7 ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    Les prix poursuivent leur hausse    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Saïed maintient les mesures d'exception    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    877 employeurs concernés à M'sila    La justice se saisit du dossier    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des partis politiques à la traine    Intense activité pour Lamamra à New York    un conseil national du tourisme?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Gestion de la crise du Covid-19: Des syndicats de la santé exigent d'être associés
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 07 - 2020

L'impact du Covid-19 sur le corps médical spécialement et sur la population en général est sous-estimé. Le ministre de la Santé et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, a avancé hier le chiffre de 44 décès et 2.300 cas de contaminations dans le corps médical. Les professionnels de la santé ont estimé que ces chiffres sont en dessous de la réalité. En précisant que de nombreuses victimes du coronavirus ne sont pas prises en compte dans les bilans officiels, par défaut de tests PCR. C'est d'ailleurs ce qu'a affirmé hier Lyes Merabet, président du Syndicat national des praticiens de la santé, lors d'une conférence de presse des syndicats de la santé ( SNECHU, SNPSP, SAM, SNML), tenue au siège national du SAP, à Alger. Le Dr Merabet a affirmé que « ces chiffres sont largement en dessous de la réalité, au minimum on a dépassé les 3.500 cas infectés et plus de 50 décès dans le corps médical, tous corps confondus, c'est aussi le cas pour les citoyens en général, les chiffres avancés ne reflètent pas la réalité». Le président du SNPSP revendique pour la énième fois un dépistage systématique pour les professionnels de la santé et des mécanismes pour prendre en charge les personnels soignants en cas d'infection. En insistant surtout sur la nécessité d'assurer une coordination entre l'ensemble des intervenants dans cette crise sanitaire qui semble selon les syndicats « absente jusque-là».
Rachid Belhadj, président du Syndicat national des enseignants chercheurs hospitalo-universitaires, a dénoncé pour sa part « la gestion bureaucratique et administrative » de la crise. Et ce en marginalisant les syndicats actifs dans le secteur et les professionnels dans la santé qui sont sur le terrain.
Il a également dénoncé le manque de coordination à tous les niveaux. «Chacun avance et prend des décisions en ordre dispersé, ce qui est contreproductif». Et de d'affirmer que ce ne sont pas les walis qui devront décider de l'ouverture de nouveaux services et la multiplication des nombres de lits. «Ce n'est pas de l'hôtellerie. Un lit supplémentaire dans les services Covid lui faut une source d'oxygène et un personnel. Pour un lit, on doit avoir trois paramédicaux pour surveiller efficacement un malade en soins intensifs et non pas deux infirmiers pour 20 malades».
Pour le Pr Rachid Belhadj, le personnel médical est à bout de souffle dans une crise sanitaire grave dont on ne voit pas le bout du tunnel. Il a affirmé qu'effectivement le nombre de contaminations chez le personnel médical est sous-estimé, en précisant par ailleurs que des praticiens de santé ne déclarent pas leurs contaminations par crainte d'un retard de remboursement par la CNAS.
Et d'affirmer que les syndicats réunis dénoncent « le discours rassurant quant à cette crise sanitaire ». « On est dans une situation grave, on doit exposer tous les problèmes du secteur pour la gestion de cette crise et tous les problèmes du système de la santé une fois qu'on aura fini avec le Covid-19 ». Le président du SNCHU s'est dit pour la création d'une autorité multisectorielle, de haute instance rattachée à la présidence, pour prendre des décisions politiques pour une meilleure gestion de cette crise sanitaire.
Les syndicats ayant participé à la conférence de presse ont appelé au dialogue et à la concertation avec les véritables acteurs, les professionnels et les syndicats du secteur qui sont sur le terrain.
A signaler que le ministre de la Santé a reconnu hier que le personnel médical a payé un lourd tribut, appelant ainsi à « soutenir les équipes médicales qui sont dans les premières lignes contre la propagation de la pandémie du coronavirus». Appelant en outre les citoyens « à la nécessité de soutenir les médecins par un engagement avant tout en faveur des mesures sanitaires et du respect des mesures préventives» à même de réduire le risque de contamination.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.