Décès de l'ancien ministre des Affaires religieuses, Dr Saïd Chibane: le Président Tebboune présente ses condoléances    L'Opep+ décide de maintenir son plan de production décidé en octobre dernier    Algérie-Jordanie: nécessité d'élargir la coopération bilatérale à d'autres secteurs    Maroc: des milliers de citoyens dans la rue pour protester contre la cherté de la vie    Clôture des travaux du colloque international sur la géopolitique de l'extrémisme    La 47e conférence de l'Eucoco se tiendra l'année prochaine à Saragosse, en Espagne    Djaafar Abdelli, nouveau DG de la CNR    Le Roi Abdallah II de Jordanie achève sa visite d'Etat en Algérie (Vidéo)    Démantèlement d'une organisation de trafic de drogue opérant entre le Maroc et l'Espagne    3e Conférence des ministres arabes de l'enseignement technique et professionnel du 24 au 26 décembre à Alger    Cancer de la gorge: entre cinq et six nouveaux cas enregistrés par semaine à l'EHUO    Cyclisme/Tour international du Nil (3e étape): l'Algérien Abderrahmane Kessir vainqueur    Khenchela : les combats d'Aouchaaoua, une des grandes batailles de la wilaya-1    Le Roi Abdallah II de Jordanie se recueille à la mémoire des martyrs de la Guerre de libération nationale    "Non-Aligned, Scenes of the Labudovic's Reels", un film documentaire sur le parcours du cameraman serbe Steven Labudovic    Pêche: Salaouatchi inspecte l'opération de levée des restes d'une péniche au port d'El-Djamila à Alger    Ligue 1 Mobilis : un coup d'épée en tête du classement, la JSK renverse Paradou    Constantine : les cadres du sport appelés à faire du CHAN 2023 une réussite    Concert euphorique de Hamidou à Alger    Mostaganem: La CNAS sensibilise les employeurs    Maladie de Parkinson: La plupart des patients tardent à consulter un médecin    Courage politique    Commerce: Le code-barres obligatoire dès mars prochain    Quatre personnes sauvées de l'asphyxie    Sétif: La statue de Aïn Fouara de nouveau vandalisée    Ces «anonymes» modernes que nous sommes !    Le FFS : un parti qui se confond avec la patrie    Le tribunal de Dar El Beïda prend une autre dimension!    Le défi du transport intermodal    «On a ouvert un nouveau livre»    Un Palestinien tombe en martyr    15 ans de prison ferme pour le principal accusé    Le grand souk!    L'appel de Moualfi aux industriels    L'épopée spatiale algérienne    Une famille nombreuse? Ça se gâte.    Défi royal pour le Sénégal    Les flops du Mondial    Un exploit pour rien    Une ville qui rayonne de splendeur    Berceau rural au patrimoine de l'humanité    Place aux compétitions!    Terrorisme: Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison    Une circulaire qui fait jaser en France    FAF - D'importantes décisions prises par le Bureau fédéral    Ligue 1- Mise à jour du championnat: Quatre affiches explosives au programme    L'ancien ministre Baraki condamné à 10 ans de prison    Quel avenir pour l'Europe ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Les SDF sont des êtres humains, ayez pitié d'eux !»
Les représentants de la société civile de Khenchela haussent le ton :
Publié dans La Nouvelle République le 17 - 03 - 2021

Il semble que rien ne va plus entre les représentants de la société civile et certaines institutions à propos de la situation des sans domiciles fixes (SDF). Plusieurs responsables d'associations et d'organisations des droits de l'Homme de cette wilaya s'agitent de nouveau et réclament une véritable prise en charge de cette catégorie de personne.
Tout a commencé lorsqu'un jeune SDF qui vit dans la rue depuis plusieurs mois a été «chassé» par un citoyen du quartier. Cet état de fait n'a pas été apprécié par les voisins, notamment les jeunes du quartier qui sont venus à la rescousse du jeune SDF. La situation a dégénéré au niveau de ce quartier populaire après que d'autres personnes ont pris position avec l'homme qui a demandé au jeune SDF de prendre ses affaires et de ne plus rester à côté de son mur. L'intervention de quelques sages a évité une bagarre générale dans le quartier dit «cité Yousfi», plus connu sous le nom de «Cité El Hasnaoui». Aidé par les jeunes du quartier, le SDF en question a déménagé un peu plus loin à la grande colère de la majorité des voisins. Ces derniers n'ont pas manqué de saisir les représentants de la société civile qui se sont déplacés sur les lieux en solidarité avec le jeune SDF. «Nous sommes ici pour soutenir ce jeune que nous connaissons dans le passé. Nous avons alerté les responsables compétents mais rien n'a été fait, non seulement au sujet de ce jeune mais également pour les autres cas des personnes sans domiciles fixes», a indiqué un représentant de la société civile. Ce dernier a fait savoir qu'en matière de prise en charge de cette catégorie de personne, rien n'a été fait depuis plusieurs années. Evoquant les brigades de nuit pour le ramassage des SDF, le même responsable a qualifié cette opération de «bricolage». «Ecoutez, les sorties nocturnes permettent certes à la brigade mixte d'évacuer durant la nuit quelques SDF de la rue pour les mettre dans une vielle bâtisse où se trouvent une quinzaine de malades mentaux. Mais ce n'est que partie remise, car les personnes admises au niveau de cette bâtisse se retrouvent dans la rue le lendemain et parfois juste après le départ des membres de la brigade de nuit». Selon les déclarations des représentants de la société civile, les personnes SDF refusent de rester dans cette bâtisse avec les malades mentaux. « Comment voulez-vous que des personnes qui jouissent de toute leurs facultés mentales puissent partager un lieu avec des individus qui souffrent des troubles psychiatriques ? », nous a-t-il expliqués. Nos interlocuteurs ont également fait savoir que même les malades mentaux qui se trouvent dans cette bâtisse se trouvent dans un état lamentable. Quelques réfections ont été effectuées à cette bâtisse mais le plus essentiel qui manquait est la non prise en charge en matière de soins et d'accompagnement des résidents de cette bâtisse, ont-ils fait savoir. Pour plus de détail, nous avons une autre fois pris attache avec le directeur de l'action sociale (DAS) qui nous a répondu, le moins qu'on puisse dire, avec un vocabulaire agressif. Ecoutons la réponse de Monsieur le directeur de l'action sociale : « Ecrivez ce que vous voulez. La DAS ne gère pas la bâtisse dite «Dar Merkiche». La mère et son fils se trouvent dans la rue, car ils auraient été «chassés» par l'oncle maternel du jeune SDF. Je ne peux pas mettre ce jeune au niveau du centre qui est réservé aux personnes ayant au moins 65 ans. La société civile doit bouger pour nous aider au lieu de nous accuser. Nous avons procédé à l'évacuation de deux ou trois cas vers Alger et vers les wilayas limitrophes». En somme, la situation dans laquelle se trouvent les personnes sans domiciles fixes inquiètent énormément les représentants de la société civile. Des hommes et des femmes dorment à la belle étoile et affrontent le froid, la neige et les pluies diluviennes. Les représentants de la société lancent un SOS en direction des autorités locales de la wilaya de Khenchela. «Les personnes dans la rue sont livrés à elles-mêmes. Cette catégorie de personne a besoin de votre aide, ne leur tournez pas le dos, ce sont des êtres humains comme nous», ont-ils conclu.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.