Les bienfaits méconnus du citron    Ballon d'Or : Guardiola prend la défense de Messi    Déclaration de patrimoine en question    Quand la chute du dinar fausse les calculs    Elections locales: Les résultats préliminaires connus    Du 4 au 6 décembre: Une conférence nationale sur la relance industrielle    Coupe arabe FIFA: Algérie A' - Soudan, aujourd'hui à 11h00 - Bien entamer la compétition    Ballon d'Or: Messi, un sacre qui fait grincer des dents !    JSK - Les joueurs confinés: Le match face au Royal Léopards reporté    Ténès: Deux morts dans un glissement de terrain    Raffinerie de Skikda: Huit personnes atteintes de brûlures suite à un incendie    Illizi: Quatre morts dans une collision    En rang serré    Adrar: Un écrivain autrichien au lycée Moulay Touhami Ghitaoui    Une journée cruciale pour la droite, aujourd'hui en congrès    Le FFS en quête d'alliance    Les indépendants exigent une enquête    Le temps des tractations    Vers la révision des textes juridiques    Témoignages    Messi, le ballon dort    Mahrez au 20e rang    Toujours dans l'impasse    «L'Algérie est ciblée»    Le programme de travail sera valable du 4 décembre 2021 au 31 janvier 2022    L'Algérie souhaite davantage d'investissements chinois    Le docteur Derrar fait le point    82 familles relogées    17 personnes coincées dans un immeuble    Ce que veulent les syndicats de la santé    95 décès depuis le début de l'année    L'hostilité à l'engagement armé de la France de plus en plus visible    Xi Jinping adresse un message de félicitations à une réunion à l'ONU    «L'art : le regard pour ombre»    Jbaliqs ouadjmatou en concert    Semaine du court métrage    Accélérer la mise en œuvre de l'Accord d'Alger    Maroc Les forces de l'ordre empêchent un sit-in populaire devant le Parlement en solidarité avec le peuple palestinien    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    Les nouvelles technologies au secours de la culture    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une vie consacrée à la musique
Décès de Cheikh Namous, doyen des musiciens
Publié dans La Nouvelle République le 20 - 01 - 2021

Le doyen des musiciens algérien, Cheikh Namous, célèbre pour son jeu au banjo et au guember, est décédé dans la nuit de lundi à mardi à Alger à l'âge de 100 ans, a-t-on appris auprès de ses proches.
Il aura consacré sa vie à la musique et à la formation, il a accompagné les plus grandes figures de la musique châabi, dont Hadj Mhamed El Anka dans les années 1940, et connu pour faire partie des premiers musiciens de banjo dans les orchestres algériens. Né dans la haute Casbah le 14 mai 1920, Mohamed Rachidi de son vrai nom, avait obtenu son certificat d'études en 1933 et enchaîne des emplois de livreur, de receveur de bus ou encore de bagagiste. Avec son premier banjo, il intègre sa première formation musicale dirigée par Abderrahmane Sridek avant que le cardinal ne lui fasse une place dans son orchestre. El Hadj Mhamed El Anka dans sa recherche de l'harmonie instrumentale absolue, s'était aperçu que les sons du banjo et du mandole étaient faits pour s'entendre, il aura été parmi les premiers à inclure, à travers Cheikh Namous, cet instrument dans son orchestre dès 1941. Sur son parcours il aura côtoyé des artistes comme El Hadj M'rizek, El Hadj Menouer, Cheikh Marokène, ou encore Cheikh El Kourd. Dans les années 1950, il aura intégré l'orchestre de la radio qu'il va diriger plus tard et accompagner des figures de la chanson algérienne comme Cherifa, Yamina, Djida, Djamila, Taleb Rabah, Abdiche Belaïd, Akli Yahiatène, Arab Ouzelague et bien d'autres. Il continue cependant à animer les fêtes familiales à la Casbah avec Moh Seghir Lâama. A l'indépendance, Namous se fera un plaisir de répondre aux sollicitations de Boudjemâa El Ankis, de Amar Laâchab de Dahmane El Harrachi ou encore El Hachemi Guerouabi. En 1978, il repasse à la télévision avec un vieux guember et replonge dans ses débuts musicaux avec cet instrument, il se consacre également à la formation en ouvrant une école de musique qui aura vu de nombreuses générations s'initier au châabi, au banjo et autres instruments. Lors d'un hommage qui lui avait été rendu en 2011 par l'association «Les amis de la rampe Arezki-Louni» il se disait «conforté de voir les efforts consentis par des générations pour le rayonnement de la culture algérienne servir de repères et de guide aux les jeunes générations pour la pérennisation de ce legs très riches».
Des artistes saluent un parcours artistique « singulier»
Des artistes ont salué le parcours artistique «singulier» de Mohamed Rachidi dit «Cheikh Namous», un virtuose du banjo, instrument typique de la musique chaâbi. La ministre de la Culture et des Arts, Malika Bendouda, a déploré dans un message de condoléances, la perte d'un « artiste mémoire » qui a côtoyé et accompagné de grands noms de l'art algérien qu'il a longtemps servi. Abdelkader Bendamèche, artiste et biographe, regrette la perte d'un musicien «témoin du siècle» qui a accompagné des artistes dans leurs premiers pas, devenus par la suite de grands noms de la musique algérienne. Pour sa part, le chef d'orchestre et directeur de l'Institut supérieur de musique (Insm), Abdelkader Bouazzara, a qualifié de «grande perte» le décès de Cheikh Namous, pionnier de la musique chaâbi qu'il a marquée de son empreinte « avec son instrument préféré et typique de l'orchestre chaâbi, le banjo. Décrit comme un homme « affable et souriant», Cheikh Namous était l'accompagnateur «préféré» de tous les artistes notamment El Hadj M'hamed El Anka, maître de la chanson Chaâbi, El Hachemi Guerouabi, Boudjemâa El Ankis ou encore Dahmane El Harrachi. Ils ont tous sollicité les services de ce virtuose du banjo, témoigne M.Bendamèche, actuellement directeur de l'Agence algérienne du rayonnement culturel (Aarc). Le chanteur de Chaâbi, Abdelkader Chaou, lui aussi, pleure la perte d'un un grand musicien, doyen de la musique algérienne, alors que Abderrahmane El Koubi, a qualifié la disparition de Cheikh Namous de «grande perte» pour la musique chaabie qu'il a servi durant toute sa longue carrière de musicien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.