ANIE: Six postulants ont demandé un rendez-vous pour le dépôt de leurs dossiers    Médias: Célébration de la Journée nationale de la presse ce mardi    Où la ruée vers la vente d'or physique mènera les bourses occidentales ?    Côte d'Ivoire: "bilan satisfaisant" de la commercialisation de l'anacarde    Investissements : Le pouvoir politique défunt d'essence totalitaire, a toujours bloqué les initiatives    SYRIE: Un soldat turc tué en Syrie après une attaque kurde    Commerce - Djellab appelle le partenaire américain à contribuer à l'accroissement du volume d'exportations de l'Algérie hors hydrocarbures    L'accord sur le Brexit validé par les 27 Etats membres    AS Monaco: L'Algérien Slimani buteur et passeur face à Rennes (3-2)    Boumerdes : Une femme à la tête de la ligue de football de la wilaya de Boumerdes    Souk Ahras: Hausse sensible de la production du liège en 2019    Adrar : atelier de travail sur la valorisation économique de l'arganier    Mila: Tayeb Zitouni " La préservation des cimetières des chouhada, fait partie de l'intérêt pour l'Histoire"    Festival national de poésie féminine : Le patrimoine constantinois à l'honneur    Littérature chinoise: Des illustrations de la littérature classiques chinoise lancées à la Foire du livre de Francfort    Bensalah procède à un mouvement    Le coach Belatoui ne s'enflamme pas    Augmentation des cas de cancer du sein en 2019    Nouvelles publications du CRASC d'Oran    Rabehi met en garde contre les "fake news"    Jean-Pierre Fabre désigné candidat de l'ANC à la présidentielle 2020    Mazda : nouveau teaser de son futur véhicule électrique    La victime succombe à ses blessures    La nouvelle Opel Corsa n'aura pas de version sportive OPC    Gica, premier producteur en Afrique    Saâdani nargue le gouvernement    "C'est urgent", selon l'INESG    Projeté au Festival du court métrage de Nouakchott    Les gardiens nominés pour le trophée Yachine    Real : Ramos ne lâche pas Zidane    Six demandes de rendez-vous déposées auprès de l'ANIE    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    «Nos structures de maintenance sont certifiées par l'aviation civile»    CNAS : Le système de gouvernance critiqué    TIZI-OUZOU : Un jeune de 26 ans sauvagement assassiné à Boghni    ECOLE PRIMAIRE ‘'CHEIKH ABDERRAHMANE DISSI ‘' A MOSTAGANEM : La surcharge de deux classes irrite les parents d'élèves    Drapeau amazigh : Quatre détenus devant le juge au tribunal de Sidi M'hamed    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    Londres demande officiellement le report du Brexit    Le football local victime de bricolage    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Derniers préparatifs au Louvre pour l'exposition «Léonard de Vinci»    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Ad Astra», la conquête de soi-même
Publié dans La Nouvelle République le 21 - 09 - 2019

Après Damien Chazelle (« First Man »), Christopher Nolan (« Interstellar ») ou encore Alfonso Cuaron (« Gravity »), c'est au tour de James Gray de signer son épopée spatiale. Dans « Ad Astra », il suit un astronaute (Brad Pitt) parti chercher son père, disparu lors d'une mission spatiale.
Trois ans après The Lost City of Z, où un explorateur finissait par s'évaporer dans une jungle inextricable, abandonnant femme et enfants, c'est à une autre quête de filiation, aux confins de l'espace, que nous convie James Gray. Roy McBride, interprété par Brad Pitt, y part à la recherche de son père, disparu une vingtaine d'années plus tôt, entre Jupiter et Neptune, un voyage lors duquel il devra faire face à de troublantes révélations. Pour son premier film de science-fiction, le cinéaste s'est inspiré du livre de Joseph Conrad, Au cœur des ténèbres, mais aussi des recherches du prix Nobel de physique, Enrico Fermi. L'infiniment petit de l'homme et l'infiniment grand du cosmos Ad Astra mêle images spectaculaires de l'espace et introspection de son personnage, un homme austère, déconnecté de ses émotions, plongé dans une profonde solitude. Le cinéaste nous embarque pendant plus de deux heures, avec Brad Pitt, à bord de ce vaisseau en mission secrète. Il nous fait éprouver le quotidien dans l'espace, entre autres lors d'une spectaculaire course poursuite en apesanteur. James Gray filme à la fois l'infiniment petit, la psyché tourmentée du héros et l'infiniment grand du cosmos. Ad Astra est un film sur l'hybris, l'inextinguible soif de savoir, de domination et de contrôle de l'homme. Car cette odyssée de l'espace est aussi une odyssée intérieure, comme si l'ultime aventure humaine, aujourd'hui, était la conquête de soi.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.