«Le dialogue doit prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition»    Plus de 82 % des citoyens satisfaits des services de police    Omari insiste sur l'accompagnement des projets agricoles    Les modalités de fonctionnement d'un compte d'affectation spéciale fixées au JO    Rentrée sociale et balance des paiements au menu    Signature d'une convention entre le secteur des forêts et l'unité d'ingénierie    Hassan Rabehi à Ouargla évoque le rôle capital des médias    ARRESTATION DU DIRECTEUR DE L'AGENCE FONCIERE D'ORAN : Plusieurs hauts responsables impliqués dans un scandale immobilier    TISSEMSILT : Des coupures intempestives d'électricité au quotidien    30 milliards de dollars dilapidés au ministère du Travail    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    COUR SUPREME : Tayeb Louh placé sous mandat de dépôt    COUR DE JUSTICE DE MOSTAGANEM : Le nouveau président et le procureur général installés    Drame du concert de Soolking : 5 morts et 17 blessés    BIR EL DJIR (ORAN) : Le nouveau maire suspendu par le wali    RENTREE SCOLAIRE A MASCARA : Plus de 230.000 élèves bientôt sur les bancs de classes    JUSTICE : Zeghmati veut nettoyer son secteur    Naples: Lozano a signé (officiel)    Real Madrid: Neymar, un pied qui inquiète    Vers la fin du pouvoir militaire ?    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Les souscripteurs montent au créneau    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Amrani reste    Velud : "Je suis confiant pour la qualification"    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les téléspectateurs toujours emballés
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 07 - 2019

Après Alice au pays des merveilles, La Belle et la Bête, Le Livre de la jungle, Maléfique ou encore Aladdin, Disney adapte au cinéma un autre de ses grands classiques, Le Roi lion. Le dessin animé culte devient un film en images de synthèse qui débarque sur les écrans mercredi 17 juillet.
Le studio aurait-il perdu toute originalité au point d'user jusqu'à la moëlle tout son catalogue ?
Le journaliste culturel Rafik Djoumi assure que cette tendance n'est pas nouvelle. «Ça s'est fait dans les années 1990, avec deux films notamment, une adaptation «live» du Livre de la jungle qui a été suivie par une adaptation «live» des 101 Dalmatiens», explique-t-il. Mais leur relatif échec a mis un terme à l'expérience. Ce n'est qu'à partir de la décennie 2010 que la tendance est devenue récurrente. Le carton du Alice au pays des merveilles de Tim Burton – plus d'un milliard de dollars (892 millions d'euros) de recettes dans le monde – a tout changé.
Un public conditionné, des studios formatés
Pourquoi le succès a-t-il été au rendez-vous ensuite ? Outre la qualité des films, le public a été, selon le journaliste, «d'une certaine façon conditionné durant ces dernières décennies à ne plus réclamer du nouveau». Les studios, Disney notamment, ont écarté les créateurs pour garder le contrôle des films, des licences et des franchises qu'ils lançaient. «Ce sont des gens qui ont été formés dans des écoles de commerce qui décident et qui sont là pour rentabiliser quelque chose de déjà existant», affirme-t-il. Les gros studios veulent également minimiser les risques en proposant au public des choses qui lui sont familières. Car les spectateurs, d'abord séduits par les possibilités illimitées offertes par internet, ont fait machine arrière face à l'ampleur de ce qu' «ils ne connaissaient pas».
Ils ont donc opéré une «forme de repli sur ce qu'ils connaissaient, ce qu'ils maîtrisaient», sur «beaucoup de choses avec lesquelles ils ont grandi». C'est le public qui décidera si ces réadaptations vont perdurer. «Si le public ne se détourne pas, il n'y a aucune raison que les choses changent», avance Rafik Djoumi. En attendant d'éventuels échecs catastrophiques qui tueraient la poule aux œufs d'or, les studios foncent. Chez Disney, l'adaptation de Mulan est annoncée pour le mois de mars 2020 et, chez Warner, un Pinocchio est en préparation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.