Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Le Commandant de la GN salue les réalisation et les succès de la femme algérienne    Un texte d'un «autre temps»    Deux ex-ministres appellent à son retrait    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    Tendances instables    Les modifications et les instructions de Tebboune    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    Lomé pour faire le point sur les réformes    "Nous reprenons confiance"    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Benlamri ouvre son compteur but    «L'EN attend toujours l'autorisation pour s'envoler au Maroc»    Véritable drame à Chlef    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Les passionnés au rendez-vous de la première séance à New York depuis un an    Comment vaincre l'échec ?    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Tiaret: Nouvelle cité, vieux problèmes    Environnement hostile    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    Un réseau de narcotrafiquants démantelé    La mairie de Mizrana fermée    La fabrique des mensonges!    Le président Tebboune présente ses condoléances    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Ramos a trois semaines pour trancher    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands
Le banjoïste est décédé à l'âge de 100 ans
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 01 - 2021

Il intègre sa première formation musicale dirigée par Abderrahmane Sridek, avant qu'El-Anka ne sollicite ses services. El-Hadj M'hamed El Anka aura été, ainsi, parmi les premiers à introduire dans son orchestre le banjo, un instrument, dit-on, ramené par les Américains lors du débarquement des Alliés en Algérie et en Afrique du Nord en 1942.
Dans la musique chaâbie, le banjo est un instrument très important. D'ailleurs, chaque grand maître choisit avec le plus grand soin son « bras droit » ou gauche, c'est-à-dire les deux banjoïstes, à ses côtés lors des concerts. Le virtuose du banjo Cheikh Namous décédé dans la nuit de lundi à mardi à Alger, sa ville natale, à l'âge de 100 ans, a accompagné les plus grands interprètes de chaâbi, dont Hadj M'hamed El-Anka, dans les années 1940. Il était aussi un bon joueur de guembri.
Cheikh Namous, de son vrai nom Mohamed Rachidi, est né à La Casbah d'Alger, le 14 mai 1920. Après un certificat d'études en 1933, il intègre, plus tard, sa première formation musicale dirigée par Abderrahmane Sridek, avant que El-Anka ne lui fasse une place dans son orchestre. El-Hadj M'hamed El-Anka aura été, ainsi, parmi les premiers à introduire dans son orchestre cet instrument, dit-on, ramené par les Américains lors du débarquement des Alliés en Algérie et en Afrique du Nord en 1942. Durant son parcours, Cheikh Namous a côtoyé des artistes comme El-Hadj M'rizek, El-Hadj Menouer, ou encore Cheikh El-Kourd.
Plus tard, vers les années 1950, il intègre l'orchestre de la radio d'expression kabyle, sous la direction de Noureddine Meziane dit « Cheikh Noureddine », et a accompagné des artistes comme Cherifa, Yamina, Djida, Djamila, Taleb Rabah, Abdiche Belaïd, Akli Yahiatène, Arab Ouzelague, Cheikh El-Hasnaoui ou Slimane Azem. En parallèle, il continue à animer les fêtes familiales à La Casbah avec Moh-Seghir Laâma.
À l'indépendance, Namous accompagnera sur scène et ailleurs de grands chanteurs comme Boudjemaâ El-Ankis, Amar Laâchab, Dahmane El-Harrachi ou encore El-Hachemi Guerouabi. En 1978, il repasse à la télévision avec un vieux guembri et renoue ainsi avec l'instrument de ses débuts musicaux. Il se consacre également à la formation en ouvrant une école de musique qui a permis à des générations de s'initier au chaâbi, au banjo et à d'autres instruments.
Lors d'un hommage qui lui avait été rendu en 2011 à Alger, par l'association Les Amis de la rampe Louni-Arezki, il avait déclaré être « conforté de voir les efforts consentis par des générations pour le rayonnement de la culture algérienne servir de repères et de guide aux jeunes générations pour la pérennisation de ce legs très riche».
La ministre de la Culture et des Arts, Malika Bendouda, a déploré dans un message de condoléances, la perte d'un «artiste mémoire». Des artistes ont salué le parcours artistique «singulier» de Mohamed Rachidi dit «Cheikh Namous». Abdelkader Bendamèche, artiste et biographe, regrette la perte d'un musicien « témoin du siècle » qui a accompagné des artistes dans leurs premiers pas et qui sont devenus plus tard de grands noms de la musique algérienne.
Le chanteur Abdelkader Chaou pleure la perte d'un grand musicien, doyen de la musique algérienne. Abderrahmane El-Koubi a qualifié la disparition de Cheikh Namous de « grande perte pour la musique chaâbie qu'il a servie» durant sa très longue carrière de musicien.
Le chef d'orchestre et directeur de l'Institut supérieur de musique (INSM) d'Alger, Abdelkader Bouazzara, a qualifié de « grande perte » le décès de Cheikh Namous, pionnier de la musique chaâbie qu'il a marquée de son empreinte avec son instrument préféré et typique de l'orchestre chaâbi.
Décrit comme un homme «affable et souriant», Cheikh Namous était l' accompagnateur «préféré» de tous les grands artistes chaâbis, notamment El-Hadj M'hamed El-Anka, El-Hachemi Guerouabi, Boudjemaâ El-Ankis ou encore Dahmane El-Harrachi. Ils ont tous sollicité les services de ce virtuose du banjo, témoigne Abdelkader Bendamèche, actuellement directeur de l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc).
Dans un entretien avec un quotidien algérien, il avait expliqué que le surnom de «Namous» (moustique) lui avait été donné durant sa jeunesse, à cause de sa grande activité (il ne tenait pas en place) et sa rapidité dans le jeu artistique
L'année dernière, Cheikh Namous avait confié : «J'ai pu me frayer une place dans l'orchestre de Abderrahmane Sridek, mais l'apothéose aura été sans doute ma rencontre avec El-Hadj El-Anka. »
Kader B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.