Ouyahia et Sellal condamnés respectivement à 15 et 12 ans de prison ferme    Benflis répond au procureur de la République    Banques De nouveaux P-DG à la tête de la BEA et de la BNA    Election présidentielle du 12 décembre Le scrutin constitue l'étape pour l'édification de l'Etat de Droit    Taleb Ibrahimi, Benbitour, Rahabi et autres personnalités appellent à ne pas empêcher les Algériens de voter    Tout est fin prêt    Gita Gopinath, conseillère économique auprès du FM "Les réformes dans les pays émergents et les pays en développement sont plus efficaces ...    La dette fiscale dépassait les 3.600 milliards DA à la fin 2016    Selon Ghania Eddalia, ministre de la Solidarité " Près de 900 000 bénéficiaires de micro-crédits jusqu'en octobre dernier"    Agriculture: Installation de six unités de recherche scientifique à l'INVA    Arabie-Saoudite : Quels enjeux concernant le plan Vision 2030 ?    Etats-Unis : Après les tueries, Donald Trump face aux critiques des démocrates    Poutine, Merkel et Zelensky à Paris: Qu'est-ce qu'un sommet au format "Normandie" ?    Qualifications Afro-paralympiques-2020 de handi-basket: L'Afrique du Sud obtient l'organisation du tournoi    Prix du sport africain 2019 : L'EN algérienne sacrée meilleure équipe, Mahrez meilleur joueur    MC Alger: Confiance renouvelée à l'entraîneur Casoni    Les conditions d'inscription fixées    La mosquée de Sidi Ghanem à Mila : Un centre de rayonnement de l'Islam et un haut lieu de la mémoire    Manifestations du 11 décembre 1960/Mouvement populaire 2019 : 59 ans après, la soif de l'indépendance est toujours vive    EN : Belmadi aurait aimé jouer un match à Marseille    D'anciens ministres et hommes d'affaires condamnés à verser 20 milliards DA au Trésor public    Mobilis obtient un accord d'attribution provisoire d'une licence 2G, 3G et 4G au Mali    Adoption à la majorité de plusieurs projets de lois    Un sursis accordé jusqu'à la phase aller    Quatre à cinq mois d'absence pour Youcef Atal    Report de toutes les compétitions jusqu'au 15 décembre    Création à Tokyo d'une «Association des députés japonais pour le Sahara occidental»    Démantèlement d'un réseau de trafic de drogue et saisie de 510 kg de kif traité    Un motocycliste renversé mortellement par une voiture    Au moins 44 Palestiniens tués par les forces d'occupation en novembre 2019    Pour un débat serein sur la loi des hydrocarbures devant s'insérer dans le cadre d'une loi organique de la transition énergétique en Algérie    GREVE DES CONTROLEURS AERIENS FRANÇAIS : Air Algérie annonce des perturbations    Toutes les dispositions organisationnelle et sécuritaires prises pour le bon déroulement du scrutin    Téhéran se dit prêt à d'autres échanges de prisonniers avec Washington    3 ans de prison pour l'ex-directeur du commerce    «Consensus» chez les sunnites pour garder Hariri Premier ministre    Un soldat tué dans une attaque contre un camp de l'armée    Standing-ovation pour Robert Redford à Marrakech    «Genèse», première exposition de Yasmine Siad    "Une révolution délicieuse" à l'Espace Ouest-France    Miss Côte d'Azur est d'origine algérienne    Jijel : Acquisition d'ambulances médicalisées    Campagne: l'individu arrêté a perpétré des actes d'intelligence avec un Etat étranger    Coupe de la CAF (2e journée) : Coup d'arrêt pour le Paradou AC    Akid Lotfi: 37 kg de viande hachée impropre saisis    Les enseignants du primaire partagés: Entre gel momentané et poursuite de la grève    «Irishman» de Martin Scorsese arrive sur Netflix    Littérature Lynda Chouiten, prix Assia Djebar : " Une valse est née, durant mon voyage à Vienne"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La vidéo qui fait le buzz sur les réseaux sociaux
Publié dans La Nouvelle République le 20 - 10 - 2019

La vidéo qui fait actuellement le buzz sur les réseaux sociaux au sujet de la sortie du nouveau wali de mascara dans la localité de Mamounia, à quelques encablures du chef-lieu de la wilaya, suscite franchement la colère et la consternation en raison de son attitude prétentieuse et de sa morgue, faisant montre d'un complexe de supériorité sans borne à l'encontre de la population.
L'attitude prétentieuse du nouveau wali vis-à-vis de la population de Mamounia, qui souhaite des décisions favorables quant à leurs doléances. En effet, juste arrivé dans la commune de Mamounia, distante d'environ quatre kilomètres de la wilaya, que des citoyens se sont rapprochés, en délégant un porte-parole pour exposer au commis de l'Etat les divers problèmes, y compris la problématique des aides rurales, qui étrangle la population. En effet, en maximisant sur ce qui se trame dans la localité de Mamounia, l'orateur s'est vu couper par le wali qui lui a annoncé en ces termes : - «Quel est ton niveau intellectuel ?» - «J'ai le niveau 9e année, M. le wali», répondit le porte-parole de la population de cette commune. Le représentant de l'État au niveau de la wilaya, M. Hadjeri Derfouf, avec une forte confiance en soi, avec une attitude prétentieuse se moque de son auditoire, affiche une forte confiance en soi, n'écoute pas la population en utilisant l'expression : «Moi, je ne supporte pas ces allégations venant de quelqu'un de niveau aussi moindre. Il vaut mieux quelqu'un qui possède la licence ou le doctorat».
C'est une réaction psychologique du wali opposée à ce qui nous terrorise, nous fait sentir inférieur aux autres via la bureaucratie, la répression et la «hogra» qui affecte encore et toujours les citoyens de douleur. Dans un souci didactique, digne des régimes bananiers dont notre pays n'est pas encore sorti de l'auberge, démontre clairement que tous ceux qui exercent un pouvoir quelconque ne veulent pas que ça change, et que la wilaya de Mascara mérite mieux dans ces intronisations des commis de l'Etat qui se suivent et se ressemblent, et ce, depuis plus de six années consécutives. Ainsi, dans ce contexte déplorable, les personnes présentes au cours de ce «carnaval fi dechra» qui ne parviennent pas à surmonter le mépris offensant du tout nouveau wali au cours de cette visite, qui d'ailleurs a été écourtée pour des raisons qu'on ignore, a provoqué l'ire de la population.
Il est important de souligner que sept citoyens ont été embarqués par les services de police présents en force au cours de cette tournée mouvementée, et dont nous avons appris qu'ils ont été libérés au cours de l'après-midi. Ce n'est pas la première incartade du wali en matière de complexe de supériorité vis-à-vis des ruraux, où au cours d'une rencontre avec les fellahs de la daïra de Mohammadia, distante d'une quarantaine de kilomètres du chef-lieu, sur la problématique du dévasement du «Barrage de Fergoug», a vu des inquiétudes des fellahs étouffés carrément : «Vous n'y connaissez rien, vous n'êtes pas des ingénieurs ou des spécialistes en la matière». Voilà comment le complexe de supériorité se manifeste t-il, et ceux qui sont en sont atteints, s'aiment, s'admirent et méprisent les autres, les jugent inférieurs, à l'exemple des populations de la wilaya de Mascara, les « Béni-Chougrane», la cité de l'Emir Abdelkader, premier fondateur de l'Etat Algérien.
La juste et bonne observation de ce qui se voit, ce qui se dit et de ce que l'on connait d'une situation entrainera inéluctablement le repérage des contradictions forcement imputables à des positions délibérées où très mal informés sur le niveau de certains chefs de daïra, directeurs et autres élus des deux chambres, surtout les présidents des assemblées communales qui n'ont même pas le niveau de «la terminale», devront normalement aussi être dans la liste de l'ordre social du wali de la wilaya, qui dissimule, en réalité, un très grand manque de confiance en soi. Pourtant, l'affaire du dévasement du barrage de Fergoug, il y a de cela une dizaine d'année, a connu des hauts et des bas, vu que des sommes astronomiques ont été pompées dans des poches de sociétés fictives, qui se sont partagées le gâteau et la cerise. Les résultats de cette situation, tant que l'érosion avance à grande échelle, sont la stérilité des sols et une incidence directe sur l'envasement des barrages et des retenues d'eaux.
Atténuer l'avancée de l'érosion et les effets néfastes sur le sol et l'environnement suppose l'application d'un schéma de mise en défense et la reprise de la confection des banquettes. Il faut souligner, par ailleurs, qu'un sol dénudé fait régresser le taux de pluviosité. L'état actuel se situe à l' origine de l'envasement des barrages, et notamment, celui de Fergoug qui irrigue la plaine du Habra située à Mohammadia. L'envasement du barrage de Fergoug qui a été évalué à 100 %, a réduit automatiquement la capacité des retenues des eaux. Pour conclure, la corporation de la presse écrite dans la wilaya de Mascara a décidé de boycotter les festivités du 22 octobre, coïncidant avec la Journée de la presse qui a été instituée par l'ex-président de la République déchu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.