Belhimer : consacrer la place de leader de la Télévision publique dans le secteur audiovisuel    Algérie-Emirats arabes unis : nécessité de renforcer la coopération bilatérale et de poursuivre les concertations    Douanes: réduire le temps de stationnement des conteneurs dans les ports    Cour suprême: poursuites contre l'ancien wali de Mostaganem Abdelwahid Temmar    Djerad reçoit le ministre émirati des Affaires étrangères    Robert Moreno évoque le cas Slimani    Cinq pays au 10eme Festival international du théâtre de Bejaia    Une force africaine en Libye garantira le respect du cessez-le-feu    Les consommateurs dénoncent    HADJADJ : Arrestation de 2 vendeurs illicites de boissons alcoolisées    L'EHU d'Oran au chevet des malades de Tiaret    TIZI-OUZOU : Destruction d'une casemate pour terroristes    BECHAR : Un dealer condamné à 3 ans de prison pour trafic de drogues    L'APN LUI DONNE UN DELAI DE 10 JOURS : Abdelkader Ouali refuse de renoncer à son immunité parlementaire    Découverte d'un bain romain    Nomination de Ahmed Bensebbane à la tête de l'EPTV    Visite d'Erdogan à Alger: le caractère stratégique des relations entre les deux pays réaffirmé    Amitié entre les peuples: Ghlamallah prendra part à une conférence en Croatie    Coupe de la CAF : Le Paradou hypothèque ses chances de qualification    Hand/Tournois de qualification olympique: l'Algérie dans le groupe de l'Allemagne    Sit-in de solidarité avec Ilyas Lahouazi    Les efforts de lutte contre la corruption stagnent dans les pays du g7    Un "terminus" brutal pour la JSK    Le WA Tlemcen rejoint l'O Médéa en tête du classement    Casoni pose ses conditions    Les Algériennes en regroupement à Alger    La défaillance de l'EGSA    Enquêtes sur les biens immobiliers des hommes d'affaires    "Le hirak n'a pas vocation à conquérir le pouvoir"    Lahouazi, Alloune, Khallil et Ferhani sous contrôle judiciaire    5 morts et 32 blessés dans un accident de la circulation    Biscuits roulés à la cannelle    Le ministère de la Santé recommande de reporter les voyages prévus en Chine    Convergence de vues entre Tebboune et Erdogan    L'Algérie condamne avec "force"    Liban : le nouveau gouvernement rejeté par la rue    Hirak : discuter pour être indiscutable    Sortir ...Sortir ...Sortir ...    Deux moi ou la comédie romantique réinventée    Hommage et recueillement à la mémoire de matoub lounès    Au Louvre, une œuvre cinétique de l'artiste vénézuélien Elias Crespin    Serie A : La Juventus chute face à Naples    Crise libyenne: Un conflit naît dans les laboratoires américains ?    SEOR: Perturbation de l'alimentation en eau dans 12 communes    Tunisie: Vers un nouveau gouvernement ?    Assemblage de tramways: Alstom n'a pas respecté le contenu de l'accord    Mouvement dans le corps des walis    La présidente par intérim candidate à la présidentielle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Irishman» de Martin Scorsese arrive sur Netflix
Publié dans La Nouvelle République le 10 - 12 - 2019

Après une diffusion limitée en salles, l'épopée de Martin Scorsese «The Irishman», thriller historique politico-mafieux, arrive sur Netflix, mercredi. Le film, porté par une critique élogieuse, est déjà pressenti pour les Oscars. Autour de 160 millions de dollars de budget, 117 lieux de tournage différents, 309 scènes distinctes, une distribution exceptionnelle...
Le dernier film de Martin Scorsese, «The Irishman», qui sort mercredi 27 novembre sur Netflix, est l'une des productions les plus ambitieuses de la carrière du metteur en scène new-yorkais. Après «Mean Streets», «Les Affranchis» et «Casino», Martin Scorsese cherchait un matériau suffisamment fort pour replonger dans les arcanes de la mafia italo-américaine.
Après huit collaborations, de «Mean Streets» à «Casino» avec Robert De Niro, «je ne voulais pas faire un film avec lui si nous ne pouvions pas aller plus en profondeur», a expliqué Martin Scorsese lors d'un événement organisé par l'American Film Institute à Los Angeles. Après le refus de plusieurs studios, il aura fallu la puissance financière de Netflix pour accoucher de «The Irishman», le surnom du mafieux Frank Sheeran, dont le témoignage constitue la trame du livre et du film.
Le long-métrage est sorti dans un nombre limité de salles le 1er novembre aux États-Unis puis dans le reste du monde, mais pas en France, avant d'être mis en ligne sur Netflix mercredi. Ancien homme de main, Frank Sheeran raconte qu'il a tué plus de 25 personnes sur ordre du chef mafieux Russell Bufalino et du patron du syndicat des chauffeurs routiers, Jimmy Hoffa.
Le temps des regrets
Au cahier des charges, la production a ajouté un nouveau procédé technique développé par Industrial Light & Magic (ILM, société créée par George Lucas), le «de-aging», qui permet de rajeunir un acteur ou une actrice à l'écran. Robert De Niro, 76 ans, devait en effet incarner Frank Sheeran de 1955, à l'âge de 34 ans, jusqu'à sa mort, en 2003 (à 83 ans).
Ils «devaient trouver une solution de rajeunissement qui n'interfère pas avec (le jeu) de Bob (De Niro), Joe (Pesci) et Al (Pacino)», a expliqué Martin Scorsese, «qu'ils n'aient pas à se parler en portant des casques ou des balles de tennis sur le visage. Ils ne l'auraient pas fait». ILM est finalement parvenu à ses fins grâce aux caméras et sans appareiller les acteurs. Avec «The Irishman», Martin Scorsese retourne à la veine des films de gangsters qui ont fait sa légende, mais avec une trame plus proche de faits et de personnages réels. Les liaisons dangereuses entre politique, syndicalisme et crime organisé, piliers de la société américaine des années 1960, font office de fil conducteur.
Le film abandonne un peu de la tension qui animait ces œuvres pour prendre du recul, celui de Frank Sheeran, vieil homme qui, à coups de flashback, fait le bilan de sa vie et passe le tout au crible de la moralité. Pour Martin Scorsese, 77 ans, cette réflexion sur le temps est aussi la sienne et celle des De Niro, Pacino, Joe Pesci ou Harvey Keitel. «Nous avons 75, 76 ans. On regarde dans le rétroviseur», a-t-il expliqué lors d'un événement organisé par l'American Film Institute à Los Angeles. «Vous repensez aux choses que vous avez faites dans votre vie, ou à celles que vous auriez voulu faire» et «aux conséquences».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.