Real : Une offre à venir pour Cavani ?    Le procès en appel d'Ali Haddad reporté au 27 septembre    ILLIZI : Installation du commissaire d'Etat près le tribunal administratif    La société civile devenue un "partenaire essentiel et permanent" dans le développement local    LE PRESIDENT TEBBOUNE AFFIRME : ‘'Il est temps d'opérer le changement''    Ces quatre nouveaux joueurs convoqués par Belmadi pour le prochain stage de l'EN    La Fondation Matoub Lounes este en justice Noureddine Khettal    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES DES RESISTANTS : L'Algérie ne renoncera point à la question    La chaîne française M6 interdite d'opérer en Algérie    Lutte contre l'imigration clandestine: 485 personnes sauvées dans les eaux territoriales algériennes    Mines: La production nationale d 'or ne dépassera pas 58 kg en 2020    Mali: le médiateur de la Cédéao en visite à Bamako ce mercredi    Hamdi Bennani, un des meilleurs ambassadeurs de la chanson Malouf sur la scène internationale    Al Ahli a pris sa décision finale pour Belaili    Coronavirus: 197 nouveaux cas, 133 guérisons et 7 décès    5e rassemblement de solidarité avec Khaled Drareni    Eau: une commission pour développer le renouvelable au niveau des équipements énergivores    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    Le timing se précise    Ighil prolonge d'une année    Une opportunité de relance économique du secteur    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Boukaroum exclu de l'AG    La science du projecteur expliquée aux daltoniens que nous sommes !    La répression israélienne s'intensifie    Les états-Unis se mettent à dos la communauté internationale    La faute de goût de Nasser    Madrid se prépare à restreindre la liberté de mouvement    Le Sébaou, un fleuve spolié    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Les femmes en force à Jijel    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    Mention spéciale pour l'Algérien Ali Mehaoudi    Les zaouias, l'autre obstacle qui freine l'épanouissement du peuple algérien    Parution du livre Béjaïa, terre de lumières de Rachik Bouanani    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    ECORCHURE    Les comportements-barrières d'antan    ASO Chlef: Un effectif à reconstruire    Crise sanitaire: Les offres d'emploi en forte baisse    Pour le lancement des travaux du réservoir d'eau: Les habitants des cités AADL Ain El-Beida interpellent le wali    Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le procès historique attendu par les Algériens
Publié dans La Nouvelle République le 22 - 09 - 2019

Aujourd'hui, s'ouvre au tribunal militaire de Blida, un procès historique et sans précédent en Algérie, de tous points de vue, et, pour cette raison, attendu avec impatience par les Algériens.
Il s'agit, tout le monde le sait, du procès de Saïd Bouteflika, le frère et conseiller de l'ancien Chef de l'Etat, Abdelaziz Bouteflika, de l'ex-chef de l'ex-Département du renseignement et de la sécurité (DRS), le général Mohamed Mediène, dit Tewfik, de l'ex-chef du Département de surveillance et de sécurité (DSS), le général Bachir Tartag, et de la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune. L'annonce de la date du procès avait été faite le jeudi 12 septembre, par Mokrane Ait Larbi avocat de Louisa Hanoune. Sera-t-il retransmis en direct par la télévision publique algérienne? Des médias avaient évoqué cette éventualité, révélant même que la Télévision nationale aurait obtenu le feu vert pour installer ses équipes et son matériel technique au tribunal militaire de Blida pour une diffusion en direct du déroulement du procès.
A ce propos, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Hassane Rabehi avait répondu, dans une déclaration à la presse, mardi dernier, à Alger, en marge de l'installation officielle des membres du jury du prix du président de la République du journaliste professionnel, que le but «n'est pas la retransmission en soi, mais que la Justice assure un procès juste et équitable concernant toutes ces affaires ou celle liées à la corruption». Il avait ajouté dans ce cadre, que tout ce qui concernait la justice «est de son ressort», relevant que l'Etat «est déterminé à combattre la corruption et tous ceux qui ont contribué à conduire le pays à cette situation difficile».
La Justice, avait rappelé le ministre, a prouvé son indépendance dans ses décisions, en se référant aux seuls textes de lois. Pour rappel, début mai dernier, le juge d'instruction militaire près le tribunal militaire de Blida avait ordonné le placement en détention provisoire de Saïd Bouteflika, ainsi que des généraux Bachir Tartag et Mohamed Mediène, pour les chefs d'inculpation d'atteinte à l'autorité de l'Armée et de conspiration contre l'autorité de l'Etat. «Pour les besoins de l'enquête, le procureur militaire de la République près le Tribunal militaire de Blida a chargé un juge d'instruction militaire d'entamer la procédure d'instruction, et après la mise en inculpation, ce dernier a rendu des mandats de placement en détention provisoire à l'encontre des trois prévenus», précisait un communiqué officiel. La télévision algérienne avait montré des images de ces trois personnes au moment où elles entraient au tribunal militaire de Blida.
Les trois hommes, que les manifestants désignaient sous le terme de «chefs de bande», avaient été arrêtés samedi 4 mai. Ce fait n'avait pas surpris l'opinion publique algérienne, dans la mesure où il est arrivé en réponse à la demande qui était de plus en plus pressante du mouvement populaire formulée dans chacune des marches pacifiques chaque vendredi au niveau national.
Le 16 avril dernier, le général de corps d'Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'Etat-major de l'Armée nationale populaire (ANP), avait rappelé qu'il avait «déjà évoqué, lors de mon intervention du 30 mars 2019, les réunions suspectes qui se tiennent dans l'ombre pour conspirer autour des revendications du peuple et afin d'entraver les solutions de l'ANP et les propositions de sortie de crise».
Le chef d'Etat-major de l'ANP avait noté, que «toutefois, ces parties, à leur tête l'ex-Chef du Département du Renseignement et de la Sécurité, ont tenté, en vain, de nier leur présence dans ces réunions, et d'induire en erreur l'opinion publique, et ce, en dépit de l'existence de preuves irréfutables sur ces faits abjects». Le général de corps d'Armée, Ahmed Gaïd Salah, avait alors lancé à l'ex-Chef du DRS, «un dernier avertissement, et dans le cas où il persiste dans ses agissements, des mesures légales fermes seront prises à son encontre». Pour sa part, Louisa Hanoune, convoquée le jeudi 9 mai, par le tribunal militaire de Blida, dans le cadre de la poursuite de l'enquête ouverte contre Bachir Tartag, Mohamed Mediène et Saïd Bouteflika, avait été écrouée le même jour. A moins d'un report du procès, les Algériens seront tenus en haleine des jours, voire des semaines durant, par des audiences inédites.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.