Bounedjah buteur contre Umm Salal (Vidéo)    Le 31e vendredi de mobilisation citoyenne : Marche grandiose contre Gaïd Salah    Convergence des objectifs nationaux du peuple algérien et de son armée    Une cache d'armes et de munitions découverte près des frontières à Adrar    Rahabi appelle à juger Bouteflika !    Salon du Sport et de la remise en forme    Les conditions pour une participation honorable à l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    Ooredoo sponsor du Global Startup Weekend Women Edition    Chakib Khelil est de retour    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Le jour où le monde a basculé dans l'ère de la lutte technologique asymétrique    Le décret présidentiel portant convocation du corps électoral publié au JO    L'Algérie remonte à la 38e position mondiale    Nouvelles révélations sur le transfert de Griezmann contesté par l'Atletico    JSMB-JSMS et MCEE-USMAn avancés à 17h    CORRUPTION ET MALVERSATIONS : Le MJS charge et accuse Mustapha Berraf    Des experts de l'ANP participent au processus de la réforme du baccalauréat    Relizane : affrontements à Oued R'Hiou, deux jeunes morts    Plus de 100 familles de La Casbah relogées à Baba Ali    Le miroir enchanteur d'une belle époque    USA et super-héros à l'honneur    Traduction théâtrale vers l'arabe    AIGLE AZUR : Quatre candidats pour reprendre la compagnie    Guelma : « Un visa pour Alger ! »    DANGERS D'UTILISATION DES JEUX ELECTRONIQUES : La police sensibilise les écoliers    CANASTEL (ORAN) : Les eaux usées menacent les fonds marins    ETAT LAMENTABLE DE L'ECOLE ‘'CHAHID MEZHOUD AHMED'' : Des parents d'élèves de Tiaret bloquent la RN14    Biskra : Rejet de la feuille de route du pouvoir    LEVEE DE L'IMMUNITE PARLEMENTAIRE DE BAHA-EDDINE TLIBA : La Commission des affaires juridiques adopte le rapport    L'AMBASSADEUR LEE EUN-YONG REVELE: 2,5 milliards de dollars d'échanges entre l'Algérie et la Corée    Lourde défaite de Mönchengladbach et Bensebaini face à Wolfsberger    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    L'Algérie parmi les quatre derniers    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Inondations: La protection civile sensibilise    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les forces de l'Armée syrienne et ses alliés russes et iraniens reprennent les attaques
Publié dans La Nouvelle République le 15 - 08 - 2019

Le commandement de l'Armée arabe syrienne (AAS) et ses alliés ont décidé de la reprise des opérations militaires dans l'enclave rebelle d'Idleb où sont stationnées des unités militaires turques et des centaines de conseillers militaires occidentaux.
Cette décision longtemps attendue fait suite aux violations multiples du cessez-le-feu par des dizaines de groupes armés rebelles dont les plus puissants d'entre-eux ont osé mener des offensives en règle contre les territoires sous contrôle gouvernemental et les unités militaires syriennes stationnées à Homs ou à Alep. A informé l'agence arabe syrienne SANA. Les offensives rebelles contre les zones gouvernementales commencent à menacer les moyens de communications et d'approvisionnement entre Alep, Homs et Lattaquié et démontraient clairement que l'enclave rebelle d'Idleb est utilisée comme une tête de pont pour envahir le reste de la Syrie sous la supervision de l'OTAN. Une organisation comme Jeich Al-Fath ou Armée de la Conquête revendiquait ouvertement l'invasion du reste de la Syrie à partir d'Idleb, La situation devenait aussi dangereuse qu'intenable pour Damas et Moscou dont les bases russes faisaient face à une stratégie assez claire de prise à revers, préalable à un encerclement ou un enveloppement. Cette situation évoluait de façon défavorable pour Damas, d'autant plus que les négociations entre Moscou et Washington concernant le maintien du statu quo à Idleb visaient en fait un renforcement sans précédent des capacités rebelles et une invasion par l'OTAN d'une partie du territoire syrien. Moscou a été piégé dans le jeu et ne pouvait que tenter d'obtenir des garanties quant à la sécurité de ses effectifs déployés à Hmemim et Tartous, susceptibles d'être visés à tout moment par des frappes de missiles et concernant Hmemim des attaques de drones kamikazes ou des infiltrations de rebelles. Le gouvernement syrien subissant d'intenses pressions tant par ses alliés russe et iranien pour restreindre ses actions que par les menaces multiples auxquelles il fait face au sud face à Israël, à l'Est face à la multiplication des forces occidentales et leur supplétifs arabes et kurdes, et au nord avec une enclave sous occupation étrangère appelant aux visées expansionnistes. Moscou a finit par y voir un danger mortel pour sa présence en Syrie et Damas ne voit aucune autre solution que d'écraser l'enclave rebelle. Ce qui ne sera ni facile ni rapide. Il y a un risque réel de confrontation entre les armées syrienne et turque mais également entre les russes et les turcs. Les Casques Blancs, une organisation paramilitaires contrôlée par les services spéciaux britanniques et financée par la CIA et le Département d'Etat US vont reprendre du service et inventer une autre attaque sous faux drapeau aux chlore, sinon du sarin ou du VX (neurotoxique) et l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques dont le crédit est déjà largement entaché par les manipulations flagrantes de pays comme les Etats-Unis, la Grande-Bretagne ou la France sera à nouveau mise à contribution pour préparer le terrain à une éventuelle frappe internationale. Les présidents américain, Donald Trump et turc, Tayep Reçep Erdogan, monteront certainement au créneau et leurs alliés multiplieront les menaces tacites ou explicites à l'égard de la Syrie et ses alliés.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.