Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les mesures coercitives, seules, ne peuvent pas résoudre ces problèmes
Loi criminalisant les agressions contre les personnels de santé
Publié dans La Nouvelle République le 22 - 07 - 2020

La promulgation d'une loi criminalisant les agressions contre les staffs médicaux et paramédicaux a fait réagir, avant-hier mardi à Alger, les représentants des syndicats professionnels des personnels de la santé, estimant que les mesures coercitives, seules, ne peuvent pas résoudre ces problèmes. «Il faut qu'elles soient accompagnées d'une réforme du système sanitaire et de la sensibilisation du citoyen», ont indiqué les représentants de quatre (4) syndicats des travailleurs du secteur de la santé.
S'exprimant lors d'une conférence de presse sur la gestion de la crise de la propagation du nouveau Coronavirus, les représentants du Syndicat national des enseignants chercheurs hospitalo-universitaires (Snechu), du syndicat national des praticiens de la santé publique (Snpsp), du syndicat national des médecins libéraux (Snml), et du syndicat algérien des paramédicaux (Sap) ont, à l'occasion, souligné l'impératif de doter le secteur des moyens nécessaires, d'assurer une bonne organisation des établissements hospitaliers et de sensibiliser le citoyen pour éviter ce genre de pratiques. «Cette loi intervient en vue de mettre un terme à certaines formes d'agressions verbales et physiques à l'encontre des staffs médicaux et paramédicaux», ont-ils ajouté. Tout en réaffirmant leur attachement à assurer un bon service au citoyen, les conférenciers ont fait savoir que l'application de ce cette loi requiert la mise en place de conditions spécifiques aux structures sanitaires, à l'instar de la délégation d'un représentant judiciaire au niveau des établissements sanitaires pour représenter les travailleurs et éviter ainsi l'absentéisme. Le président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (Snpsp), Lyes Merabet, a estimé que la non-implication des syndicats du secteur présents sur le terrain est à l'origine de la dégradation de la situation sanitaire. Relevant, au passage, l'absence de coordination entre les différents secteurs dans la gestion de la crise et le non-respect des mesures préventives par les citoyens. Ce syndicaliste a, à l'occasion, déploré la gestion de la crise sanitaire au niveau des wilayas, à l'écart des Conseils scientifiques et des syndicats qui sont parfaitement au fait de ce qui se passe au niveau des hôpitaux. «Les staffs médicaux ont besoin de moyens pour travailler à l'aise et prodiguer les meilleurs services aux citoyens», a observé Dr Lyes Merabet. Pour sa part, le président du Syndicat national des médecins libéraux (Snml), Dr Mustapha Benbraham a regretté «la mise à l'écart» du secteur privé de la gestion de la crise, dont la contribution s'est limitée à la prise en charge de cas simples de contamination, en dépit, a-t-il indiqué, des capacités disponibles à l'échelle nationale à même d'atténuer la charge sur le secteur public. Enfin, le représentant du Snechu, le professeur Rachid Belhadj est revenu sur la fatigue, le surmenage et les différentes formes de pressions que subissent les personnels du secteur.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.