Bounedjah buteur contre Umm Salal (Vidéo)    Le 31e vendredi de mobilisation citoyenne : Marche grandiose contre Gaïd Salah    Convergence des objectifs nationaux du peuple algérien et de son armée    Une cache d'armes et de munitions découverte près des frontières à Adrar    Rahabi appelle à juger Bouteflika !    Salon du Sport et de la remise en forme    Les conditions pour une participation honorable à l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    Ooredoo sponsor du Global Startup Weekend Women Edition    Chakib Khelil est de retour    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Le jour où le monde a basculé dans l'ère de la lutte technologique asymétrique    Le décret présidentiel portant convocation du corps électoral publié au JO    L'Algérie remonte à la 38e position mondiale    Nouvelles révélations sur le transfert de Griezmann contesté par l'Atletico    JSMB-JSMS et MCEE-USMAn avancés à 17h    CORRUPTION ET MALVERSATIONS : Le MJS charge et accuse Mustapha Berraf    Des experts de l'ANP participent au processus de la réforme du baccalauréat    Relizane : affrontements à Oued R'Hiou, deux jeunes morts    Plus de 100 familles de La Casbah relogées à Baba Ali    Le miroir enchanteur d'une belle époque    USA et super-héros à l'honneur    Traduction théâtrale vers l'arabe    AIGLE AZUR : Quatre candidats pour reprendre la compagnie    Guelma : « Un visa pour Alger ! »    DANGERS D'UTILISATION DES JEUX ELECTRONIQUES : La police sensibilise les écoliers    CANASTEL (ORAN) : Les eaux usées menacent les fonds marins    ETAT LAMENTABLE DE L'ECOLE ‘'CHAHID MEZHOUD AHMED'' : Des parents d'élèves de Tiaret bloquent la RN14    Biskra : Rejet de la feuille de route du pouvoir    LEVEE DE L'IMMUNITE PARLEMENTAIRE DE BAHA-EDDINE TLIBA : La Commission des affaires juridiques adopte le rapport    L'AMBASSADEUR LEE EUN-YONG REVELE: 2,5 milliards de dollars d'échanges entre l'Algérie et la Corée    Lourde défaite de Mönchengladbach et Bensebaini face à Wolfsberger    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    L'Algérie parmi les quatre derniers    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Inondations: La protection civile sensibilise    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Militaires et sécuritaires, au niveau de la région, urgence pour l'Algérie de résoudre la crise politique
Publié dans La Nouvelle République le 26 - 08 - 2019

Cette présente contribution fait suite à nos analyses sur l'impact de la crise politique sur l'Economique (-www.google.com 2019) montrant le risque d'un épuisement des réserves de change fin 2021, début 2022, sauf miracle d'un cours de 100 dollars le baril.
Elle concerne un autre aspect le sécuritaire et est une brève synthèse réactualisée, de mon intervention au colloque international «sécurisation et économie des frontières au Maghreb et au Sahel : enjeux et perspectives» -Ministère de la Défense Nationale- Institut militaire de documentation, d'évaluation et de prospective le 27 mars 2018, sous le patronage du général de corps d'armée, Ahmed Gaid Salah vice- ministre de la Défense nationale, chef d'état major de l'ANP. En ce mois d'août 2019, l'Algérie vit un renouveau politique et social ou malgré certaines contre vérités existe une symbiose entre deux acteurs stratégiques, Al Hirak et l'ANP qui assure la sécurité et la stabilité, du pays.
C'est que les enjeux géopolitiques au niveau de la région méditerranéenne et africaine notamment au Sahel préfigurent d'importantes reconfigurations dans une zone sensible à laquelle l'Algérie ne saurait échapper. Ces enjeux sont intiment liés aux nouvelles mutations mondiale actuelles qui devraient conduire à de profondes reconfigurations socio-économiques, technologiques mais également sécuritaires.
C'est dans ce cadre que doit être résolu rapidement la crise politique afin d'éviter la dérive économique et sociale et que l'ANP et les services de sécurité puissent se consacrer à leurs missions contenues dans la Constitution, la sécurité et la défense du pays. Car outre que la situation actuelle engendre un cout faramineux préjudiciable au développement, elle est intenable dans le temps sur le plan psychologique pouvant engendrer des drames d'où l'importance d'un dialogue productif, fondement de toute bonne gouvernance
1- Bouleversements géostratégiques au niveau des frontières de l'Algérie
C'est que la fin de la guerre froide marquée par l'effondrement du bloc soviétique et les attentats survenus aux Etats-Unis le 11 septembre 2001 représente un tournant capital dans l'histoire contemporaine. Le premier événement marque la fin d'un monde né un demi siècle plutôt et la dislocation d'une architecture internationale qui s'est traduite des décennies durant par les divisions, les déchirements et les guerres que nous savons. Aujourd'hui, les menaces sur la sécurité ont pour nom terrorisme, prolifération des armes de destruction massive, crises régionales et délitement de certains Etats.
Or, les défis collectifs nouveaux, sont une autre source de menace : ils concernent les ressources hydriques, la pauvreté, les épidémies, l'environnement. Ils sont d'ordre local, régional et global. En cette année 2019, nous assistons dans la région à de profondes mutations de la géopolitique saharienne après l'effondrement du régime libyen, avec des conséquences pour la région. Déjà, les rapports entre le Sahel et la Libye de Kadhafi étaient complexe. Bien avant et surtout depuis la chute du régime de Kadhafi le Sahel est l'un de ces espaces échappant à toute autorité centrale, où se sont installés groupes armés et contrebandiers. Kadhafi disparu des armes, dont 15000 missiles sol-air étaient dans les entrepôts de l'armée libyenne dont une partie a été accaparé par de différents groupes qui opèrent au Sahel..
Avec les tensions géostratégiques récentes le trafic a pris plus d'ampleur notamment les conflits en Irak, Syrie et pour cette zone l'instabilité au Mali, Niger et surtout libyenne. Certaines sources de renseignement n'écartent pas le déplacement des conflits en Afrique de l'Ouest dans la mesure où la Somalie est devenue une porte d'entrée des terroristes en provenance de la Syrie et l'Irak et au niveau du Sahel et de l'Afrique du Nord. Les récentes investigations dans le cadre de la lutte antiterroriste menées par les services de renseignements révèlent de nouvelles donnes au niveau du Sahel. Ce qui complique davantage la situation c'est le conflit actuel en Libye.
La Libye n'est plus la seule menace potentielle. Le Mali est également dans l'instabilité, malgré les accords d'Alger... Cette menace est certes préoccupante, mais pas que pour l'Algérie dont les frontières nord sont ouvertes sur la Méditerranée, mais aussi pour l'Europe. Mais en tout cas, ces nouvelles donnes impliquent une nouvelle stratégie sur le plan sécuritaire mais aussi diplomatique. Au Sahel, les groupes armés ont proliféré, accru leur capacité de nuisance, se sont diversifiés en terroristes, insurgés, criminels et milices.. Désormais, une coopération et une convergence rassemblent ces groupes.
L'exemple le plus évident de ce type de coopération-convergence, c'est le narco-terrorisme selon James Stavridis, ancien commandant-en-chef des forces alliées en Europe (2009-2013) et de l'US Southern Command (2006-2009). L'aspect le plus troublant de la connexion semble être la façon dont le commerce de la drogue illégale sape les efforts pour poursuivre les réformes politiques et le développement nécessaires pour endiguer la radicalisation et la montée des groupes terroristes dans plusieurs régions du monde déjà fragiles.
Pour lutter contre le terrorisme et trafiquants en tous genres, il ya urgence de mettre l'accent avant tout sur l'échange de renseignements qui doit se faire de manière instantanée, pratiquement en temps réel et harmoniser des politiques de lutte contre le terrorisme. Mais l'approche devrait être plus large, étant dans l'éducation et de lutter contre la mauvaise gouvernance. Le Sahel est également une zone de transit pour les passeurs, où environ 50 à 60% de ceux qui traversent la Libye vers l'Europe passent par la région.
Or, les événements récents montrent que la traversée de la Méditerranée peut se transformer en drame et qu'il est urgent que tout le monde coopère pour arrêter les flux migratoires. C'est pourquoi y a lieu d'accorder une attention particulière aux tensions au niveau du Sahel où la ceinture sahélienne recouvre, entièrement ou en partie, les pays suivants : l'Algérie (à l'extrême sud) ; le Sénégal ; la Mauritanie (au sud) ; le Mali ; le Burkina Faso (au nord) ; le Niger ; le Nigeria (à l'extrême nord) ; le Tchad (au centre). Le Sahel est un espace sous-administré et souffrant d'une mauvaise gouvernance chronique.
La vulnérabilité du Sahel découle d'une profonde vulnérabilité des Etats caractérisé par une forte croissance démographique. Le Sahel devrait doubler sa population d'ici 25 ans, et comptera vraisemblablement plus de 100 millions d'habitants en 2020. Cette croissance affectera certainement la sécurité humaine et notamment alimentaire de la région dans son ensemble. A cela se greffe du fait de la mondialisation avec d'importantes inégalités tant internes aux pays développés qu'entre le Nord et le Sud ; l'intensification de la radicalisation qui est le fruit d'une conjonction de facteurs liés à l'individu, ses relations, sa communauté et son rapport à la société. Identifier un processus de radicalisation ne se fait pas sur la base d'un seul indice mais d'un faisceau d'indicateurs.
Ces indicateurs n'ont, par ailleurs, pas tous la même valeur et seule la combinaison de plusieurs d'entre eux permet d'établir un constat. Mais existe également des enjeux économiques. Le Sahel est un espace recelant d'importantes ressources ministères d'où les ingérences étrangères manipulent différents acteurs afin de se positionner au sein de ce couloir stratégique et de prendre le contrôle des richesses. L'arc sahélien est riche en ressources : après le sel et l'or, pétrole et gaz, fer, phosphate, cuivre, étain et uranium sont autant de richesses nourrissant les convoitises de puissances désirant s'en assurer le contrôle.
Le commerce des stupéfiants, par exemple, a le potentiel de fournir aux groupes terroristes un bonus supplémentaire : les recrues et les sympathisants parmi les agriculteurs appauvris, négligés et isolés, et qui non seulement peuvent cultiver pour le compte des trafiquants, mais aussi populariser et renforcer les mouvements anti-gouvernementaux. Selon différents experts trois facteurs permettent de comprendre les liens entre trafic et terrorisme : premièrement, l'existence de mouvements communautaires, ethniques et religieux, qui permettent une collaboration entre terroristes et criminels, sur la base de valeurs partagées et de confiance mutuelle. Deuxièmement, la survenance d'un conflit armé. Troisièmement, les contraintes qui jouent lors d'échanges transnationaux complexes de marchandises illégales ; des échanges qui impliquent souvent d'autres parties intermédiaires et de certains segments de l'administration corruptibles.
2- Informalité et terrorisme
Les différents trafics sont liés à l'importance de la sphère informelle, produit des dysfonctionnements des appareils de l'Etat, en fait de la gouvernance, du poids de la bureaucratie qui entretient des relations diffuses avec cette sphère et des distorsions des taux de change, représentant en Afrique plus de 50% du produit intérieur brut,(PIB). Mais l'on devra différencier pour les calculs soit la référence au PIB, à l'emploi ou à la masse monétaire en circulation, devant préciser qu'existent plusieurs méthodes de calcul donnant des quantifications différentes.
Les principaux déterminants de l'informalité peuvent être résumés comme suit. Premièrement, la faiblesse de l'emploi formel. C'est un facteur qui explique l'évolution du secteur informel à la fois dans les pays développés et en développement.
Ainsi, l'offre d'emplois formels sur le marché du travail ne peut plus absorber toute la demande car la population active, en particulier la main-d'œuvre non qualifiée, croît à un rythme accéléré. Deuxièmement, ,la lourdeur des taxes. Lorsque les taxes sont nombreuses et trop lourdes, les entreprises sont incitées à dissimuler une partie de leur revenu. Troisièmement, le poids de la réglementation ou la complexité de l'environnement des affaires découragent l'enregistrement des entreprises. Lorsque le cadre institutionnel n'est pas propice à la création d'entreprises de manière formelle, les entrepreneurs préfèrent opérer dans le secteur informel et éviter le fardeau de la réglementation.
Quatrièmement, la qualité des services publics offerts par le gouvernement est un déterminant important du secteur informel car elle influence le choix des individus. Les individus actifs dans le secteur informel ne peuvent pas bénéficier des services publics (protection contre les vols et la criminalité, accès au financement, protection des droits de propriété). C'est l'un des inconvénients de ce secteur. Cinquièmement, le primat de la gestion administrative bureaucratique au lieu de reposer sur des mécanismes économiques transparents. Lorsque la monnaie est inconvertible, surévaluée, ménages et opérateurs formels et informels jouent sur la distorsion du taux de change.
Comme conséquence, ous avons différentes formes de criminalité transnationale organisée qui est une industrie en constante évolution, qui s'adapte aux marchés et crée de nouvelles formes de délinquance s'agissant d'un commerce illicite qui transcende les frontières culturelles, sociales, linguistiques et géographiques, et qui ne connaît ni limites, ni règles. Le terrorisme international profite des dysfonctionnements de régulation des Etats analysés précédemment et a au moins cinq caractéristiques en commun.
- Premièrement, des réseaux sont souvent établis dans de vastes zones géographiques où les personnes, les biens et l'argent circulent.
- Deuxièmement, le contrôle par le commandement et la communication.
- Troisièmement, est leur besoin de traiter de grandes quantités d'argent, de les blanchir et les transférer à travers les pays et les continents.
- Quatrièmement, criminels et terroristes ont tendance à se doter d'armées privées, d'où un besoin de formation, des camps et du matériel militaire.
- Cinquièmement, terroristes et criminels partagent les caractéristiques communes : pratique fréquente d'opérations clandestines cherchant la légitimité dans le soutien des populations avec usage de guérillas durables pour pouvoir contrôler un territoire et des populations.
- Sixièmement, le mépris pour les normes internationales, la primauté du droit, ou la notion de Droits de l'Homme, et la volonté de tuer ceux qui s'opposent à eux.
- Septièmement, ces guérillas créent des cellules spécialisées dans l'usage des médias et de l'Internet pour diffuser leur propagande et leurs revendications.
La combinaison de ces divers éléments selon des schémas extrêmement complexes, induisent un climat d'insécurité croissant propice à la déstabilisation des Etats sahéliens.
3- Les différentes formes de trafics aux frontières de l'Algérie
Rappelons différents éléments de trafics : Premièrement, le trafic de marchandises. Pour l'Algérie, existent des trafics de différentes marchandises subventionnées comme le lait, la farine achetées en devises fortes et le carburant. Cela est lié globalement à la politique des subventions généralisées sans ciblage et à la distorsion des taux de change par rapport aux pays voisins.
(A suivre)
Dr Abderrahmane Mebtoul, professeur des universités, expert international


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.