Pour une sortie rapide de la crise : L'élection présidentielle est la seule issue    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Ce ne sont pas de simples mots    Bourses : L'Europe clôture en baisse, la crise italienne pèse    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Sahara occidental: Un professeur américain rejette la propagande marocaine    Yémen: Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Jeux africains-2019-Foot féminin: Victoire de l'Algérie face au Mali 1-0    CAN 2019 (U23), Algérie- Ghana: La sélection algérienne en stage à Sidi Moussa    Paramédical : Plus de 300 places pédagogiques au titre de la nouvelle session de formation dans la wilaya d'Alger    Tourisme : Vers la création de pôles d'excellence en Algérie    Développement local à Illizi : Salah-Eddine Dahmoune constate le dénuement et la colère des citoyens, et annonce plusieurs mesures    Les 4 conditions de Benflis    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Le président sahraoui met en garde    "Pour qui sonne le glas"    Appel à l'investissement privé    Ness el-Khir au chevet des nécessiteux    22 pèlerins algériens décédés    Javier Bardem appelle à protéger les océans    Bonnes perspectives en gaz et électricité    «L'investissement est ouvert au privé»    Un professeur américain rejette la propagande marocaine    DEGRADATION DU SOLDE COMMERCIAL : Les experts tirent la sonnette d'alarme    COUR DE JUSTICE D'ORAN : Le président de la cour et du procureur général installés    La paire Meriem Azem-Amel Zaïdi au dessus du lot    Islam Slimani en prêt à Monaco    ACCIDENT DE LA ROUTE A SIDI BEL ABBES : Six blessés dans une collision à Sidi Khaled    «Je n'ai pas envie de poursuivre ma mission»    La hantise des conducteurs    Les ventes de voitures en baisse en juillet en Chine    Farès opéré avec succès    L'EN «messieurs» se contente de la 12e place    L'histoire convoquée pour le présent    L'ONM demande la dissolution du FLN    Serge Michel : engagement total pour la Révolution algérienne    "L'enseignement des arts a besoin d'un nouveau souffle"    Yémen : Les séparatistes s'emparent de nouvelles positions    Blida : Installation du nouveau président de la Cour et du procureur général    Haï Nour: Deux dealers arrêtés    ASM Oran: Ahmed Belhadj ne viendra pas    Marche des étudiants: Maintien de la mobilisation à Alger    Afin d'atteindre "rapidement" ses objectifs : Le chef de l'Etat renouvelle son appel à faire avancer le processus de dialogue    Deuxième jour du ministre de l'Intérieur à Illizi : Les jeunes expriment leurs préoccupations    Plus de 180.000 unités en 2018    Nouvelle publication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés
Publié dans La Nouvelle République le 22 - 07 - 2019

La civilisation andalouse florissante durant des siècles de productions, d'édifications, d'inventions et de découvertes arabo-musulmanes est, de nos jours, omniprésente, à l'exemple de la musique andalouse.
Les Maghrébins, à l'origine de cette rencontre fructueuse de l'Occident avec l'Orient, en Espagne, ont su conserver et jalousement le patrimoine musical andalou porteur de références arabo-musulmanes. Les andalous ont laissé une œuvre immense ; celles des mathématiques d'Al Khawazizmi, de la philosophie d'Ibn Rochd, fondée sur le syllogisme et l'effort de réflexion (idjtihad), d'Ibn Khaldoum né à Tunis, mais d'origine andalouse, père de la sociologie et de la méthode scientifique, en histoire. Et que dire de ceux qui ont sauvé de l'oubli, la philosophie des auteurs de la Grèce antique, et des bâtisseurs des plus belles villes de l'Andalousie comme Tolède, Grenade, Cordoue dont l'architecture originale ont toujours, depuis la chute des principautés, inspiré les constructeurs de l'Europe du Sud pour les édifices publics, administratifs, religieux judiciaires. L'Andalousie, partie intégrante de l'Empire islamique La civilisation des musulmans sous l'impulsion des gouvernants a été l'œuvre d'hommes qui ont placé l'intérêt public bien au-dessus du leur. Ce qui a permis l'émergence de générations de penseurs, hommes de sciences et de lettres, d'artistes en tous genres, de poètes. Ibn Hazm, Ibn Khafadja, Ibn Djoubaïr, Ibn Rochd, et bien d'autres nés dans la prospérité d'un pays en plein développement sur tous les plans, ont donné naissance au mythe andalou qui a exalté Bonaparte et un roi anglais au point de leur donner envie d'aller à la conquête de l'Egypte, soit pour une colonisation et d'une histoire inspirée de l'héritage andalou émaillé d'orientalisme et d'occidentalisme. Même si cela ne s'est pas concrétisé, on sait que l'occupation de l'Andalousie a suscité des œuvres littéraires d'auteurs américains et européens comme «les contes de l'Ahambra», de l'Américain Washington Irving ou «Les aventures du dernier abencerage» de Chateaubriand. Le savoir de l'antiquité a été transmis à l'Occident par l'Andalousie Grâce aux grands penseurs de l'Islam, l'Europe n'aurait pas bénéficié des acquis scientifiques, philosophiques, réalisés depuis l'antiquité. Jusqu'à sa disparition en 1198, Ibn Rochd, s'est consacré à l'étude de la pensée philosophique d'Al Farabi considéré comme une référence aux Orientaux ainsi qu'aux Andalous et dont les œuvres ont été largement commentées par Ibn Bajja. Ibn Rochd s'est inspiré de ce dernier pour une meilleure connaissance d'Aristote ; il a vécu le temps «de la prospérité du progrès scientifique et philosophique ainsi que de la traduction des œuvres grecques de l'antiquité dans la langue du Coran. L'Andalousie avait bénéficié aussi d'autres traductions du grec à l'arabe, qui avaient été effectuées à Baghdad. Ainsi, Séville, Grenade, Cordoue étaient devenues des foyers de rayonnement de toutes les disciplines du savoir en mathématiques, astronomie, sciences naturelles, médecine, philosophie, d'Aristote et de Platon. Une partie des travaux arabes comme ceux d'Ibn Rochd a été traduite et transmise vers le 12e siècle, à la langue latine. Ce qui n'avait pas été réalisé par la traduction des œuvres éminentes pour être mises au profit de tous les pays européens, il a été en Sicile au temps où elle avait été musulmane. On voyant alors se profiler à l'horizon les signes d'un modernisme prochain. Jacques Berque, qui a été le traducteur d'un grand nombre d'ouvrages arabes et du Coran, parle à propos de l'Andalousie sous l'angle de la diversité historique, intellectuelle, idéologique, politique. La société andalouse a connu une longue période faste à la faveur d'un système d'irrigation qui a permis l'irrigation des terres pour le développement de l'agriculture. A moins d'avoir des documents à la fois crédibles et exhaustifs, on ne peut pas faire le bilan de l'héritage andalou pour se rendre compte de l'expansion de la civilisation arabo musulmane. Les illustrations que quelques périodiques ont diffusé donnent à penser que les édifices qui font la beauté des villes andalouses comme Tolède, Grenade et autres ont été des modèles propres à donner des idées à des constructeurs de villes ; ils ont suscité de l'admiration et des imitations tout de même louables et pour lesquelles on a cherché un cachet esthétique. Les imitateurs voient dans ces constructions des villes andalouses beaucoup d'originalité dans les motifs architecturaux jamais trouvés ailleurs. Et spontanément, des écrivains ont découvert dans le paysage littéraire andalou des œuvres d'une beauté inégalable et qui les ont inspirés pour leur forme et leur fond. Ibn Hazm s'est, là-dessus, donné en exemple pour son chef d'œuvre « le Collier du Pigeon » assez poétique pour inciter des poètes d'autres horizons à en produire de semblables pour émerveiller. Tel a été « Le Four d'Elsa » du grand poète Aragon, sommité de la poésie française contemporaine». La littérature d'expression arabe de l'Andalousie a inventé un genre littéraire, dont les auteurs sont de grands écrivains de la trempe d'Ibn Battouta qui, parti de Tanger, a fait le tour du monde, par bateau et au terme duquel il a mis en forme un livre d'un millier de pages environ constituées de notes de voyage. Ce qu'a fait l'Andalou «Ibn Djoubaïr» qui, au terme d'un long voyage par bateau, a composé un livre en trois tonnes pour décrire tout ce qu'il avait vu, entendu, retenu d'intéressant pour les lecteurs. On ne peut pas terminer sans dire que ce travail n'est qu'une modeste contribution pour la connaissance du patrimoine andalou.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.