Sûreté d'Alger: une sortie pour s'assurer du respect des mesures préventives à Tamaris    Wilaya d'Alger : fin de quarantaine pour 100 Algériens rapatriés de France    Renault Algérie lance un plan de départ volontaire    ACCORD ENTRE LES EMIRATS ET L'ENTITE SIONISTE : Des partis politiques algériens dénoncent    FACTURES IMPAYEES DEPUIS LE DEBUT DE 2020 : Sonelgaz révèle un montant 7000 milliards de centimes    MDN : Rencontre prochaine avec les représentants des retraités de l'ANP    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : La reprise universitaire est prévue pour le 23 août    SIDI BEL ABBES : Six arrestations et saisie de 3kg de kif traité    Accidents de la circulation et noyades: 15 décès en 48 heures    Trump croit à la théorie sur l'inéligibilité supposée de Kamala Harris    Crash d'un avion dans le Sud-Kivu    La réponse de l'UGTA au député    Presse vs pouvoir : une suspicion réciproque    Les ambitions de l'Eniem    Installation du président et du procureur général de la cour    Pékin accuse les USA de «diaboliser» ses instituts Confucius    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration de Yellel    Fin prêt pour les examens et la prochaine rentrée scolaire    Si ! Si ! Les loups peuvent se dévorer entre eux !    Un nouvel ouvrage met à nu les pratiques sournoises du Maroc en Amérique latine contre la RASD    Sans touristes étrangers, la fréquentation de Versailles «s'écroule»    Un Etat à décongestionner    L'Union européenne se dit "préoccupée"    14 morts et 5 blessés dans une attaque dans le Centre    100 ans de la Bataille de Varsovie    L'indépendance de l'enquête remise en cause    Benkhelifa et Bouchina très sollicités    Arrestation d'un promoteur immobilier à Oran    Le recrutement de Guendouz "en bonne voie"    Amrane, nouvelle recrue    La direction du RCD chez Tabbou    Une Algérienne met dehors ses parents au Canada    Le baiser de Mahrez et le séisme de Mila et de Tipasa    Attia en pole position    FC Nantes : Abeid testé positif au coronavirus    Attar l'estime nécessaire pour combler les besoins intérieurs : Le débat sur l'exploitation du gaz de schiste relancé    Tlemcen : Coupures répétées de courant    Rififi chez le Doyen    La casbah au-delà du Mythe, la vie : Dar Soltane en travaux, suivez le guide    Mustapha Hadni. petit-neveu de Lechani Mohand Saïd : «Lechani était de tous les combats d'émancipation des Algériens»    Signaux d'alarme    Être «Président» !    UNE DIVISION CERTIFIEE    80 logements LPA de Bir El-Djir: Le bout du tunnel !    Football amateur: Quelle issue pour les groupes DNA ?    CA Bordj Bou-Arréridj: Les supporters montent au créneau    Tiaret: Les nouveaux président de cour et procureur général installés    El-Bayadh: Le doyen des facteurs n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés
Publié dans La Nouvelle République le 22 - 07 - 2019

La civilisation andalouse florissante durant des siècles de productions, d'édifications, d'inventions et de découvertes arabo-musulmanes est, de nos jours, omniprésente, à l'exemple de la musique andalouse.
Les Maghrébins, à l'origine de cette rencontre fructueuse de l'Occident avec l'Orient, en Espagne, ont su conserver et jalousement le patrimoine musical andalou porteur de références arabo-musulmanes. Les andalous ont laissé une œuvre immense ; celles des mathématiques d'Al Khawazizmi, de la philosophie d'Ibn Rochd, fondée sur le syllogisme et l'effort de réflexion (idjtihad), d'Ibn Khaldoum né à Tunis, mais d'origine andalouse, père de la sociologie et de la méthode scientifique, en histoire. Et que dire de ceux qui ont sauvé de l'oubli, la philosophie des auteurs de la Grèce antique, et des bâtisseurs des plus belles villes de l'Andalousie comme Tolède, Grenade, Cordoue dont l'architecture originale ont toujours, depuis la chute des principautés, inspiré les constructeurs de l'Europe du Sud pour les édifices publics, administratifs, religieux judiciaires. L'Andalousie, partie intégrante de l'Empire islamique La civilisation des musulmans sous l'impulsion des gouvernants a été l'œuvre d'hommes qui ont placé l'intérêt public bien au-dessus du leur. Ce qui a permis l'émergence de générations de penseurs, hommes de sciences et de lettres, d'artistes en tous genres, de poètes. Ibn Hazm, Ibn Khafadja, Ibn Djoubaïr, Ibn Rochd, et bien d'autres nés dans la prospérité d'un pays en plein développement sur tous les plans, ont donné naissance au mythe andalou qui a exalté Bonaparte et un roi anglais au point de leur donner envie d'aller à la conquête de l'Egypte, soit pour une colonisation et d'une histoire inspirée de l'héritage andalou émaillé d'orientalisme et d'occidentalisme. Même si cela ne s'est pas concrétisé, on sait que l'occupation de l'Andalousie a suscité des œuvres littéraires d'auteurs américains et européens comme «les contes de l'Ahambra», de l'Américain Washington Irving ou «Les aventures du dernier abencerage» de Chateaubriand. Le savoir de l'antiquité a été transmis à l'Occident par l'Andalousie Grâce aux grands penseurs de l'Islam, l'Europe n'aurait pas bénéficié des acquis scientifiques, philosophiques, réalisés depuis l'antiquité. Jusqu'à sa disparition en 1198, Ibn Rochd, s'est consacré à l'étude de la pensée philosophique d'Al Farabi considéré comme une référence aux Orientaux ainsi qu'aux Andalous et dont les œuvres ont été largement commentées par Ibn Bajja. Ibn Rochd s'est inspiré de ce dernier pour une meilleure connaissance d'Aristote ; il a vécu le temps «de la prospérité du progrès scientifique et philosophique ainsi que de la traduction des œuvres grecques de l'antiquité dans la langue du Coran. L'Andalousie avait bénéficié aussi d'autres traductions du grec à l'arabe, qui avaient été effectuées à Baghdad. Ainsi, Séville, Grenade, Cordoue étaient devenues des foyers de rayonnement de toutes les disciplines du savoir en mathématiques, astronomie, sciences naturelles, médecine, philosophie, d'Aristote et de Platon. Une partie des travaux arabes comme ceux d'Ibn Rochd a été traduite et transmise vers le 12e siècle, à la langue latine. Ce qui n'avait pas été réalisé par la traduction des œuvres éminentes pour être mises au profit de tous les pays européens, il a été en Sicile au temps où elle avait été musulmane. On voyant alors se profiler à l'horizon les signes d'un modernisme prochain. Jacques Berque, qui a été le traducteur d'un grand nombre d'ouvrages arabes et du Coran, parle à propos de l'Andalousie sous l'angle de la diversité historique, intellectuelle, idéologique, politique. La société andalouse a connu une longue période faste à la faveur d'un système d'irrigation qui a permis l'irrigation des terres pour le développement de l'agriculture. A moins d'avoir des documents à la fois crédibles et exhaustifs, on ne peut pas faire le bilan de l'héritage andalou pour se rendre compte de l'expansion de la civilisation arabo musulmane. Les illustrations que quelques périodiques ont diffusé donnent à penser que les édifices qui font la beauté des villes andalouses comme Tolède, Grenade et autres ont été des modèles propres à donner des idées à des constructeurs de villes ; ils ont suscité de l'admiration et des imitations tout de même louables et pour lesquelles on a cherché un cachet esthétique. Les imitateurs voient dans ces constructions des villes andalouses beaucoup d'originalité dans les motifs architecturaux jamais trouvés ailleurs. Et spontanément, des écrivains ont découvert dans le paysage littéraire andalou des œuvres d'une beauté inégalable et qui les ont inspirés pour leur forme et leur fond. Ibn Hazm s'est, là-dessus, donné en exemple pour son chef d'œuvre « le Collier du Pigeon » assez poétique pour inciter des poètes d'autres horizons à en produire de semblables pour émerveiller. Tel a été « Le Four d'Elsa » du grand poète Aragon, sommité de la poésie française contemporaine». La littérature d'expression arabe de l'Andalousie a inventé un genre littéraire, dont les auteurs sont de grands écrivains de la trempe d'Ibn Battouta qui, parti de Tanger, a fait le tour du monde, par bateau et au terme duquel il a mis en forme un livre d'un millier de pages environ constituées de notes de voyage. Ce qu'a fait l'Andalou «Ibn Djoubaïr» qui, au terme d'un long voyage par bateau, a composé un livre en trois tonnes pour décrire tout ce qu'il avait vu, entendu, retenu d'intéressant pour les lecteurs. On ne peut pas terminer sans dire que ce travail n'est qu'une modeste contribution pour la connaissance du patrimoine andalou.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.