Révision des listes électorales et dépôt de candidatures    Tliba en prison à El Harrach    Adaptation de la loi des hydrocarbures de 2013 et urgence d'un nouveau management stratégique de Sonatrach    Exportation de 30.000 tonnes de rond à béton vers le Canada    Ooredoo présente ses offres et solutions innovantes aux professionnels de la santé    29.000 cibles terroristes detruites par l'aviation russe dans 9.500 sorties    Les Algériens à pied d'oeuvre à Berkane    Probable forfait de Ferhat face à Amiens    «Ma préoccupation, c'est le niveau des joueurs locaux»    Un mort et quatre blessés dans un accident de la route    Arrestation de 5 trafiquants de faux billets en dinars    La «harga» vers l'Europe, la malédiction qui accable la plèbe !    L'oralité dans la culture traditionnelle africaine    L'Algérie est-elle le nouveau «berceau de l'humanité» ?    Tipasa : « libérez nos enfants détenus »,    Biskra : « Non à la zizanie, les Kabyles sont nos frères »    Jijel : » Il n'y aura pas de vote ! «    RETRAIT DE TEBBOUNE DE LA COURSE ELECTORALE : Mohamed Lagab dément    BORDJ BADJI MOKHTAR : Découverte d'une cache d'armes et de munitions    LEVEE D'IMMUNITE DE ALI TALBI ET AHMED OURAGHI : La Commission juridique du Sénat examine les procédures    ECOLE SUPERIEURE DES DOUANES D'ORAN : Sortie de 81 officiers de brigade dont neufs femmes    MAHDIA (TIARET): Une présumée liste des bénéficiaires de logements provoque la colère    SIDI BEL ABBES : Le 58ème anniversaire du 17 octobre 61 commémoré à Dhaya    ADRAR : Saisie de yaourt et de fromage avariés    MOSTAGANEM : 1000 tonnes de pomme de terre bientôt déstockées    Chakib Khelil sera sur le devant de la scène    Liverpool: Van Dijk n'est pas obnubilé par le titre    Real Madrid: Zidane réagit au report du Clasico    Officiel: le Clasico reporté    Le véritable maître de DAESH    Bedoui en Russie    De nouvelles charges contre Donald Trump    «On peut faire encore plus mal»    Constantine : quelle scolarisation pour nos enfants ?    Les députés exigent la démission de la cheffe de l'Exécutif    3 morts et une vingtaine d'enfants blessés dans un attentat    ACTUCULT    "Derb Cinéma" lance l'appel à candidatures jusqu'au 15 novembre    Tout en excluant la trêve : Ankara exhorte les Kurdes de Syrie à déposer les armes    Boukhalfa : Huit blessés dans un accident de la circulation    Corée du Sud, Italie, Turquie et Autriche à l'honneur    Selon le MSP: « Les autorités responsables de l'échec de la transition démocratique »    Rachid Sekak: Le redressement économique passe par le règlement de l'équation politique    Pompiers en colère à Paris : tensions avec la police, au moins 6 interpellations    5ème édition du Prix littéraire " Katara ": Le talent algérien brille de nouveau dans le ciel de Katara    Belmadi et les Verts sur leur lancée    Les chrétiens d'Algérie dénoncent    La France garde le secret    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La guerre en Syrie est officiellement terminée
Publié dans La Nouvelle République le 17 - 09 - 2019

Selon Strategika 51 la vie reprend son cours normal dans la majeure partie de la Syrie et il n'y a presque aucune opération militaire ailleurs qu'aux abords de la province rebelle d'Idleb. A Damas, la foire commerciale internationale comme la foire du livre sont une réussite compte tenu des menaces de sanctions imposées par Washington. Signe extrêmement important du retour à la normale : la baisse drastique d'attaques au mortier et d'attentats.
Après Damas, c'est le Chef de la diplomatie russe, l'infatigable Sergeï Lavrov qui déclare que la guerre en Syrie est effectivement terminée. Sur le terrain, ce constat ne fait plus l'objet d'un seul doute. Cependant d'immenses problèmes et autant de défis persistent. Une Armée qui revient de loin L'Armée syrienne est revenue de loin. En plus de huit années de guerre terrible, elle a perdu un peu plus de cent mille hommes, des milliers de véhicules et des dizaines d'aéronefs. Plus des deux tiers de ses chars de bataille ont été capturés, endommagés ou détruits lors des combats. Dans la tourmente, deux forces ont plus ou moins été épargnées. La première est la marine côtière dont les unités et les bâtiments de surface sont demeurés concentrés sur le littoral occidental ou ce que les médias ouvertement hostiles à la Syrie qualifient improprement de pays Alaouite. La seconde est la défense aérienne du territoire dont les unités ont été renforcées par de nouveaux systèmes d'armes fournis par la Russie, l'Iran et la Corée du Nord. Il est important de souligner que des dizaines de batteries SAM datant de l'époque soviétique furent ciblées par les rebelles syriens pour faciliter la création d'une zone d'exclusion aérienne et une intervention militaire étrangère via les airs. La présence militaire étrangère au nord et à l'est de l'Euphrate C'est dans ce contexte que des forces militaires turques et donc des forces de l'OTAN ont pénétré l'extrême nord de la Syrie, suivis de près par des forces US et d'autres forces spéciales de l'Alliance Atlantique. Les Américains s'établiront surtout sur la base d'Al-Tanf, à l'extrémité orientale de la Syrie, aux confins avec l'Irak et la Jordanie, avant d'établir des camps le long de la rive orientale de l'Euphrate. Les autres forces de l'OTAN s'installeront dans les zones autonomistes kurdes de Syrie sous prétexte de mettre sur pied les milices arabo-kurdes dans le cadre d'une stratégie assez floue basée sur la lutte contre Daech et Al-Qaïda, deux organisations terroristes crées et financées par les services spéciaux des pays hostiles à la Syrie. Ce cercle vicieux ne fut pas suivi par Ankara en raison de l'hostilité historique opposant la Turquie aux nationalismes kurdes où qu'ils soient et ce fut la première pierre d'achoppement dans le dispositif de guerre hybride de l'Empire avant même le grand schisme au sein du Conseil de Coopération du Golfe entre Ryad et Doha, deux capitales ayant joué un rôle primordial durant l'opération connue sous le nom du «Printemps Arabe» et plus particulièrement dans le financement des groupes et organisations rebelles en Syrie. Les Etats-Unis disposent d'une trentaine de camps militaires à l'est de l'Euphrate et contrôlent toujours le verrou stratégique d'Al-Tanf. Les turcs sont présents militairement à Idleb à travers un réseau de postes d'observation mais sont également très enclins à se positionner plus à l'est au delà d'Al-Hassaka où ils se heurtent aux kurdes de Syrie, soutenus par le Kurdistan irakien voisin, sur le territoire duquel opèrent les forces de l'OTAN mais également une base de drones d'attaque israélienne. La Russie maintient ses deux bases à Hmeimim (forces aérospatiales) et à Tartous (port d'attache militaire) et entend y rester pour les décennies à venir. Moscou y supervise d'ailleurs la reconstruction des forces armées syriennes à partir d'un noyau dur ayant survécu à la déferlante la plus violente du conflit. Au Sud-ouest de la Syrie, une grande partie du Golan est toujours occupé et annexé par les israéliens et Damas le revendique toujours comme une partie intégrante de son territoire. La question du Golan a d'ailleurs été relancée par la guerre en Syrie que les médias internationaux avaient de plus en plus mal à présenter comme une simple guerre civile issue de la répression militaire violente de manifestations pro-démocratie. Le conflit s'est promptement transformé en un véritable imbroglio géostratégique impliquant non seulement les puissances régionales mais également l'ensemble des puissances mondiales. Damas affirme vouloir mettre fin à la présence militaire étrangère non sollicitée et donc illégale sitôt que la province rebelle d'Idleb sera récupérée. Ce souhait se heurte à la puissance militaire turque mais surtout à celle des Etats-Unis d'Amérique. Un effondrement monétaire et la poursuite de la spéculation financière Les populations syriennes vivant dans les zones contrôlées par le gouvernement syrien sont extrêmement mécontentes de la politique monétaire du gouvernement. La Livre syrienne est en chute libre et s'échange à presque 600 pour un dollar US. Les spéculateurs et des commerçants très peu scrupuleux continuent à affaiblir les maigres réformes économiques entamées par le gouvernement. La guerre a engendré une nouvelle classe d'hommes d'affaires et de nouveaux riches surgis du néant et dont les méthodes calquent celles des groupes armés ayant pris les armes contre l'Etat. Il sera très difficile aux autorités de faire face à cette nouvelle race de spéculateurs qui convertissent systématiquement la livre syrienne en dollar américain et n'utilisent que ce dernier dans leurs transactions commerciales. Des infrastructures détruites et le difficile pari de la reconstruction Pays agricole autosuffisant avant 2011, la Syrie aura du mal à revenir à son état post-bellum avant un demi-siècle. Outre le terrible bilan humain de la guerre, le pays a perdu des dizaines de milliards de dollars en termes d'infrastructures: des villes entières ont été anéanties, des autoroutes endommagées, les lignes de chemins de fer sabotées, des usines entières démantelées pièces par pièces notamment à Alep avant d'être acheminées vers la Turquie; des centrales électriques pilonnées ou démolies, etc. Le marché de reconstruction de la Syrie est l'un des principaux enjeux de la véritable lutte en cours entre certaines puissances ayant une influence notable au Levant. Car la Syrie, c'est non seulement un marché prometteur mais la garantie de plus de 200 milliards de dollars US de contrats à moyen et long termes. D'où les pressions exercées par Washington mais également les tentatives de négociations secrètes de certaines capitales occidentales avec Damas. Ce dernier dispose en ce domaine d'un réel levier. L'octroi des premiers contrats relatifs à la reconstruction de l'infrastructure routière et énergétique à des compagnies chinoises, russes et un fameux bureau d'études nord-coréen ont amené Washington à multiplier les sanctions imposées sur la Syrie et à augmenter le nombre de soldats US opérant sur le sol syrien. Un avenir encore incertain La guerre hybride contre la Syrie a été mise en échec mais il reste de nombreux défis à relever pour Damas. Plus que la libération d'Idleb, la réforme radicale du système politique et un dialogue politique inclusif sont une nécessité absolue pour Bashar Al-Assad. La paix sociale est tributaire de la situation économique d'un pays exsangue mais qui offre de très nombreux atouts et dispose d'un immense potentiel. Le ralliement de Damas à la nouvelle initiative chinoise de la route de la Soie pourrait à terme être bénéficiaire à l'économie syrienne. Les ressources du pays seront monopolisées pendant longtemps par la défense et plus précisément pour contrer la Turquie au Nord et Israël au Sud. A moins d'un rapprochement improbable avec Ryad ou Doha. Dans tous les cas de figure, cette guerre qui a bouleversé l'équilibre stratégique mondiale, profondément modifié la stratégie au Moyen-Orient et polarisés de nouvelles alliances militaires restera dans les annales comme l'une des guerres hybride de quatrième génération ayant mis fin au Nouvel Ordre Mondial. La Syrie a donc survécu grâce à ses alliances stratégiques conclues du temps de Hafez Al-Assad mais aussi grâce au sacrifice d'une grande partie de ses forces armées. La résistance de ce pays marque à la fois l'échec et la fin des changements de régime par la force ou au moyen de l'ingénierie du chaos.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.