Le projet de loi de finances complémentaire 2020 en chiffres    Le Snapo suggère l'utilisation de masques en tissu    Le déconfinement divise les Algériens    Dr Mohamed Bekkat Berkani évoque un "déconfinement territorial"    Plus de 5.000 poursuites judiciaires    Ouargla-Covid19: distribution de 100 000 bavettes aux citoyens    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    Plus de 10 000 agriculteurs sans carte professionnelle    ALGERIE-TURQUIE : Le président Tebboune s'entretient par téléphone avec Erdogan    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    8 soldats tués dans une attaque attribuée aux Houthis    Le renouvellement de Sayoud, une priorité    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : L'accès à l'information relève du "droit au service public"    Le journaliste Drareni reste en prison    L'approche fiscale adoptée face au recul des recettes pétrolières (PLFC 2020): des députés émettent des réserves    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    Les habitants de la cité Makhat protestent    4 826 individus arrêtés à Mascara    Des commerces sommés de fermer à Relizane    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Le HCA plaide pour l'élaboration d'"une carte linguistique de Tamazight" en Algérie    Covid19: 160 nouveaux cas, 211 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    Plan d'annexion israélien en Cisjordanie : "une telle décision ne peut pas rester sans réponse"    Crise libyenne: Boukadoum exprime la "profonde" préoccupation de l'Algérie et sa disposition à abriter le dialogue libyen    Sport-Coronavirus: le contrôle médical des athlètes d'élite impératif avant la reprise    Massacres du 8 mai 1945: des crimes revêtant une dimension génocidaire    Il y a 30 ans, un drame affligeait le handball algérien    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    L'Arav sévit, la police ouvre une enquête    The mask    Irresponsables !    organisée dans cette ville Vive tension à Kherrata    WA Tlemcen: Le Widad caresse le rêve de l'accession    Embarek Houcinat n'est plus    Boumerdès: Le procès de Hamel, son fils et d'ex-responsables reporté    Amar Belhimer: La presse nationale «présente des faiblesses structurelles»    Mutation et promotion de cadres de la wilaya    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    AS Monaco: Slimani, une situation paradoxale    FAUSSES EVIDENCES    Guerre de libération nationale: Djanina Messali Benkalfat raconte Messali Hadj    France: Comment sont enterrés les musulmans isolés et sans ressources ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un art, un sport de compétition et une thérapie
Publié dans La Nouvelle République le 26 - 06 - 2019

Chaque pays à sa propre danse. Ce qui signifie que les individus réagissent naturellement à des sons musicaux par des mouvements du corps, des pas cadencés, selon des rythmes qui correspondent mieux à leurs besoins et aux spécificités d'une appartenance ethnique.
Il n'est pas certain aussi qu'il y ait eu, depuis l'aube de l'humanité une quelconque influence entre communautés qui, même vivant aux antipodes, ont su développer un style chorégraphique particulier.
Je danse, donc je suis
Cette reproduction de citations adaptées aux musiciens est de Descartes. Et sous cette forme, elle émane d'un connaisseur pour dire que la danse a une portée identitaire non négligeable et qu'elle contribue à l'affirmer. Action de celui qui danse pour vivre pleinement sa vie, s'exprime pour dire qu'il existe. Parmi les danseurs, il y a ceux qui ont commencé à exécuter des mouvements rythmés dès leur prime enfance et sous le prétexte qu'ils ont aimé des musiques qui leur ont donné des envies irrésistibles de vibrer. D'autres s'y sont mis tardivement pour des raisons personnelles d'être comme leurs amis ou compagnons danseurs, ou de santé. Les personnes interrogées affirment ne plus avoir mal au dos après une pratique assidue d'une danse donnée. A des individus qui ont vécu dans l'angoisse permanente d'un avenir incertain, on a considéré la danse pour une remise en forme et une meilleure confiance en eux surtout s'ils dansent en groupe. Rares sont ceux qui dans ce type de circonstance qui redonne la joie de vivre, dansent en solitaire.
L'activité physique et l'oisiveté sont des sources de toutes sortes de maux, c'est pourquoi, surtout à la vieillesse, et à défaut d'une pratique sportive, on a tout intérêt à garder ses réflexes de danseurs. Dans les sociétés où il n'est pas permis de s'exhiber en public, des vieux ont dans leur poche une flûte pour danser ou faire danser d'autres à des moments d'angoisse. Les discussions sur les places publiques nous ont permis d'apprendre que dans le passé des hommes de tous âges ont fait des dizaines de kilomètres pour danser aux sons des tambours et ghaïtas que des familles avaient fait venir à l'occasion d'un mariage ou d'une circoncision. Les plus frustrés parmi les nôtres sont les femmes qui ont la faculté de danser dans leurs gènes et qui ne s'adonnent à ce plaisir immense qu'en de rares occasions, celles que leur offre le milieu traditionnel oppressant. La preuve que la danse est innée chez nos éléments féminins, est que, sans préparation par des cours comme cela se fait dans les pays modernes, femmes et petite filles dansent admirablement.
Un art qui n'est pas aussi simple qu'on le pense
A chaque musique sa danse, c'est ce que nous pouvons constater en voyant des spectacles. Les plus habiles, guidés par l'esprit de créativité, ont inventé le rock ou danse à deux ou quatre temps sur un rythme très accentué et répondant bien à des comportements spécifiques. C'est une danse, aux dires des spécialistes, qui convient bien à tous ceux, qui ont besoin de se détendre pour retrouver un équilibre moral. C'est le cas des parents esseulés, des individus sujets à des douleurs lombaires, à des fatigues inexpliquées.
Les personnes, qui ont vécu dans le bruit stressant des grandes villes retrouvent leur sérénité et plaisir de vivre, dès qu'elles se remettent dans l'ambiance des fêtes folkloriques qui font danser. Elles se rendent compte qu'elles ont beaucoup perdu en s'obstinant à rester en ville. Mais chez nous, ce n'est pas toujours fête, mis à part les groupes de jeunes qui dansent en milieu fermé, il n'y a pas d'autre lieu de défoulement pour ceux qui ont besoins de se détendre. C'est pourquoi, nous allons vers les peuples africains ou européens qui ont créé des danses adaptées à tous les types de caractères naturels, comme le tchatchatcha, le tango qui font participer tous les individus de tous âges, très sensibles aux sons musicaux.
Parmi les danseurs, il y en a qui font partie des groupes ou des troupes folkloriques qui répondent aux besoins naturels de défoulement. On comprend maintenant mieux pourquoi, en milieu traditionnel, des hommes et des femmes tiennent à être présents à des spectacles offerts par des zaouias. On y revient quelle que soit la profession qu'on exerce. Danser est non seulement exécuter des mouvements qui remettent en forme, mais c'est une manière de s'extérioriser, de se sentir mieux dans sa peau, de vivre pleinement sa vie. Les plus mordus dansent pendant des heures et des heures, sans se fatiguer. Ils transpirent, se changent, boivent pour être en forme et se remettent à transpirer quelques fois toute la nuit.
Le tango, c'est la vie disent les amoureux de cette danse. Ce que disent aussi les passionnés de tchachatcha. Mais attention, il suffit d'arrêter pour perdre l'habitude du rythme. Ceux qui interdisent la danse se trompent. Ne dit-on pas que lorsqu'on chasse le naturel, il revient au galop. Dans les pays arabo-musulmans, la danse du ventre persiste comme une perpétuation de danse orientale, indoue et africaine.
Beaucoup d'Européennes s'adonnent à la danse du ventre au point même de se laisser pousser de longs cheveux pour y demeurer jusqu'à la fin de leur vie. On peut comprendre qu'une passion est capable de prendre quelqu'un à vie, comme c'est le cas des danseurs sur glace s'exhibant dans les compétitions internationales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.