chaque mardi les étudiants de tout le pays. Pour les étudiants, une période de transition permettrait de mettre définitivement out ceux qui durant vingt années ont entraîné le pays vers la crise que nous vivons ces derniers mois. Dans leurs propos, les représentants des sept partis politiques auteurs de l'appel du mardi 18 juin 2019, estiment que la transition rétablira la confiance du peuple envers les institutions du pays.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.