L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les syndicats de la santé se félicitent de la loi criminalisant les agressions contre les staffs médicaux
Publié dans Algérie Presse Service le 22 - 07 - 2020

Les représentants des syndicats professionnels des personnels de la santé se sont félicités, mardi à Alger, de la promulgation d'une loi criminalisant les agressions contre les staffs médicaux et paramédicaux, réaffirmant à l'occasion leur attachement à assurer "un bon" service au citoyen.
Lors d'une conférence de presse sur la gestion de la crise de la propagation du nouveau coronavirus, les représentants de quatre (4) syndicats des travailleurs du secteur de la santé, à savoir : le Syndicat national des enseignants chercheurs hospitalo-universitaires (SNECHU), le syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), le syndicat nationale des médecins libéraux (SNML), et le syndicat algérien des paramédicaux (SAP), ont affirmé que "cette loi intervient en vue de mettre un terme à certaines formes d'agressions verbales et physiques à l'encontre des staffs médicaux et paramédicaux", soulignant l'impératif de doter le secteur des moyens nécessaires, d'assurer une bonne organisation des établissements hospitaliers et de sensibiliser le citoyen pour éviter ce genre de pratiques.
Par ailleurs, ils ont fait savoir que l'application de ce cette loi "requiert la mise en place de conditions spécifiques aux structures sanitaires", à l'instar de la délégation d'un représentant judiciaire au niveau des établissements sanitaires pour représenter les travailleurs et éviter ainsi l'absentéisme, estimant que "les mesures coercitives, seules, ne peuvent pas résoudre ces problèmes, il faut qu'elles soient accompagnées d'une réforme du système sanitaire et de la sensibilisation du citoyen".
Le représentant du SNECHU, le professeur Rachid Belhadj a évoqué la fatigue, le surmenage et les différentes formes de pressions que subissent les personnels du secteur.
Pour sa part, le président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), Lyes Mrabet, a insisté sur "le non-respect des mesures préventives par les citoyens et l'absence de coordination entre les différents secteurs dans la gestion de la crise", estimant que "la non implication des syndicats du secteur présents sur le terrain est à l'origine de la dégradation de la situation".
Il a déploré, en outre, "la gestion de la crise sanitaire au niveau des wilayas, à l'écart des Conseils scientifiques et des syndicats qui sont parfaitement au fait de ce qui se passe au niveau des hôpitaux", affirmant que "les staffs médicaux ont besoin de moyens pour travailler à l'aise et prodiguer les meilleurs services aux citoyens".
Lire aussi: Covid 19 : le personnel de la santé, entre obligation morale et instinct de survie
Le président du Syndicat national des médecins libéraux (SNML), Dr. Mustapha Benbraham a déploré ce qu'il a appelé "la mise à l'écart" du secteur privé de la gestion de la crise, dont la contribution s'est limitée à la prise en charge de cas simples de contamination, en dépit des capacités disponibles à l'échelle nationale à même d'atténuer la charge sur le secteur public.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.