Le Président Tebboune et l'Emir du Qatar se félicitent de l'évolution des relations bilatérales    Manchester City vise un latéral argentin    Logement: Nasri ordonne l'accélération de la cadence de réalisation des projets en cours    ATTEINTE AUX SYMBOLES DE LA REVOLUTION : Appel à l'application des lois de la République    Noureddine Khaldi, nouveau directeur général des Douanes    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : L'université algérienne dotée d'un statut particulier    Constitution: le Comité d'experts achèvera sa mission vers le 15 mars prochain    FAUTE DE TRANSPORT DES ELEVES SCOLARISES : Le programme de vaccination risque l'échec à Mostaganem    SIDI BEL ABBES : 29.000 demandes de logements à la daïra    LES HABITANTS RENCONTRENT LES REPRESENTANTS DU WALI D'ORAN : Tafraoui classée commune à risque    Liverpool à quatre matchs d'un sacre en Angleterre    Le Coronavirus poursuit sa propagation faisant des victimes et des dégâts collatéraux    Accidents de la route: 30 morts et 1.270 blessés en une semaine    "Halte aux pratiques liberticides !"    La mobilisation se poursuit à Montréal    Le Chabab alterne le bon et le moins bon    Attention, le Mouloudia arrive !    «2020 sera l'année de l'amélioration du service public»    L'extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis à l'étude    Israël vise le Jihad islamique palestinien à Gaza et en Syrie    Le vote de confiance reporté à jeudi    Etat d'alerte sanitaire en Tunisie    Ouadjaout passera-t-il aux sanctions ?    Sit-in des corps communs de l'éducation nationale devant la wilaya    ACTUCULT    L'infrangible lien…    Parution en France d'"Algérie décennie 2010-2020 : aux origines du mouvement populaire du 22 février"    Amnesty International projette un film sur le hirak    Le café littéraire évoque l'épopée historique de l'Emir Abdelkader    Carnaval : «Laissez Alost être Alost», répond le maire aux accusations d'antisémitisme    Il aura lieu au tribunal de Sidi M'hamed : Le procès de Karim Tabbou programmé pour le 4 mars    Procès des détenus du mouvement populaire : L'autre tribune des «hirakistes»    Le FMI prêt à apporter «l'assistance technique et des conseils de politiques économiques»    La femme dans le mouvement populaire : Le nouveau souffle du féminisme en Algérie    Transition énergétique: objectif 16 000 mégawatts d'énergies renouvelables à l'horizon 2035    Encore une transgression de la loi    Championnats les plus fair-play : L'Algérie 54e mondial    Coupe arabe (U20) : L'Algérie qualifiée aux quarts de finale    «Camus a vécu à Alger la moitié de sa courte vie»    Dérives islamistes en France : «Séparatisme», le nouveau nom du communautarisme    Objectif : La relance du cinéma algérien    Plan d'action du gouvernement: Impérative amélioration du pouvoir d'achat    Pour dénoncer la mainmise des organisations «estudiantines»: Sit-in aujourd'hui des enseignants de l'institut de maintenance de l'université Oran 2    Ligue des champions d'Europe: Attractions à Madrid et Naples    Respectivement ex-directeur du protocole de Bouteflika et patron de Safina: Reguieg et Metidji incarcérés    Conseil des ministres: Un observatoire de prévention contre la discrimination et le discours de haine    Baisse significative de la participation aux législatives    Mercedes-Benz dévoile son programme pour Genève    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Spike Lee président du jury 2020
Publié dans La Nouvelle République le 16 - 01 - 2020

Vingt-quatre heures après des nominations aux Oscars critiquées pour leur manque de diversité, le Festival de Cannes frappe fort en désignant le réalisateur américain Spike Lee comme prochain président du jury et premier Noir à occuper cette fonction.
Si le plus grand festival de cinéma au monde a déjà accueilli, au sein de son jury, des artistes noirs-américains comme la cinéaste Ava DuVernay en 2018 et l'acteur Will Smith en 2017, c'est une première concernant son président. «Le regard de Spike Lee est plus que jamais précieux», affirment en choeur Pierre Lescure, le président du festival, et Thierry Frémaux, le délégué général, dans un communiqué. «Cannes est une terre d'accueil naturelle et une caisse de résonance mondiale pour ceux qui (r)éveillent les esprits et questionnent chacun dans ses postures et ses convictions. La personnalité flamboyante de Spike Lee promet beaucoup», poursuivent-ils, à propos du réalisateur militant, qui a ouvert la voie à de nombreux cinéastes afro-américains.
Grand prix en 2018
«Quand on m'a appelé pour devenir président du jury (...), je n'en suis pas revenu, j'étais à la fois heureux, surpris et fier», a réagi Spike Lee, 62 ans, se disant «honoré d'être la première personne de la diaspora africaine» aux États-Unis à cette fonction. Cinéaste phare de la cause noire, il a présenté au total sept de ses films sur la Croisette, et a été récompensé du Grand prix en 2018 pour BlackkKlansman, racontant l'histoire vraie d'un Noir infiltré au Ku Klux Klan.
Casquette et baskets de rigueur, le sexagénaire au look d'éternel adolescent avait fait son entrée dans le palais des Festivals en montrant ses tatouages «amour» et «haine» gravés sur les mains, comme Robert Mitchum dans La nuit du chasseur (1955). Pamphlet anti-raciste, violemment anti-Trump, BlackkKlansman lui vaudra ensuite le premier Oscar en compétition de sa carrière, après un Oscar d'honneur en 2016. Fou de joie, Spike Lee avait alors sauté dans les bras de l'acteur Samuel L. Jackson, qui remettait la récompense et a joué dans plusieurs de ses films.
Trente ans d'histoire avec Cannes
«Quel président de Jury sera-t-il ? Rendez-vous à Cannes !», s'amusent les organisateurs, à propos de ce président politique («il est celui qui lève le poing»), doté d'une forte personnalité. «Cannes a façonné ma trajectoire dans le cinéma mondial», a souligné Spike Lee, revenant sur sa longue histoire avec le festival de Cannes. Tout a commencé en 1986 quand il est venu présenter à la Quinzaine des Réalisateurs son premier long-métrage, Nola Darling n'en fait qu'à sa tête, un petit film tourné en deux semaines, en noir et blanc avant d'être décliné en série pour Netflix trente ans plus tard, face au succès. Une jeune femme noire, hésitant entre trois amants, y parle librement de ses relations. Le film repartira avec le prix de la jeunesse.
Le jury connu en avril
Trois ans plus tard, Spike Lee est en compétition pour la première fois avec Do The Right Thing, évoquant les tensions raciales à Brooklyn, un jour de forte chaleur. Suivront dans diverses sections cannoises, Jungle Fever en 1991 en compétition, Girl 6 en 1996 hors compétition, Summer of Sam en 1999 à la Quinzaine des Réalisateurs, Ten Minutes Older en 2002 à Un Certain Regard, puis BlackkKlansman. Entouré de son jury qui sera dévoilé mi-avril, Spike Lee aura la lourde tâche de désigner le successeur de Parasite du Sud-Coréen Bong Joon-ho, Palme d'or 2019 attribuée par le jury présidé par le réalisateur mexicain Alejandro Iñarritu. Fait rare, cette comédie noire, au succès critique comme public, est actuellement en lice pour l'Oscar du meilleur film et celui du meilleur film étranger. L'annonce lundi des nominations pour les Oscars, avec le film Joker en tête (11 nominations), a été immédiatement critiquée pour son manque de diversité, avec une sélection jugée très blanche et très masculine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.