L'agression féodale et le Hirak.    AG élective de la FASSAS: Samir Karim Chaouche élu nouveau président    Covid-19: 250 nouveaux cas, 144 guérisons et 10 décès    INCENDIE AU CHAMP D'EL MERK (HASSI MESAOUD) : Le ministre Attar en inspection des lieux    SKIKDA : Déraillement d'un wagon de train chargé de phosphate    LIBYE : L'Algérie salue l'accord de cessez-le-feu global    Le PT réagit à la condamnation de Djelloul Djoudi    Série A: la Sampdoria s'offre l'Atalanta    Clasico: encore un record pour Fati !    La révision de la Constitution une priorité pour l'Algérie qui vit une "phase cruciale"    TISSEMSILT : La rentrée scolaire perturbée dans plusieurs écoles    PLAN NATIONAL DE REBOISEMENT : Un milliard de plants mis en terre    GHARDAIA : Deux morts dans un accident de la circulation    Tebboune réitère l'engagement de l'Etat    Accidents de la route: 9 morts et 359 blessés ces dernières 48 heures    Résiliation du contrat de Toufik Zerara    Billel Bensaha mouloudéen à titre de prêt    Un clasico devant 100 000 sièges vides, une première    Signature du premier accord majeur post-Brexit entre Londres et Tokyo    Le chef de l'ONU s'inquiète d'une «situation tendue»    Les créances de la Sadeg s'élèvent à 1 850 millions de dinars    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    Oran : Plantation d'arbres à l'université    Défection du Sila et souvenirs du «Parnasse» algérien    Le chanteur populaire M'hamed Zighem n'est plus    Commémoration du 116e anniversaire de la mort d'Isabelle Eberhardt    MO Béjaïa : Un directoire pour gérer les affaires du club    Saad Hariri de retour aux commandes au Liban    "L'Algérie coopérait déjà peu..."    Ali Haddad, le grand casse    Le RCD accuse le pouvoir de "s'acheter une nouvelle clientèle"    Attribué depuis trois mois à Mâalma : Le site AADL des 831 Lgts entre malfaçons et absence de commodités    Les travailleurs sans salaire depuis dix mois    Djerad désavoue le wali d'Oran    Des logements et des aides pour les sinistrés    En attendant une décision officielle...    Erdogan confirme un test de missiles russes    Après l'AGO : Les présidents en fin de mandat doivent quitter la ligue    Je suis contre cette Algérie majoritaire !    La représentation des minorités progresse mais reste limitée    Ali Boudarène, un comédien prometteur    Concours du meilleur joueur de mandole algérien : Appel à Candidature    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    VFS Global: Un service de «rendez-vous de test PCR»    Par-delà l'image    Le FMI inévitable?    Les salles obscures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Pas de Conférence Nationale de dialogue»
Publié dans La Nouvelle République le 06 - 09 - 2019

Après moult rencontres et consultations avec différentes parties civiles et partis politiques de toutes obédiences, l'instance nationale de dialogue et de médiation ( INDM ) a conclu à l'impossibilité d'organiser une Conférence Nationale de dialogue pour absence de cohérence et de convergence dans les avis.
C'est ce qu'a déclaré jeudi dernier, le président du comité politique de l'instance nationale de dialogue et de médiation (INDM), Ammar Belhimer. A l'heure actuelle et vu l'évolution de la situation et les divergences constatées sur le terrain, l'instance nationale de dialogue et de médiation se contentera de présenter un rapport des consultations aux autorités et exclue la tenue d'une Conférence Nationale de dialogue, a fait savoir M. Belhimer, dans une contribution parue dans le journal national d'information «Le Soir d'Algérie». “L'instance de médiation, en accord avec ses partenaires, a opté pour la remise d'un rapport aussi complet que possible aux autorités de L'Etat», a-t-indiqué, expliquant cette décision par les divergences de position relevées lors des différentes rencontres du Panel.
«Le mérite de ces rencontres, autant de dynamiques sociétales que politiques, est d'observer le haut degré de convergences, qui ne militent pas en faveur de l'organisation d'une conférence nationale, laquelle pourrait provoquer des confrontations de débats inutiles et une perte de temps pour la concrétisation de la démarche consensuelle, ou à défaut, majoritaire», souligne M. Belhimer qui a, toutefois, reconnu les difficultés auxquelles fait face l'instance de médiation en raison de l'hostilité et l'obstination du mouvement populaire à rejeter toutes les propositions de sortie de crise. Citant à ce propos le rejet du peuple de l'implication des partis de l'ex-alliance présidentielle.
Ce qui explique, selon lui l'exclusion de ces partis du programme de rencontres. «Un programme de rencontres avait été élaboré, incluant les formations politiques, les personnalités nationales connues, celles représentant une partie du mouvement citoyen et du monde syndical et universitaire», ajoutant qu'en raison d'une grande hostilité affichée par les citoyens, lors des manifestations hebdomadaires, à l'égard des partis de l'ex-alliance présidentielle, ces derniers n'ont pas été retenus dans le programme de rencontres». Le constat n'est pas nouveau étant donné que le mouvement populaire exigeait dès le début le démantèlement de tous les partis politiques proches du système politique. «Quelques réactions de suspicion avaient, dès le début été relevées, la confiance entre les gouvernants et les gouvernés étant entachée par le maintien de responsables considérés comme symboles du pouvoir déchu», a-t-il estimé.
Une position qui complique la mission du Panel qui devrait selon Belombre permettre à corréler les points de vue et remédier à la convergence des plans de sortie de crise et des projets de restructuration du système de gouvernance du pays. Ce qui n'est pas impossible à considérer l'intérêt qu'a suscité «un début d'adhésion, expliquant la présence en son sein de personnalités proches du mouvement citoyens». Quant à l'écart de l'éventualité de la tenue d'une Conférence nationale de dialogue, M. Belombre a expliqué que l'organisation d'une telle conférence «entacherait le caractère solennel des efforts déployés, depuis des années pour certains cas, tels que les rencontres de Mazafran 1 et 2 qui avaient permis de regrouper plusieurs formations politiques d'obédiences différentes». Par ailleurs, il insiste sur l'urgence d'aboutir à une solution consensuelle pour sortir de la crise. «La durée trop longue de manifestations de revendications populaires et le nécessaire compromis pour trouver une solution évitant des risques de dérapage et des conséquences économiques aggravantes ont laissé place à un espoir d'entrevoir, à travers la mission du panel, une démarche consensuelle de sortie de crise".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.