Belhimer: les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    YEMEN: REQUIEM POUR UN PEUPLE    Tamanrasset: un terroriste capturé à In M'guel (MDN)    Le RCD s'en prend aux "philistins attitrés"    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Le FFS face au défi du rassemblement    "L'Algérie accueillera les pourparlers interlibyens"    Démission du ministre de la Justice    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    La classe politique sort de sa léthargie    COVID-19: Benbouzid met l'accent sur une meilleure prise en charge du citoyen    Covid-19: Approvisionnement des wilayas concernées par l'interdiction de la circulation    De nouvelles mesures prises à Oran    8 décès et 470 nouveaux cas en 24 heures    Un recrutement en catimini    Le Chabab défend le recrutement de Benmenni (CABBA)    Kafkaien    La nouvelle feuille de route    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    Alerte aux pesticides périmés à Blad-Touahria    Le Syndicat des directeurs accuse la tutelle    Ce que se ronger les ongles dit de votre personnalité    Les nouveautés, en temps de pandémie    Hourof El Jenna, un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Les pro-démocratie ouvrent les primaires pour les législatives à Hong Kong    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    CS Constantine: Rachid Redjradj poussé vers la sortie    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Allez à Ghaza et criez «plus jamais ça !»
Publié dans La Nouvelle République le 29 - 01 - 2020

C'est un véritable pavé qu'a jeté dans la mare Gidéon Levy journaliste au quotidien Israélien Haaretz.
«Il est très important de se souvenir du passé, et il n'en demeure pas moins important que d'être conscient et de faire face à ce qu'il se passe dans le présent. Les dizaines de chefs d'Etat qui sont arrivés en Israël hier se souviennent peut-être du passé, mais ils gomment le présent. En se taisant, en détournant leurs yeux de la réalité tout en s'alignant de manière inconditionnelle sur les positions d'Israël, ils ne manquent pas seulement à leurs devoirs, ils trahissent aussi la mémoire du passé au nom duquel ils sont venus ici. Être reçus par Israël sans faire mention de ses crimes, commémorer l'Holocauste tout en ignorant les leçons à en tirer, visiter Jérusalem sans aller dans le ghetto qu'est Ghaza lors de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste, il est difficile de trouver plus grande hypocrisie. C'est une bonne chose que les rois, présidents et autres notables viennent ici en l'honneur de cette journée du souvenir. Il est déplorable qu'ils ignorent ce que les victimes de l'Holocauste infligent à une autre nation. La ville de Yerevan ne sera jamais témoin d'un tel rassemblement pour commémorer l'holocauste arménien. Les dirigeants du monde n'iront jamais à Kigali pour commémorer le génocide qui s'est produit au Rwanda. L'Holocauste est en effet le plus grand crime jamais perpétré contre l'humanité, mais ce n'est pas le seul. Mais les Juifs et Israël savent bien comment sanctifier sa mémoire, ainsi que comment l'utiliser à leurs propres fins. En cette Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste, les dirigeants du monde sont les invités d'un Premier ministre israélien qui, la veille de leur arrivée, a demandé des sanctions, croyez-le ou non, contre la Cour Pénale Internationale de la Haye, héritage des tribunaux mis en place pour juger les crimes de la deuxième Guerre mondiale. En cette journée du souvenir, les dirigeants du monde viennent rencontrer un Premier ministre qui essaie de les pousser à se positionner contre la Cour à la Haye. Il est difficile d'imaginer l'utilisation de l'Holocauste plus scandaleuse que celle-ci. Il est difficile de concevoir plus grande trahison de sa mémoire qu'en tentant de discréditer la Cour de la Haye, seulement parce qu'elle tente de remplir son rôle en enquêtant sur Jérusalem. Les invités garderont le silence sur ce sujet également. Certains d'entre eux seront peut-être convaincus que le problème se situe à La Haye et non à Jérusalem. Qu'il faut sanctionner la Cour plutôt que l'Etat occupant. Personne ne devrait oublier l'Holocauste, c'est évident. Personne ne devrait non plus gommer le fait qu'il était dirigé contre le peuple juif. Et, précisément pour cette raison, personne ne devrait ignorer le comportement de ses victimes envers les victimes secondaires de l'Holocauste des Juifs, le peuple palestinien. Sans l'Holocauste ils n'auraient pas perdu leur terre, et ne seraient pas emprisonnés aujourd'hui dans un gigantesque camp de concentration à Ghaza ou vivant sous une brutale occupation militaire en Cisjordanie. Quand ils répètent aujourd'hui ad nauseam «plus jamais ça !», ils devraient regarder avec honnêteté vers le Sud et l'Est, à seulement quelques kilomètres du lieu de la commémoration à Yad Vashem. Il n'y a pas d'Holocauste là-bas, juste l'apartheid. Pas d'annihilation, mais une brutalisation systématique d'une nation. Pas Auschwitz, mais Ghaza. Comment peut-on ignorer cela lors de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste? Il est difficile de croire qu'il n'est venu à l'esprit d'aucun dirigeant venu à Jérusalem d'aller à Ghaza après la cérémonie. Si l'un d'entre eux avait eu le courage de le faire, il ou elle aurait honoré la mémoire de l'Holocauste aussi bien qu'en visitant Yad Vashem. Il n'est pas beaucoup d'endroits sur terre où les mots «plus jamais ça !» peuvent résonner autant qu'au sein de cet immense ghetto, créé par l'Etat des survivants de l'Holocauste. Ne pas aller à Ghaza et ne pas voir ce qu'il s'y passe ? Ne pas s'identifier aux deux millions d'êtres humains qui sont enfermés dans un camp de concentration depuis 14 ans, à une heure de Jérusalem ? Comment est-ce possible ? Ne pas crier «plus jamais ça !» à Ghaza? Comment osent-ils ? Quelques dirigeants ont ostensiblement équilibré leur visite ici par une brève et rituelle visite à Ramallah, avec une séance photo avec Mahmoud Abbas qui est également la cible des critiques d'Israël. Ce genre de visite ne signifie rien. Ce n'est pas Ramallah qui détermine le sort du peuple palestinien. C'est le gouvernement à Jérusalem et son appareil de défense à Tel-Aviv. Il faut venir aujourd'hui en Israël pour rappeler l'Holocauste au monde, mais aussi pour lui rappeler le silence qui règne au sujet de l'apartheid israélien. Contre ce silence, nous devrions tous crier : «plus jamais ça !». L'Holocauste ne se répétera sûrement jamais, mais le silence embarrassé continue, y compris en ce jour de mémoire à Jérusalem.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.