Ligue (USM Alger) : séparation à l'amiable avec l'entraîneur Dziri Billel    Algérie-Arabie Saoudite: des perspectives prometteuses pour le renforcement de la coopération bilatérale    Nécessité d'identifier les passagers du vol transportant l'italien atteint du coronavirus    Une secousse tellurique de 3 degrés enregistrée ce matin    Oran : 2 mois de prison requis contre Affif Abderrahmane    Dans le désordre    «Nous devons d'abord évaluer notre potentiel»    La Libye en tête des préoccupations    À quand l'accès au hall d'attente ?    Conférence sur le développement des routes et des transports en Afrique    La chambre d'accusation renvoie le dossier au 3 mars    Sanders confirme son avantage face à Biden    Doute sur la tenue du sommet quadripartite sur la Syrie    L'ONU dénonce la violence israélienne en Cisjordanie    Un changement pour la route    Le projet de Jaguar Land Rover    Une boîte automatique intelligente    Seddik Chihab conteste son exclusion    L'ESS et le PAC accrochés, la JSS nouveau leader    Aït Djoudi optimiste malgré la situation du club    Le choc de titans    Les Canaris préparent le Chabab à Tigzirt    L'Algérie classée dans le Top-10 par Campus France    L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti    Une médaille pour le hirak à Montréal    Tarte pommes, amandes et chocolat    ACTUCULT    Des témoignages poignants sur la Guerre d'Algérie    "Intertextualité et conversation dans l'œuvre de Kateb Yacine"    Lettre écrite par Tahar Djaout après la mort de Mouloud Mammeri (25 février 1989) et publiée par Awal    Coup de mou chez Scorsese    Affluence du public    Constitution: l'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société    Boxe/Tournoi pré-olympique: Houmri et Bouloudinats passent en demi-finale    COA: les membres du Comité exécutif rejettent une démission "verbale" de Berraf    Tizi-Ouzou: Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Synthétisation de l'écosystème digital : Les acteurs du numérique s'organisent    Alger: la distribution de l'eau potable totalement rétablie mercredi avant le délai prévu    Baccalauréat professionnel: le projet en phase de détermination des spécialités    Le Brexit obligé de revoir le cadre des échanges dans une année : Vers un nouvel accord de coopération entre l'Algérie et le Royaume-Uni    Pour se défaire de la dépendance aux hydrocarbures : Djerad prône une transition vers le solaire    Haï Es-Sabah: Plus de 372 kilogrammes de viande impropre à la consommation saisis    A l'appel de l'UNPEF: Grève à l'Education aujourd'hui    Blida: Un ressortissant malien arrêté pour escroquerie    Les étudiants poursuivent leur mobilisation    Remise des décisions d'affectation: 120.000 souscripteurs AADL convoqués la semaine prochaine    Des individus pas très respectables    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Allez à Ghaza et criez «plus jamais ça !»
Publié dans La Nouvelle République le 29 - 01 - 2020

C'est un véritable pavé qu'a jeté dans la mare Gidéon Levy journaliste au quotidien Israélien Haaretz.
«Il est très important de se souvenir du passé, et il n'en demeure pas moins important que d'être conscient et de faire face à ce qu'il se passe dans le présent. Les dizaines de chefs d'Etat qui sont arrivés en Israël hier se souviennent peut-être du passé, mais ils gomment le présent. En se taisant, en détournant leurs yeux de la réalité tout en s'alignant de manière inconditionnelle sur les positions d'Israël, ils ne manquent pas seulement à leurs devoirs, ils trahissent aussi la mémoire du passé au nom duquel ils sont venus ici. Être reçus par Israël sans faire mention de ses crimes, commémorer l'Holocauste tout en ignorant les leçons à en tirer, visiter Jérusalem sans aller dans le ghetto qu'est Ghaza lors de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste, il est difficile de trouver plus grande hypocrisie. C'est une bonne chose que les rois, présidents et autres notables viennent ici en l'honneur de cette journée du souvenir. Il est déplorable qu'ils ignorent ce que les victimes de l'Holocauste infligent à une autre nation. La ville de Yerevan ne sera jamais témoin d'un tel rassemblement pour commémorer l'holocauste arménien. Les dirigeants du monde n'iront jamais à Kigali pour commémorer le génocide qui s'est produit au Rwanda. L'Holocauste est en effet le plus grand crime jamais perpétré contre l'humanité, mais ce n'est pas le seul. Mais les Juifs et Israël savent bien comment sanctifier sa mémoire, ainsi que comment l'utiliser à leurs propres fins. En cette Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste, les dirigeants du monde sont les invités d'un Premier ministre israélien qui, la veille de leur arrivée, a demandé des sanctions, croyez-le ou non, contre la Cour Pénale Internationale de la Haye, héritage des tribunaux mis en place pour juger les crimes de la deuxième Guerre mondiale. En cette journée du souvenir, les dirigeants du monde viennent rencontrer un Premier ministre qui essaie de les pousser à se positionner contre la Cour à la Haye. Il est difficile d'imaginer l'utilisation de l'Holocauste plus scandaleuse que celle-ci. Il est difficile de concevoir plus grande trahison de sa mémoire qu'en tentant de discréditer la Cour de la Haye, seulement parce qu'elle tente de remplir son rôle en enquêtant sur Jérusalem. Les invités garderont le silence sur ce sujet également. Certains d'entre eux seront peut-être convaincus que le problème se situe à La Haye et non à Jérusalem. Qu'il faut sanctionner la Cour plutôt que l'Etat occupant. Personne ne devrait oublier l'Holocauste, c'est évident. Personne ne devrait non plus gommer le fait qu'il était dirigé contre le peuple juif. Et, précisément pour cette raison, personne ne devrait ignorer le comportement de ses victimes envers les victimes secondaires de l'Holocauste des Juifs, le peuple palestinien. Sans l'Holocauste ils n'auraient pas perdu leur terre, et ne seraient pas emprisonnés aujourd'hui dans un gigantesque camp de concentration à Ghaza ou vivant sous une brutale occupation militaire en Cisjordanie. Quand ils répètent aujourd'hui ad nauseam «plus jamais ça !», ils devraient regarder avec honnêteté vers le Sud et l'Est, à seulement quelques kilomètres du lieu de la commémoration à Yad Vashem. Il n'y a pas d'Holocauste là-bas, juste l'apartheid. Pas d'annihilation, mais une brutalisation systématique d'une nation. Pas Auschwitz, mais Ghaza. Comment peut-on ignorer cela lors de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste? Il est difficile de croire qu'il n'est venu à l'esprit d'aucun dirigeant venu à Jérusalem d'aller à Ghaza après la cérémonie. Si l'un d'entre eux avait eu le courage de le faire, il ou elle aurait honoré la mémoire de l'Holocauste aussi bien qu'en visitant Yad Vashem. Il n'est pas beaucoup d'endroits sur terre où les mots «plus jamais ça !» peuvent résonner autant qu'au sein de cet immense ghetto, créé par l'Etat des survivants de l'Holocauste. Ne pas aller à Ghaza et ne pas voir ce qu'il s'y passe ? Ne pas s'identifier aux deux millions d'êtres humains qui sont enfermés dans un camp de concentration depuis 14 ans, à une heure de Jérusalem ? Comment est-ce possible ? Ne pas crier «plus jamais ça !» à Ghaza? Comment osent-ils ? Quelques dirigeants ont ostensiblement équilibré leur visite ici par une brève et rituelle visite à Ramallah, avec une séance photo avec Mahmoud Abbas qui est également la cible des critiques d'Israël. Ce genre de visite ne signifie rien. Ce n'est pas Ramallah qui détermine le sort du peuple palestinien. C'est le gouvernement à Jérusalem et son appareil de défense à Tel-Aviv. Il faut venir aujourd'hui en Israël pour rappeler l'Holocauste au monde, mais aussi pour lui rappeler le silence qui règne au sujet de l'apartheid israélien. Contre ce silence, nous devrions tous crier : «plus jamais ça !». L'Holocauste ne se répétera sûrement jamais, mais le silence embarrassé continue, y compris en ce jour de mémoire à Jérusalem.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.